Loin de la foule déchaînée

    |  7 |
    J'aime:
    LA QUÊTE D'UNE FEMME DANS UN MONDE D'HOMMES AU 19E SIÈCLE - Thomas Vinterberg dévoile une sixième adaptation du roman de 1874 éponyme de Thomas Hardy, qui narre l'histoire d'une jeune femme indépendante, Batsheba Everdene, courtisée par trois hommes de situations sociales différentes, sur fond d'époque victorienne. Carey Mulligan a suggéré que Matthias Schoenaerts soit choisi pour le rôle de Gabriel Oak après avoir vu sa prestation dans De rouille et d’os.
    Affiche du film Loin de la foule déchaînée
    ma note
    je suis fan
    ajouter à mes films

    Notez le film : 


    ecrire mon avis/critique
    recommander à mes amis
    BANDE ANNONCE
    VF
    VO

    Loin de la foule déchaînée

    UTILISATEURS
    (3.75 pour 53 notes)
    REALISATION:
    ANNEE:
    PAYS:
    DUREE:
    1h 43min
    ACTEURS:
    + Fiche complète

    Loin de la foule déchaînée : Films proches

    <
    1
    2
    >
    Affiche du film Jude
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film La Leçon de piano
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Effie Gray
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Sunset Song
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Portrait de femme
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Sommersby
    Film
    pas de bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Synopsis du film Loin de la foule déchaînée

    Dans la campagne anglaise de l’époque victorienne, une jeune héritière, Bathsheba Everdeene doit diriger la ferme léguée par son oncle. Femme belle et libre, elle veut s’assumer seule et sans mari, ce qui n’est pas au goût de tous à commencer par ses ouvriers. Bathsheba ne se mariera qu’une fois amoureuse. Qu’à cela ne tienne, elle se fait courtiser par trois hommes, le berger Gabriel Oake, le riche voisin Mr Boldwood et le Sergent Troy.

    Photos du film Loin de la foule déchaînée

    Ajouter une photo du film Loin de la foule déchaînée

    Extraits de films, bande-annonces

    Vous pouvez ajouter un extrait de film de Loin de la foule déchaînée

    Listes avec le film Loin de la foule déchaînée

    Ajouter une liste au film Loin de la foule déchaînée
    Le féminisme est est un courant de pensée visant à revaloriser la place des femmes dans la société. Il s'est particulièrement développé au cours des années 1950. La question des droits et du rôle des...
    Films en costumes qui reconstituent une époque, que ce soit le XIXe siècle, les années 30 ou autre, inspirés de la littérature ou de l'histoire, souvent constitués d'une belle romance, mais pas...

    vos dernières critiques de film

    Ajouter une critique au film Loin de la foule déchaînée
    tinalakiller
    Le 12/09/2015
    381 critiques
    J’aurais pu écrire ma critique de ce film il y a déjà pas mal de semaines maintenant mais je tenais à découvrir rapidement le roman du même nom de Thomas Hardy, publié en 1874. C’était tout d’abord l’occasion ou jamais de connaître l’univers de cet auteur dont j’en entends tant parler et puis je trouve que c’est toujours bien de comparer le roman et son adaptation pour mieux comprendre comment ont travaillé le réalisateur Thomas Vinterberg et le scénariste David Nicholls. Ce n’est pas la première fois que ce roman est adapté, que ce soit pour la télévision ou le cinéma, pour être plus précis, il s’agit de sa sixième adaptation. On pourra notamment citer le film de John Schlesinger sorti en 1967 avec Julie Christie dans le rôle principal. Ce nombre d’adaptations pourra étonner sur le papier mais on peut comprendre la fascination des scénaristes pour ce fabuleux roman de Hardy. Ce roman a beau avoir été au cours du XIXe siècle, il semble toujours d’actualité notamment à travers le féminisme avant-gardiste de l’héroïne Bathsheeba Everdeene dont le nom a par ailleurs inspiré le personnage principal de la saga Hunger Games, Katniss Everdeen. Je n’ai pas vu les autres adaptations en question mais j’ai beaucoup aimé ce long-métrage. J’avais pourtant peur de le voir car je ne suis pas forcément fan des films classiques avec des costumes et tout ça. Mais Vinterberg a beaucoup de mérite : son adaptation est certes classique mais pourtant il a su apporter un véritable souffle et tout en restant fidèle au texte de Thomas Hardy il apporte beaucoup de modernité à l’histoire sans que ce soit anachronique. Il a su couper certains passages un peu trop longs dans le roman – en tout cas qui auraient de trop dans cette nouvelle adaptation qui se veut plus fraîche – pour que l’histoire soit encore plus dynamique.
    Justement, en raccourcissant certains passages, Vinterberg prenait le risque de débouler son histoire, en se contentant de reprendre uniquement les faits et ne pas mettre d’émotion. Or, je trouve que l’émotion est également présente. Je ne dis pas que j’ai pleuré ou quoi que ce soit, mais j’ai réellement vécu ce film que j’ai trouvé très intense car les personnages sont présentés avec beaucoup de complexités. Je ne veux paraître niaise (never) mais j’étais limite émoustillée par l’histoire de Bathsheeba, cette femme forte, qui semble savoir ce qu’elle veut, qui est indépendante, et pourtant va avoir ses moments de faiblesse, va être confrontée à ses propres désirs et se remettre en question. Mais ce qui provoque également cette émotion (en tout cas en ce qui me concerne), c’est la manière d’avoir mis en avant le berger Oak, de voir qu’il est toujours présent quoiqu’il arrive. L’idée était certes déjà plus ou moins présente dans le roman mais j’ai l’impression que Vinterberg a davantage insisté sur ce point, ce qui n’est pas du tout déplaisant, loin de là, au contraire, cela contribue encore plus au charme de ce long-métrage. La mise en scène est pour moi réussie, classique mais vivante. Le film séduit également par ses beaux décors et costumes, sa jolie lumière ou encore par sa splendide photographie. Enfin, j’ai beaucoup aimé le casting, à commencer par la lumineuse Carey Mulligan, parfaite dans le rôle de Bathsheeba. Les seconds rôles sont également tous très bons : Matthias Schoenaerts (Gabriel Oak), qu’on voit décidément partout depuis plusieurs mois, est également la très bonne surprise de ce film, Michael Sheen (Mr Boldwood) fait ici pour moi son « grand » retour au cinéma, Tom Sturridge (Troy) s’en sort également très bien et Juno Temple confirme de plus en plus son potentiel même si on la voit peu.

    Site web:  https://tinalakiller.wordpress.com/2015/08/10/loin-de-la-foule-dechainee-2015/
     Fermer Fermer
    En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer le fonctionnement du site, vous proposer des publicités ciblées adaptées à vos centres d'intérêt et réaliser des statistiques de visites