Green Zone

    |  7 |
    J'aime:
    - L'adjudant-chef Roy Miller et ses hommes, basés en Irak, ont pour mission de trouver les armes de destruction massive supposées être stockées dans le désert. Mais au fil de leur mission, les militaires font face à une menace plus importante... Greenzone est l'adaptation cinématographique du roman éponyme du journaliste Rajiv Chandrasekaran, qui fut envoyé sur place en 2003. Aidé par le témoignage de Chandrasekaran et par la présence de vétérans comme consultant, le film est criant de réalisme.
    Affiche du film Green Zone
    ma note
    je suis fan
    ajouter à mes films

    Notez le film : 


    ecrire mon avis/critique
    BANDE ANNONCE
    VF

    Green Zone

    UTILISATEURS
    (3.4 pour 132 notes)
    REALISATION:
    ANNEE:
    PAYS:
    DUREE:
    1h 55min
    ACTEURS:
    + Fiche complète

    Green Zone : Films proches

    <
    1
    2
    >
    Affiche du film Uncovered : tout sur la guerre en Irak
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film The Wall
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Memorial Day
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Commando de l&#039;ombre
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Occupation
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Game war - La guerre n&#039;est pas un jeu
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Synopsis du film Green Zone

    Pendant l'occupation américaine de Bagdad en 2003, l'adjudant-chef Roy Miller et ses hommes ont pour mission de trouver des armes de destruction massive censées être stockées dans le désert iraquien. Ballotés d'un site piégé à un autre, les militaires découvrent rapidement une importante machination qui modifie le but de leur mission. Pris en filature par des agents, Miller doit chercher des réponses qui pourront soit éradiquer un régime véreux soit intensifier une guerre dans une région instable. En peu de temps et dans cette zone explosive, il découvrira que la vérité est l'arme la plus insaisissable de toute. L'histoire tourne autour des agissements américains en Irak et de la façon dont le gouvernement provisoire, organisé par l'administration Bush, s'est constitué d'amis loyaux du Président plutôt que de personnalités efficaces et capables. Pourquoi n'avoir placé personne, à la tête du gouvernement irakien, qui sache parler arabe ? Pourquoi n'avoir pas engagé des spécialistes de la reconstruction sociale d'après-guerre ?

    Photos du film Green Zone

    Ajouter une photo du film Green Zone

    Extraits de films, bande-annonces

    Vous pouvez ajouter un extrait de film de Green Zone
    Green Zone - BA VF
    Bande-annonce VF
    11266 Vues
    Green Zone - BA VOSTF
    Bande-annonce VF
    4734 Vues

    Listes avec le film Green Zone

    Ajouter une liste au film Green Zone
    Merci pour vos votes! Cette session 2010 est dorénavant close, passons à 2011! N'oubliez pas de voter pour vos films préférés sur le nouveau classement... D'ici là, bonne année 2011, et bons films!
    Difficile de définir la zone géographique du Proche et du Moyen Orient tant la géopolitique de cette région du monde est complexe et en perpétuelle évolution. Même si Cinetrafic n'est pas le Monde...
    A chaque début d'année son lot de promesses. Et le cinéma n'est pas en reste, de nombreux films vous attendent en 2010, certains plus attendus que d'autres. Voyons ce que 2010 nous réserve...

    vos dernières critiques de film

    Ajouter une critique au film Green Zone
    BIBI62
    Le 20/04/2010
    127 critiques
    A la lecture du script de "Green Zone", on sait tout sur le scénario, qui en fait nous raconte ce qu'ici en France on se doute beaucoup, à savoir que ces fameuses ADM (armes de destruction massive) n'auraient apparemment jamais été découvertes en Irak et surtout que leur soi-disant implantation n'aurait été qu'un plan élaboré par la Maison-Blanche afin d'éradiquer le régime irakien.
    Ici point vraiment de suspense dans le récit de ce commandant qui va décider de vouloir comprendre jusqu'où il va, tenter de découvrir la vérité qui se cache derrière ces mensonges d'état, quitte à en payer le prix fort, alors qu'on lui dit simplement d'obéir, lui réagit en humain, il veut aussi permettre de sauver des vies, tout en sachant qu'il va devoir secouer une machination et tenter de comprendre l'origine de cette guerre inutile, une guerre qui se livre également à l'intérieur même des Etats-Unis, entre les différents organes politiques, en insistant sur le rôle de la CIA par exemple, ou sur les magouilles du Pentagone.
    Alors le film vaut plus pour sa mise en scène que pour son histoire lue d'avance, et comme pour les autres films de Paul Greengrass tout est filmé caméra à l'épaule mais de manière très lisible malgré tout, le rythme nerveux colle bien à la tension que vit cet homme, et l'ensemble ressemble parfois à un grand jeu vidéo, çà remue, çà secoue, çà nous embarque dans une action de tous les instants, on est immédiatement mis en immersion dans l'histoire, transformant une intrigue politique assez peu haletante en un thriller très réaliste et assez puissant par sa forme.
    Un film qui dénonce la politique Bush mais aussi le manque de sérieux des médias qui sont prêts à tout pour faire des révélations sans en vérifier les sources, et qui s'appuie surtout sur son efficacité formelle.
    Matt Damon, après avoir été rugbyman chez Eastwood, est à nouveau très crédible en militaire intègre qui, tel le héros prêt au sacrifice et à la désobéissance, veut simplement rendre la justice à son pays et refuse de tuer des innocents dans une guerre-prétexte sans fondements.L'acteur, au physique charismatique, trouve vraiment des rôles intéressants ces derniers temps.
    Dommage alors qu'à cause d'une intrigue peu fournie et surtout une histoire malheureusement vraie, qui, tout en secouant le cocotier, n'apporte aucune révélation, le metteur en scène soit forcé de privilégier l'action et les scènes de guerre, souvent répétitives et sans grand suspense, au détriment alors de la psychologie des personnages, malgré tout il arrive à faire passer un message sur le fait que l'Irak n'appartient pas aux américains par exemple, que ce n'est pas à eux de décider de leur sort, et surtout reconnaissons que, malgré la difficulté à allier film politique et film d'action, sur le plan réalisation çà reste une Aventure Diaboliquement Maitrisée!

    MA NOTE: 12/20


    Site web:  http://lecinedejo.blogs.allocine.fr
    cristal
    Le 21/04/2010
    211 critiques
    Et si "Green Zone" permettait enfin d'en finir avec cette lourde comparaison de reporter à laquelle on attache Paul Greengrass, véritable cinéaste de l'action et du réalisme temporel? Reporter, Greengrass l'a été à l'époque où il naviguait sur les terrains de guerre : il a gardé de son expérience l'acuité du regard porté sur un monde détérioré par la perte de la conscience, et a rajouté à son incroyable vivacité une direction et un montage ultra-véloce qui lui permettent de construire, au-delà des images véritables, une envergure spirituelle et philosophique qui parle par-dessus les réalités. "Green Zone" est certes un film improbable dirigé par un Hollywood sanguinaire, néanmoins Greengrass est loin d'être le troufion des gouverneurs et monnayeurs du système. Sa pertinence reste de mise et son cinéma d'une intelligence supérieure à la moyenne, à la fois dans le développement d'un vrai scénario mais aussi dans une réalisation personnelle qui sait s'éloigner des codes tant attendus du blockbuster tout en mêlant à la véracité une efficacité de divertissement toujours renouvelée. La force du cinéaste, dans l'apparence du film, est de ne jamais céder à la lutte entre le trop-peu et le trop-plein. Son art est équilibré, harmonieux entre la puissance sérieuse et politique du propos et la poursuite paranoïaque du spectacle, preuve irréfutable que l'on peut intelligemment additionner deux extrêmes sans que le film n'en devienne dangereusement partisan ou démagogique. Car il y a un humanisme chez Greengrass, que l'on ne retrouvera peut-être jamais autant que dans son somptueux "Bloody Sunday", l'un des chef-d'oeuvres de la décennie. C'est à partir de cette face là que l'on peut parler d'un travail de mise en scène personnel au-delà de l'efficacité résultante des bonnes formules. Puis aussi, de manière plus spontanée encore, cette relation entre le réel et la gestion du temps, fixée dans un cadre et un mouvement chronométré que le cinéaste tient en progression comme un art qui peu à peu devient aussi naturel que les images chassées sur le vif. Greengrass a, de par son passé de journaliste engagé, des choses à dire : son traitement frontal des vérités humaines et l'édulcoration visuelle de l'action montrent bien le fossé décent qui s'installe entre l'humain, qu'on ne saurait modifier sans être obscène, et le facteur improbable de l'action guerrière (tout en pyrotechnie savamment dosée). Quand bien même si le film est un auto-combat d'Hollywood censé remplir ses fonctions, à aucun moment ne peut-on saisir une vraie confrontation entre américains et irakiens, puisqu'il n'existe à juste titre ni gentils ni méchants, ce que le film retraduit finement. Pour autant cette neutralité ne signifie pas que le film est dénué d'intentions ou d'interêts dénonciateurs. Il suffit de voir avec quelle ironie mordante Greengrass explore la Zone Verte américaine pour comprendre qu'il y a là des avis qui s'évadent. C'est le tour de force du film, de ne pas être putassier ni dans sa représentation de la guerre ni dans sa violence de l'action, et aussi d'avoir un point de vue sans tirer à boulets rouges sur n'importe qui. Le cinéma de Greengrass passe d'abord par la précision et la réflexion, pas simplement par un enchaînement de vulgaires martyrisations visuelles et psychologiques. Alors oui on pourra reprocher au film de s'échapper de cette savante harmonie pour se fixer dans une unique poursuite hâletante lors des vingt dernières minutes, mais il est difficile de penser que cela peut se détacher de l'ensemble, tant même le traitement esthétique du final tient d'une pensée de la matière filmique et agit sur l'entité du film.

    Site web:  http://moncinemamesfilmsmonart.blogs.allocine.fr/
     Fermer Fermer
    En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer le fonctionnement du site, vous proposer des publicités ciblées adaptées à vos centres d'intérêt et réaliser des statistiques de visites