Split

    |  26 |
    J'aime:
    KEVIN A 23 PERSONNALITÉS DISTINCTES. LA 24ÈME EST SUR LE POINT DE SURGIR. - Relancé par le film d'horreur tendu The Visit, fondé sur une technique en found footage, le réalisateur qui signa Sixième sens, Incassable ou Signes, livre un nouvel exercice d'angoisse. Pensé tout d'abord pour Leonardo DiCaprio, Split bénéficie en fin de compte du talent immense de la star James McAvoy (Reviens-moi, X-Men: le Commencement). Il y endosse la figure d'un danger tout à fait exceptionnel : un homme habité par 24 personnalités différentes... Auquel trois jeunes filles vont se trouver confrontées, au sein d'un espace clôt... Inspiré par une histoire vraie, Split a été salué comme la confirmation, très tendue, que M. Night Shyamalan était bien toujours là. Surtout, guettez son apparition à l'écran, pendant la projection...
    Affiche du film Split
    ma note
    je suis fan
    ajouter à mes films

    Notez le film : 


    ecrire mon avis/critique
    BANDE ANNONCE
    VF
    VO

    Split

    UTILISATEURS
    (3.8 pour 195 notes)
    REALISATION:
    ANNEE:
    PAYS:
    DUREE:
    1h 57min
    ACTEURS:
    + Fiche complète

    Split : Films proches

    <
    1
    2
    >
    Affiche du film Dream House
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Donnie Darko
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Fight Club
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Wendigo
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Shining
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Keane
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Synopsis du film Split

    Les fractures mentales des personnes présentant un trouble dissociatif de la personnalité ont longtemps fasciné et échappé à la science, il se dit que certains peuvent également manifester des attributs physiques uniques pour chaque personnalité ; un prisme cognitif et physiologique dans un seul être.
    Kevin a manifesté 23 personnalités devant son psychiatre de longue date, le Dr Fletcher mais il en reste une, immergée, qui commence à se matérialiser et à dominer toutes les autres. Contraint d'enlever trois adolescentes, dont la volontaire Casey, Kevin se bat pour survivre parmi tous ceux qui évoluent en lui-même – et autour de lui - tandis que les murs entre ses personnalités volent en éclats.

    Photos du film Split

    Ajouter une photo du film Split

    Extraits de films, bande-annonces

    Vous pouvez ajouter un extrait de film de Split
    Split - bande-annonce VF
    Bande-annonce VF
    122852 Vues
    Split - bande-annonce VF
    Bande-annonce VF
    10320 Vues
    Split - bande-annonce VO
    Bande-annonce VO
    3353 Vues
    1
    2
    page 1

    Listes avec le film Split

    Ajouter une liste au film Split
    Le thriller psychologique est un genre très répandu au cinéma. Souvent adapté à partir de roman ou tiré de livres ce genre est apprécié par tous les spectateurs de cinéma. Les ingrédients qui composent le...
    Puisque le kidnapping doit être une expérience assez terrifiante, il vaut mieux la "vivre" de votre canapé. Pour vous garantir des frissons, cinetrafic vous propose une liste de films sur le...

    vos dernières critiques de film

    Ajouter une critique au film Split
    tfarjohd
    Le 08/03/2017
    0 critique
    Split un film avec un casting intéressant et un excellent réalisateur venus d'asie mais c'est une production principalement américaine. Le film a eu un budget de 200 millions de dollars, et l'on se demande où est passé l'argent. Le scénario est écris sur un timbre. Les effets spéciaux, et les incrustations sont tous dépassés et donnent un résultat très moche à l'écran. Avec ce film et derrière la caméra, on s'attendait à une claque visuelle, mais l'image est tout de même moche, et cela manque de la claque que le réalisateur nous mets habituellement avec ses films. Mais on ne sait pas si c'est de la faute du réalisateur ou si c'est le monteur qui a monté le film avec une machette et des gants de boxe. Malheureusement, le casting est intéressant sur le papier, principalement le casting américain. On sent que Willem Dafoe est là pour donner une caution artistique et que Matt Damon n'est à l'affiche de ce film uniquement pour que le film soit distribué sur le territoire américain et fasse tout de même des entrées. Matt Damon ne joue pas dans ce film, il ne fait que répéter ses lignes de textes sans aucune présence. Même les figurants font un travail plus impliqué que lui... On se contentera de tomber sous le charme de ce film qui offre une vraie interprétation de son personnage.

    Site web:  http://www.tfarjo.com/film/split
    tinalakiller
    Le 16/03/2017
    378 critiques
    Décidément, depuis le surprenant The Visit, M. Night Shyamalan confirme bien qu’il est de retour après une mauvaise période qu’on tente tous d’oublier. Collaborer avec le producteur Jason Blum (vous savez, c’est le type qui produit ces daubasses de Paranormal Activity) aurait pu être un poids et bousiller de nouveau la carrière du réalisateur de Sixième Sens. Au contraire, cela marque la renaissance du cinéaste. Avec un petit budget, M. Night Shyamalan s’en sort à merveille avec son dernier long-métrage, Split, qui serait inspiré d’une histoire vraie : celle de Billy Milligan, arrêté pour viol à la fin des années 1970 et jugé non responsable de ses crimes en raison de son trouble associatif de l’identité. A partir de cette histoire, Shyamalan s’est interrogé sur le lien entre le corps et l’esprit : si un individu souhaite devenir une entité qui pourrait dépassement tout ce qu’on peut imaginer (quelque chose qui n’a rien d’humain par exemple), la force de l’esprit peut-elle être à l’origine d’une métamorphose ? James McAvoy incarne donc Kevin (qu’on verra finalement très peu sous cette véritable identité) qui vit avec 23 entités cohabitant et interférant entre elles : le pervers Dennis, la sophistiquée Patricia, le petit Hedwig, Barry le fou de mode etc… Ce sont ces entités qui poussent Kevin à kidnapper trois jeunes filles. Parmi elles, on va surtout s’intéresser à Casey, une adolescente renfermée et qui fait tout pour être recevoir des heures de colle à l’école. Elle se différencie de ses camarades. Casey a beau être la victime, elle partage beaucoup de points communs avec Kevin. Tous les deux ont souffert et doivent apprendre à vivre avec des traumatismes d’enfance. Chacun aussi a su développé une carapace pour se protéger. Ils partagent aussi un autre point commun : l’animalité. D’un côté, les flashback montrent l’histoire familiale de Casey, cette dernière apprenant enfant à chasser. De l’autre, Kevin a un comportement de plus en plus animal (le nom de la vingt-quatrième étant très explicite). L’instinct de survie est au coeur de ce long-métrage, avec ses bons et mauvais côtés. Par ailleurs, le lieu de l’intrigue (dans un zoo) est plutôt significatif.
    Split est aussi un film qui aborde le thème des apparences. On pense évidemment aux différentes apparences prises à chaque fois qu’une entité prend place : on ne peut évidemment pas limiter les différents changements de personnalité par des accessoires vestimentaires (la voix, les répliques ou l’attitude en elle-même font notamment partie des différents éléments qui mettent en avant la transformation) mais on ne peut pas nier son existence. La question des apparences concerne aussi Casey et même les deux autres filles kidnappées avec l’héroïne. Les entités qui envahissent Kevin s’attaquent à ces filles car ces dernières ne semblent pas avoir de vécu ni de souffrance. Après avoir discuté avec la personne qui m’accompagnait, nous nous sommes étrangement d’accord sur un point : on peut le rapprocher d’une certaine façon du très récent (et excellent) film de Tom Ford, Nocturnal Animals. En effet, ces deux films, qui ont l’air a priori différents, mettent en avant l’idée suivante : le spectateur / la victime a peur d’un individu à partir de ses propres préjugés et connaissances et non pas nécessairement par ce qu’il voit réellement devant lui. Split est donc un film très réussi aussi bien sur le fond que sur la forme, les deux se complétant superbement bien. Il est extrêmement oppressant alors que sur le principe on ne voit pas grand-chose à l’écran (et cela s’applique aussi à l’histoire personnelle de Casey : le spectateur est capable de visualiser l’horreur que la jeune fille a pu vivre alors que rien n’est montré). Finalement, le spectateur et les autres personnages voient des choses, des formes notamment qui ne correspondent pas nécessairement à la réalité. Pour moi, dans un premier temps, les personnages sont dans un monde assez réaliste, c’est-à-dire concrètement le nôtre. J’ai totalement cru à l’évolution de Kevin provoquée par son esprit malade. Le fait que la psychiatre Karen Fletcher soit sans cesse présente ne fait qu’ajouter à la crédibilité même du récit : la psychiatrie peut expliquer des phénomènes qui pourraient sembler pour le commun des mortels irrationnels. Mais après tout, notamment sa fin avec son petit caméo surprise (même si le film en lui-même se suffit – beaucoup de spectateurs dans la salle n’avaient pas forcément compris le clin d’oeil), il est tout à fait envisageable d’aller plus loin dans le mystère. Si le spectateur et les personnages voient quelque chose d’irrationnel, de l’ordre du fantastique, je pense que le film leur permettent cette interprétation.
    Le petit budget a donc fait beaucoup de bien à Shyamalan qui a su redevenir créatif en proposant aux spectateurs une oeuvre divertissante, enrichissante, sacrément bien foutue et intelligente. Le scénario est malin voire même ludique, la mise en scène vertigineuse et le montage efficace. On ne met pas mille ans à entrer dans le récit (Split commence avec le kidnapping des trois jeunes filles) pourtant le film prend son temps pour exposer l’histoire et notamment nous présenter la dernière entité. Plus on avance dans le film, plus la tension monte : l’effet « crescendo » fonctionne totalement. On pourra toujours reprocher à Split de ne pas nous montrer plus d’entités prendre forme à l’écran mais je me dis que ce n’est peut-être pas plus mal que ça : on a peut-être évité un bordel sans nom qui aurait finalement causé du tort au film. On pourra aussi toujours dire qu’il ne s’agit pas totalement d’un huis-clos. Cela ne m’a pourtant pas empêchée d’adorer ce film qui, selon moi, est très abouti et est encore plus complexe qu’il ne l’est déjà. James McAvoy trouve certainement ici le rôle le plus puissant de sa carrière. On pourra aligner un grand nombre d’adjectifs complimentant son incroyable performance. Il parvient à devenir chaque nouvelle personnalité en un clin d’oeil et avec finesse, mais paradoxalement, il prend aussi en compte le lien entre les différentes entités : cette cohérence entre chaque personnalité rend sa performance encore plus intense. J’ai apprécié qu’il ne s’agit pas d’un McAvoy show comme je le redoutais : cela aurait pu être le type de films où il aurait pu tirer des grimaces ou un truc de ce genre, mais ce n’est pas le cas. Le spectateur ressent à la fois la folie et la souffrance chez ce personnage. Enfin, James McAvoy a le mérite de ne pas éclipser ses très bons partenaires, que ce soit Anya Taylor-Joy, qui interprète Casey ou encore Betty Buckley (qui avait déjà travaillé avec Shymalan dans Phénomènes) qui incarne le docteur Karen Fletcher.

    Site web:  https://tinalakiller.com/2017/03/15/split/
     Fermer Fermer
    En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer le fonctionnement du site, vous proposer des publicités ciblées adaptées à vos centres d'intérêt et réaliser des statistiques de visites