La Tête haute

    |  9 |
    J'aime:
    UNE RENCONTRE PEUT SUFFIRE À REDRESSER UNE VIE - Le drame d’Emmanuelle Bercot suit la jeunesse mouvementée de Malony, qui trouve comme unique soutien pour s’en sortir un éducateur et une juge. Ce film a été présenté Hors Compétition pour l'ouverture du Festival de Cannes 2015 faisant d’Emmanuelle Bercot la deuxième réalisatrice de l'histoire à ouvrir le festival, après Diane Kurys pour Un Homme Amoureux en 1987.
    Affiche du film La Tête haute
    ma note
    je suis fan
    ajouter à mes films

    Notez le film : 


    ecrire mon avis/critique
    BANDE ANNONCE
    VF

    La Tête haute

    UTILISATEURS
    (3.9 pour 78 notes)
    REALISATION:
    ANNEE:
    PAYS:
    DUREE:
    1h 59min
    ACTEURS:
    + Fiche complète

    La Tête haute : Films proches

    <
    1
    2
    >
    Affiche du film Foxfire, confessions d&#039;un gang de filles
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film La Lisière
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Elisa
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Persepolis
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film La Vie en grand
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Fever
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Synopsis du film La Tête haute

    Le parcours éducatif de Malony, de six à dix-huit ans, qu’une juge des enfants et un éducateur tentent inlassablement de sauver.

    Photos du film La Tête haute

    Ajouter une photo du film La Tête haute

    Extraits de films, bande-annonces

    Vous pouvez ajouter un extrait de film de La Tête haute
    40736 Vues

    Listes avec le film La Tête haute

    Ajouter une liste au film La Tête haute
    Après Sheitan en 2006, Kim Chapiron revient avec Dog Pound, récit de trois jeunes délinquants enfermés en centre de détention. Seuls ou en bande, à l’extérieur ou entre les murs d’une prison, dans les...
    Se confronter au cinéma d'auteur revient souvent à se plonger dans des films au style reconnaissable, à la mise en scène ambitieuse, et au scénario doté d'enjeux profonds. Dans ce champ, beaucoup...

    vos dernières critiques de film

    Ajouter une critique au film La Tête haute
    math24
    Le 05/06/2015
    1 critique
    Ce film est génial!
    beau sujet et osé que de montrer la violence des mineurs et comment certaines personnes les tires pour les aidés!!!
    ce film m'a fait des frissons ,l'acteur aussi. Non pas que ce film est violent mais tellement marquant et rytmé!!
    Le choix des acteurs est parfait chacun sont bleuffant: des choix dures de la juge(Catherine Deneuve ),au coeur poignant de Benoit Magimel,l'éducateur qui veut remetttre l'enfant sur le droit chemin,à la mère insouciante qui n'a pas sue éduquer correctement son enfant mais qui est forte et touchante,et enfin Rod Paradot:L'Enfant dure ,élevé sans père par une mère irresponsable et qui plonge dans la noiceur et l'insolance mais qui retrouve confiance en lui et vas avec laide de son éducateur se battre!!
    L'amour est aussi au rendez vous!
    Seul bémol pour moi ce film n'est pas tout public a cause d'une scène choquante et qui pour moi n'agrémente pas au film le durcit un peu sachant que c'est déjà un sujet dure.
    Mais allez voir ce film qui vous touchera qui est beau est vrai!!!!


    Site web:  http://cinetrafic.fr
    tinalakiller
    Le 07/07/2015
    381 critiques
    La Tête haute a été présenté il y a maintenant quelques semaines en ouverture du festival de Cannes (en hors compétition). Même s’il a selon moi quelques défauts (j’y reviendrai plus tard), le film d’Emmanuelle Bercot avait largement sa place en compétition. En tant que grande amatrice de cinéma social, ce film ne m’a pas du tout déçue. Bercot signe un film coup de poing, elle ne lâche jamais ses personnages, surtout Malony, le protagoniste principal. Mais elle ne se contente pas de mettre en scène la rage et la violence d’un adolescence sans aucun repère. J’ai aimé la rencontre entre la douceur, la sensibilité et cette violence qui ressort sans cesse chez Malony. Le mélange entre tous ces états est efficace, permettant de dessiner le portrait complexe et l’évolution de Malony. Même s’il n’agit pas toujours bien, je me suis tout de même rapidement attachée à cet adolescent difficile. Mais au-delà d’avoir signé un portrait percutant sur un jeune homme, Emmanuelle Bercot parvient aussi à montrer avec beaucoup d’authenticité la difficulté des métiers autour de la justice et de l’éducation. La réalisatrice a clairement déclaré en conférence de presse ou dans des interviews ce qu’elle défend dans son film (et cela s’en ressent dans le film) : « Chaque enfant a besoin d’une éducation ». A travers son film, Bercot montre alors les conséquences du manque d’éducation, qui conduit forcément à la violence et à la délinquance. Elle croit aussi profondément aux institutions (d’ailleurs, elle ne s’en est pas cachée) et met en scène avec justesse les juges et les éducateurs qui croient en ce qu’ils font. Elle montre alors toute la complexité et le charabia des administrations, véritable frein à ceux qui veulent s’en sortir et ceux qui font leur travail avec sincérité. J’ai en tout cas aimé toute cette documentation, nécessaire pour nourrir le scénario et pour rester un maximum crédible. On sent vraiment que Bercot maîtrise son sujet, qu’elle sait de quoi elle parle. Ceci dit, le film possède tout de même quelques défauts, non négligeables. Même si j’ai beaucoup aimé la mise en scène, énergique, qui ne laisse aucun répit en étant proche des personnages et de leurs actions sans qu’on étouffe, j’ai trouvé cela regrettable les quelques scènes pseudo-grandiloquentes, en insérant notamment de la musique classique. Je suis sûre que cela avait certainement du sens pour Bercot mais pour moi, cette forme de décalage ne fonctionne pas vraiment car cela brise tout ce que la réalisatrice a su mettre en place.
    Surtout, c’est la fin qui m’a gênée, qui détruit vraiment tout le formidable travail de Bercot jusqu’à présent. Désolée, je vais un peu spoiler donc si vous n’avez pas envie d’en savoir plus, ne lisez pas les lignes suivantes. Normalement, si mon interprétation est juste, cette fin serait optimiste, surtout si je suis le raisonnement de Bercot durant ses interviews. Or, alors que la réalisatrice avait le mérite de rendre son film réaliste, voilà que sa fin est très éloignée de toutes les bonnes choses qui ont été mises en place auparavant. Certes, je peux comprendre la démarche, c’est-à-dire qu’il y aurait malgré tout un espoir, la possibilité de s’en sortir, mais pourquoi cette rédemption devrait-elle nécessairement par la paternité ? C’est limite un peu douteux et sans vouloir être méchante, on a quand même du mal à croire que devenir père va réellement aider Malony à devenir un adulte responsable, il lui reste encore du chemin à parcourir (je ne suis pas pessimiste, juste réaliste en ce qui concerne sa situation). Ce qui aurait pu être intéressant, c’est de mettre par exemple cette paternité avec le personnage de la mère de Malony, quelque chose de plus pertinent aurait pu en sortir. Or, en plus de cette fin franchement pas réussie, on ne nous expliquera jamais le comportement immature de la mère, on se pose sans cesse des questions sur ses réactions. Ces défauts m’ont du coup empêchée d’avoir un véritable coup de coeur pour ce film même si je l’ai tout de même beaucoup aimé. De plus, La Tête haute a un très bon casting. Dans le rôle principal, le jeune Rod Paradot est vraiment excellent, on peut parler de révélation. J’espère qu’on le verra dans d’autres rôles au cinéma. J’ai également beaucoup aimé l’interprétation de Catherine Deneuve, qui est très crédible en juge et en même temps, tout en restant professionnelle, est tendre et même maternelle envers Paradot. Benoit Magimel est également très surprenant, également très convaincant en éducateur dont on comprend rapidement son passé et donc son comportement envers Malony. En revanche, Sara Forestier est un peu dessous du reste du casting, même si elle sort tout de même pas si mal. Encore une fois, alors que le scénario reste pourtant réussi sur certains points, le manque d’épaisseur de ce personnage et surtout d’informations (contrairement justement au personnage de Magimel) s’en ressent sur son interprétation, sans excuser l’actrice, je ne pense pas que le scénario l’ait aidée à bien jouer.

    Site web:  https://tinalakiller.wordpress.com/2015/06/11/la-tete-haute/
     Fermer Fermer
    En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer le fonctionnement du site, vous proposer des publicités ciblées adaptées à vos centres d'intérêt et réaliser des statistiques de visites