Alceste à bicyclette

    |  5 |
    J'aime:
    QUAND DEUX ACTEURS JOUENT MOLIÈRE - Lambert Wilson et Fabrice Luchini sont réunis dans cette comédie douce-amère sur le métier d'acteur. Serge, comédien désabusé qui a quitté le monde du spectacle pour l'Île de Ré, se voit proposer d'incarner le personnage d'Alceste dans le Misanthrope de Molière par Gauthier, un acteur de télévision à succès. Philippe Le Guay signe un film drôle aux dialogues savoureux.
    Affiche du film Alceste à bicyclette
    ma note
    je suis fan
    ajouter à mes films

    Notez le film : 


    ecrire mon avis/critique
    BANDE ANNONCE
    VF

    Alceste à bicyclette

    UTILISATEURS
    (3.3 pour 98 notes)
    REALISATION:
    ANNEE:
    PAYS:
    DUREE:
    1h 44min
    ACTEURS:
    + Fiche complète

    Alceste à bicyclette : Films proches

    <
    1
    2
    >
    Affiche du film DieuMerci !
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Fauteuils d&#039;orchestre
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Rue Mandar (pour que l&#039;année soit douce)
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Par Amour
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Nous York
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Arrête de pleurer Pénélope
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Synopsis du film Alceste à bicyclette

    Au sommet de sa carrière d’acteur, Serge Tanneur a quitté une fois pour
    toutes le monde du spectacle. Trop de colère, trop de lassitude. La
    fatigue d’un métier où tout le monde trahit tout le monde.
    Désormais, Serge vit en ermite dans une maison délabrée sur l’Île de Ré…
    Trois ans plus tard, Gauthier Valence, un acteur de télévision adulé
    des foules, abonné aux rôles de héros au grand coeur, débarque sur
    l’île. Il vient retrouver Serge pour lui proposer de jouer «Le
    Misanthrope» de Molière. Serge n’est-il pas devenu une pure incarnation
    du personnage d’Alceste ?
    Serge refuse tout net et confirme qu’il ne reviendra jamais sur scène.
    Pourtant, quelque chose en lui ne demande qu’à céder. Il propose à
    Gauthier de répéter la grande scène 1 de l’Acte 1, entre Philinte et
    Alceste. Au bout de cinq jours de répétition, il saura s’il a envie de
    le faire ou non.
    Les répétitions commencent : les deux acteurs se mesurent et se défient
    tour à tour, partagés entre le plaisir de jouer ensemble et l’envie
    brutale d’en découdre. La bienveillance de Gauthier est souvent mise à
    l’épreuve par le ressentiment de Serge.
    Autour d’eux, il y a le microcosme de l’Île de Ré, figée dans la morte
    saison : un agent immobilier, la patronne de l’hôtel local, une
    italienne divorcée venue vendre une maison.
    Et l’on peut se prendre à croire que Serge va réellement remonter sur les planches…

    Photos du film Alceste à bicyclette

    Ajouter une photo du film Alceste à bicyclette

    Extraits de films, bande-annonces

    Vous pouvez ajouter un extrait de film de Alceste à bicyclette
    1
    2
    page 1

    Listes avec le film Alceste à bicyclette

    Ajouter une liste au film Alceste à bicyclette
    Se confronter au cinéma d'auteur revient souvent à se plonger dans des films au style reconnaissable, à la mise en scène ambitieuse, et au scénario doté d'enjeux profonds. Dans ce champ, beaucoup...

    vos dernières critiques de film

    Ajouter une critique au film Alceste à bicyclette
    Alex_Torrance
    Le 22/01/2013
    0 critique
    Après avoir remporté un certain succès avec Les Femmes du 6e étage l’an passé, Philippe Le Guay est de retour avec Alceste à bicyclette. Après une période de dépression, Serge Tanneur a tiré un trait sur le cinéma pour se retirer dans une demeure en mauvais état, à l’Île de Ré. Pourtant, Gauthier Valence – rôle principal de téléfilms abominables comme en produit la France par vingtaines – lui rend une petite visite, lui proposant de jouer dans Le Misanthrope de Molière, sa future première pièce. Dans un premier temps, Serge refuse. Cependant, la conviction de son ami est telle que l’hésitation prend place. Ne parvenant pas à se mettre d’accord sur lequel des deux interprètera Alceste, ils décident alors de répéter en choisissant leur rôle respectif à pile ou face…

    Alceste à bicyclette, c’est tout d’abord la confrontation entre deux acteurs très importants à l’échelle du cinéma et du théâtre français. Deux acteurs qui se trouvent brillamment placés au cœur d’une mise en abyme trompeuse et parfois jubilante : si le doute s’installe parfois lors du visionnage, il semble évident que ce Luchini retiré de tout soit bel et bien Alceste, le fameux misanthrope. Après quelques coups de théâtre bien orchestrés, Alceste à bicyclette prend la forme d’un Limier du dimanche où les deux protagonistes s’affronteraient pour le simple orgueil d’obtenir un rôle apparemment convoité.
    Si cet aspect-ci de la trame ne s’avère pas toujours très prenant, la faute à un manichéisme finalement assez présent – bien que modernisé à des fins inédites. On pourrait par la même occasion dénigrer la présence du personnage de Francesca s’il ne portait pas les traits d’une charmante Maya Sansa. La femme apporte sa dose de prévisibilité au long-métrage qui finit par se construire autour d’elle : mauvaise idée, on l’a vu venir longtemps à l’avance. En résulte une romance à double sens évidente, qui déçoit.

    Néanmoins, il s’avère qu’Alceste à bicyclette regorge tout autant de qualités, à commencer par une photographie nettement réussie où le « microclimat » de l’Île de Ré parvient à enchanter, par ses plages, ses maisons… et sa pluie. L’arrivée du parisien dans un tel endroit a de quoi faire sourire et, d’ailleurs, l’humour est assez important dans le film. Même si la moindre de blague ne prend pas toujours, certains dialogues font mouche – lorsque presque tout le monde rigolait, je pensais tout d’abord que c’était de l’humour de bobo, puis j’ai remarqué que Télérama n’avait pas aimé. Par conséquent, il n’est donc pas indispensable de connaître ses classiques sur le bout des doigts. Cela ne serait qu’un plus pour comprendre les nombreuses références… Aussi, l’un des points majeurs du film est que, en plus d’être un film, le tout s’avère aussi être une leçon de théâtre instructive et enrichissante, en même temps que se déroule une belle histoire d’amitié (ou peut-être pas)…

    En conclusion, Alceste à bicyclette est un divertissement de luxe – ou un long-métrage pas mauvais – que l’on peut apprécier pour voir Luchini jouer du Luchini avec un brin de sournoiserie, aux côtés d’un Lambert Wilson non moins drolatique. Certaines répliques façon « double péné » resteront dans les annales (mieux vaut se passer du jeu de mots)…

    Site web:  http://overlook-cinema.com/2013/01/21/critique-alceste-a-bicyclette/
    valeric84
    Le 18/03/2014
    0 critique
    un duo super même si je ne suis pas une fan de Luchini ; j'ai été bluffé

     Fermer Fermer
    En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer le fonctionnement du site, vous proposer des publicités ciblées adaptées à vos centres d'intérêt et réaliser des statistiques de visites