Glass

    |  5 |
    J'aime:
    - Avec Glass, le réalisateur M. Night Shyamalan (Sixième sens, Signes) croise des univers créés par lui dans deux de ses précédents films, Incassable (2000) et Split (2017). Le super-héros à l'apparence très ordinaire David Dunn (Bruce Willis) fait donc face à Kevin Crumb, alias La Bête (James McAvoy). Annoncé comme un blockbuster façon thriller fantastique, tendu et palpitant, Glass compte à son casting Anya Taylor-Joy (The Witch, Le Secret des Marrowbone), Sarah Paulson (American Horror Story, ou le film Netflix Bird Box), et bien sûr Samuel L. Jackson, de retour dans son personnage d'Incassable, Elijah Price.
    Affiche du film Glass
    ma note
    je suis fan
    ajouter à mes films

    Notez le film : 


    ecrire mon avis/critique
    BANDE ANNONCE
    VF
    VO

    Glass

    UTILISATEURS
    (3.45 pour 29 notes)
    REALISATION:
    ANNEE:
    PAYS:
    DUREE:
    2h 9min
    ACTEURS:
    + Fiche complète

    Glass : Films proches

    <
    1
    2
    >
    Affiche du film Incassable
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Sixième Sens
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Shutter Island
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film X-Men : Dark Phoenix
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Split
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Docteur Frankenstein
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Synopsis du film Glass

    Peu de temps après les événements relatés dans Split, David Dunn - l’homme incassable - poursuit sa traque de La Bête, surnom donné à Kevin Crumb depuis qu’on le sait capable d’endosser 23 personnalités différentes. De son côté, le mystérieux homme souffrant du syndrome des os de verre Elijah Price suscite à nouveau l’intérêt des forces de l’ordre en affirmant détenir des informations capitales sur les deux hommes…

    Photos du film Glass

    Ajouter une photo du film Glass

    Extraits de films, bande-annonces

    Vous pouvez ajouter un extrait de film de Glass
    Split - bande-annonce 2 VO
    Bande-annonce VO
    3470 Vues
    Glass - bande-annonce VF
    Bande-annonce VF
    3751 Vues
    Glass - bande-annonce VOST
    Bande-annonce VO
    1888 Vues
    1
    2
    page 1

    Listes avec le film Glass

    Ajouter une liste au film Glass
    Vous cherchez une liste des meilleurs blockbusters du cinéma mondial ? Votre recherche s'arrête ici puisque cinetrafic a compilé une liste des plus gros films à succès de l'histoire du cinéma....
    Tranquilles et respectables la journée, que cachent-ils ? qui sont-il réellement ? Savons nous avec qui nous vivons ?

    vos dernières critiques de film

    Ajouter une critique au film Glass
    LaKinopitheque
    Le 17/06/2019
    79 critiques
    Glass, nous a marqué pour bien des raisons. M. Night Shyamalan clôt une trilogie commencée vingt ans plus tôt avec Incassable (2000), puis Split (2017), en faisant une nouvelle fois démonstration de sa grande maîtrise tant du point de vue de la narration que de la mise en scène. De plus, en poursuivant dans le genre des super-héros, dont il a contribué au succès et devenu depuis aussi populaire pour Hollywood que le western d’avant guerre, Shyamalan fait le portrait de personnages très singuliers qu’il déplace sur ses propres territoires thématiques et, ce qui nous intéresse ici tout particulièrement, sur des territoires géographiques assez inattendus.

    Dans Glass, la superbe perspective qui s’ouvre depuis l’hôpital psychiatrique confronte directement le centre et sa périphérie, le downtown de Philadelphie au loin avec son bouquet de tours modernes et, peut-être à quelques kilomètres (en fait le tournage s’est fait à l’hôpital d’Allentown, plus au Nord de Philadelphie), les bâtiments anciens où sont isolés davantage que soignés une poignée de personnes jugées indésirables.
    [...]

    Site web:  http://www.kinopitheque.net/glass-approche-geographique/
    zglub215
    Le 19/06/2019
    41 critiques
    « Je crée des super-héros ! » : quand le personnage de Mr. Glass (qui donne son titre au film) lance ce cri du cœur, difficile de ne pas voir M. Night Shyamalan s’exprimant à travers lui pour réaffirmer son rang de précurseur dans le domaine des films de super-héros. Car avant les glorieux Spider-Man et Batman de Sam Raimi et Christopher Nolan, il y eut en l’an 2000 l’extraordinaire Incassable. Plutôt que de relancer des héros et méchants existants, dans ce film Shyamalan en créait de nouveaux, vierges de toute référence et néanmoins épatants et émouvants. Glass en est la lointaine suite, rendue possible grâce au succès plus récent (il y a deux ans) de Split, où Shyamalan inventait un autre personnage doté de pouvoirs surhumains : La Horde, aux vingt-quatre personnalités dont une « Bête » aux capacités physiques extraordinaires. La Horde se joint dans Glass aux protagonistes d’Incassable, Elijah (Mr. Glass) et David, pour la conclusion de la trilogie et de leurs aventures.

    Mais Glass révèle chez Shyamalan une aspiration encore plus intense que celle d’être reconnu comme créateur de talent : raviver un regard d’enfant. Dans Incassable, David devenait véritablement un super-héros car son jeune fils Joseph, convaincu qu’il en était un, le voyait comme tel – et les contrechamps sur le visage ébahi de Joseph étaient presque plus puissants pour le spectateur que les exploits de son père. Dans Glass, Joseph (joué par le même acteur) devenu adulte regarde toujours son père avec les mêmes yeux, la même foi infantile. Ce qui crée une connexion inattendue entre le camp des héros et celui des méchants ; puisqu’en face aussi, chez Mr. Glass et La Horde, le maintien d’une âme d’enfant est au cœur de leur conduite. L’être resté le plus proche de Mr. Glass est sa mère, c’est-à-dire celle aux yeux de qui il est toujours le petit garçon pour qui elle prenait peur quand il s’essayait à toutes les activités susceptibles de lui briser les os. Et parmi toutes les personnalités de La Horde, celle à qui Shyamalan accorde le plus de temps à l’écran dans Glass est Hedwig, un éternel garçon de neuf ans – que Mr. Glass adoube lui aussi, lors de leur première discussion : « ainsi tu verras toujours le monde tel qu’il est vraiment ».

    En face, il y a le monde des adultes, avec pour principale représentante la psychiatre Ellie Staple, en anglais « l’agrafe » ; Staple fixe en effet les êtres dans des dossiers, les empêchant d’évoluer à leur guise, les privant de leur autonomie et de leur fantaisie. Elle emprisonne les trois héros à l’asile dans le but de les convaincre qu’ils n’ont pas de pouvoirs mais sont victimes de démence. Que ce monde des adultes, avec lequel Shyamalan n’a jamais eu aucune affinité ni aucun lien, soit de la sorte aux commandes de presque l’intégralité du film explique possiblement ses vices de construction. Les enjeux de Glass ne sont pas tous clairs ou probants, son récit cahote, peine à concentrer son énergie et à nous faire croire en continu à ce qu’il raconte. Shyamalan y contraint ses héros à une lutte contre la froide rationalité adulte, absente dans Incassable et Split où triomphait la croyance infinie des enfants en la puissance magique des contes.

    Ce retour en force des adultes produit quelques audaces marquantes (le dernier acte où l’on sort tout juste de l’hôpital, le destin imposé aux trois héros), mais il donne surtout le sentiment que Shyamalan lui-même n’est plus aussi sûr de la force de sa foi. C’est la nostalgie de cette foi toute-puissante qui devient la force prééminente dans Glass, comme l’expriment les nombreux retours du cinéaste vers le passé, sous la forme de plans et scènes repris des films précédents, et de flashbacks sur l’enfance des personnages. Shyamalan voudrait croire, sans y parvenir complètement, que les enfants de neuf ans que sont ou ont été Hedwig, Joseph, Elijah peuvent encore guider le monde par leur regard. La séquence finale, fantasmant un transfert global de ce regard enfantin à tous nos écrans, et donc tous nos yeux, est le second cri du cœur poussé dans Glass par son auteur : une supplique aux spectateurs pour qu’ils le convainquent de la puissance toujours vivace de ses histoires.

    Site web:  http://www.cine-partout-toutletemps.fr/articles/glass-etats-unis-2018-de-m-night-shyamalan-8366
     Fermer Fermer
    En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer le fonctionnement du site, vous proposer des publicités ciblées adaptées à vos centres d'intérêt et réaliser des statistiques de visites