Les Brasiers de la colère

    |  9 |
    J'aime:
    ON NE RENONCE PAS A LA VENGEANCE - Le réalisateur de Crazy Heart rassemble un casting cinq étoiles (DiCaprio devait au départ en faire parti mais sera finalement producteur) et raconte la violente histoire des frères Rodney et Russel, condamnés à la misère de leur classe sociale et sans cesse confrontés à la dureté d'une Amérique hostile. Le film est rude et réaliste et nous offre d'émouvantes séquences musicales, avec la musique de Dickon Hinchliffe, le compositeur de Winter's Bone et de Shadow Dancer.
    Affiche du film Les Brasiers de la colère
    ma note
    je suis fan
    ajouter à mes films

    Notez le film : 


    ecrire mon avis/critique
    BANDE ANNONCE
    VF

    Les Brasiers de la colère

    UTILISATEURS
    (3.35 pour 141 notes)
    REALISATION:
    ANNEE:
    PAYS:
    DUREE:
    1h 56min
    ACTEURS:
    + Fiche complète

    Les Brasiers de la colère : Films proches

    <
    1
    2
    >
    Affiche du film Blood Ties
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film American history X
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film La Mort en Sursis
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Played
    Film
    pas de bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film River Red
    Film
    pas de bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film L&#039;Impasse
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Synopsis du film Les Brasiers de la colère


    À Braddock, une banlieue ouvrière américaine, la seule chose dont on hérite de ses parents, c'est la misère. Comme son père, Russell Baze travaille à l'usine, mais son jeune frère Rodney a préféré s'engager dans l'armée, en espérant s'en sortir mieux. Pourtant, après quatre missions difficiles en Irak, Rodney revient brisé émotionnellement et physiquement. Lorsqu'un sale coup envoie Russell en prison, son frère cadet tente de survivre en pariant aux courses et en se vendant dans des combats de boxe. Endetté jusqu'au cou, Rodney se retrouve mêlé aux activités douteuses d'Harlan DeGroat un caïd local sociopathe et vicieux. Peu après la libération de Russell, Rodney disparaît. Pour tenter de le sauver, Russell va devoir affronter DeGroat et sa bande. Il n'a pas peur. Il sait quoi faire. Et il va le faire, par amour pour son frère, pour sa famille, parce que c'est juste. Et tant pis si cela peut lui coûter la vie...

     

     

    Photos du film Les Brasiers de la colère

    Ajouter une photo du film Les Brasiers de la colère

    Extraits de films, bande-annonces

    Vous pouvez ajouter un extrait de film de Les Brasiers de la colère
    1
    2
    page 1

    Listes avec le film Les Brasiers de la colère

    Ajouter une liste au film Les Brasiers de la colère
    Le culte de l'absence de pardon se célèbre au cinéma depuis des lustres. Au temps où Charles Bronson faisait justice lui-même, dans Un justicier dans la ville – dont Death Wish, avec Bruce Willis, est...

    vos dernières critiques de film

    Ajouter une critique au film Les Brasiers de la colère
    TheMovieFreak
    Le 28/06/2014
    0 critique
    LES BRASIERS DE LA COLÈRE (2013) de Scott Cooper

    De nos jours, dans l'Amérique exsangue d'une triste banlieue industrielle touchée par la Crise, 2 frères survivent comme il peuvent. L'aîné, Russell (Christian bale), est soudeur à l'usine, tandis que Rodney (Casey Affleck), de retour d'Irak, vit de petits larcins et de combats clandestins. Les trafics de son cadet pousseront Russell à affronter DeGroat (Woody Harrelson), un malfrat local…

    Véritable uppercut, âpre et douloureux, LES BRASIERS DE LA COLÈRE tient plus du film social que du thriller. Bien sûr, comme le souligne l'affiche du film, on pense à certains classiques des années 70, tels VOYAGE AU BOUT DE L'ENFER, avec cette ambiance dépressive de ville minière. Certains passages sont des hommages avoués au film de Michael Cimino et on s'attend parfois à voir débouler Robert De Niro ou Christopher Walken, au détour d'une scène… Si la référence est lourde à porter, le film de Scott Cooper n'en démerite pas pour autant.

    Poignant, prenant mais vous laissant au tapis, LES BRASIERS DE LA COLÈRE est aussi le superbe récit d'un amour fraternel qui ne laisse jamais indifférent. Porté haut par les brillantes interprétations de Christian Bale et Woody Harrelson, tous les deux habités par leurs personnages, ce drame ancré dans une triste réalité et soutenu par un casting de luxe (Forrest Whitaker, Willem Dafoe, Sam Shepard, Zoé Saldana…) est, à mes yeux, l'un des films majeurs de cette première moitié de l'année 2014. À déconseiller toutefois aux âmes sensibles…

    Site web:  http://wp.me/p3EDja-rG
    InMoviesWeTrust
    Le 07/07/2014
    0 critique
    Ce sont sans doute les références évidentes à tout un genre du film noir qui, d’entrée, mettent en avant les failles du second métrage de Scott Cooper. Attendu, peut-être trop par certains, le cinéaste américain cherche à évidemment briser la malédiction qui règne chez chaque auteur ou réalisateur. Pouvoir dépasser le flot d’éloges face auquel il s’est retrouvé après la sortie de Crazy Heart, dont chacun a davantage retenu la performance de Jeff Bridges que la mise en scène de Cooper, et confirmer. Au final, dur de conserver quoi que ce soit de ces Brasiers de la colère tant l’ensemble paraît distendu, allongé pour créer une ambiance crépusculaire. Les Brasiers de la colère est un film de maîtrise, dans lequel le cinéaste empile références et bribes d’ambiance sans jamais les mettre au service du récit. Encore une fois, ce sont donc les prestations de deux acteurs géniaux qui triomphent.

    Récit purement fraternel, où les scènes de combat symbolisent la lutte animale qui peut opposer deux êtres aux antipodes, les Brasiers de la colère est un film qui ne se vit pas sur l’instant. Il suit un peu le renouveau d’un cinéma abandonné des années 70, engagé par Jeff Nichols notamment, avec un retour à la mise en scène naturaliste, à l’image du cinéma de Sam Peckinpah ou de Cimino. Le film parle d’ailleurs de guerre comme chez ce dernier, mais ne fait qu’effleurer son sujet. C’est le défaut majeur des Brasiers de la colère. Scott Cooper, adoubé par la critique, a tenté de faire clair, d’aller à l’essentiel au travers d’une mise en scène brute, mais ne parvient pas à cacher des ambitions narratives qui sont croissantes. Et qui, donc, ne conviennent pas à son idée de départ d’un cinéma simple, presque simpliste sous l’oeil de Cooper.

    La nébuleuse chronique américaine, extrêmement sombre, que pourrait être le film apparaît sans cesse comme rappelée à l’ordre par des enjeux narratifs plus communs. Au lieu de cela, les Brasiers de la colère enchaîne les scènettes sans jamais réellement savoir où aller. Si Christian Bale et Casey Affleck sont impériaux, comme à leur habitude, eux seuls ne réussissent pas à guider ce navire de cinéma froid et souvent anxiogène vers la bonne direction. Crazy Heart était une sympathique épopée, quoique classique. Les Brasiers de la colère perpétue ce certain classicisme, sans qu’il n’y ait jamais aucune progression dans le cinéma de Scott Cooper. On avance, hagards, forcément déçus au final de voir tant de bons éléments être gâchés au service d’un tout petit film. Simplement perdu au milieu de ses influences, de modèles qu’il tente de reproduire sans en comprendre la portée émotionnelle, voire métaphysique de chacune des oeuvres, Scott Cooper a réalisé un film grandiloquent mais inerte. A l’instar de son décor, perdu entre les époques et les broussailles.

    Site web:  http://imwtlaredac.wordpress.com
     Fermer Fermer
    En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer le fonctionnement du site, vous proposer des publicités ciblées adaptées à vos centres d'intérêt et réaliser des statistiques de visites