Violent Cop

    |  7 |
    J'aime:
    Affiche du film Violent Cop
    ma note
    je suis fan
    ajouter à mes films

    Notez le film : 


    ecrire mon avis/critique
    recommander à mes amis
    BANDE ANNONCE
    VF

    Violent Cop

    UTILISATEURS
    (3.45 pour 17 notes)
    REALISATION:
    ANNEE:
    1989
    PAYS:
    DUREE:
    1h 43min
    ACTEURS:
    + Fiche complète

    Violent Cop : Films proches

    <
    1
    2
    >
    Affiche du film Sonatine, mélodie mortelle
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Aniki, mon frère
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Jugatsu
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Outrage
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Hana-Bi
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Outrage : Beyond
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Violent Cop: ADN

    Emotions :
    Genres : Film policier
    Top Films:
    Sous-genre Yakuza eiga

    Synopsis du film Violent Cop


    Azuma
    est un policier taciturne et violent. Après l’assassinat de son partenaire, en
    l’enlèvement de sa sœur, il va enfreindre toutes les règles pour dispenser sa
    justice.

    Photos du film Violent Cop

    Ajouter une photo du film Violent Cop

    Extraits de films, bande-annonces

    Vous pouvez ajouter un extrait de film de Violent Cop
    Violent Cop : Bande Annonce
    Bande-annonce VF
    1779 Vues
    Extrait Violent cop
    Bande-annonce VF
    577 Vues
    1
    2
    page 1

    Listes avec le film Violent Cop

    Ajouter une liste au film Violent Cop

    vos dernières critiques de film

    Ajouter une critique au film Violent Cop
    drfrankNfurter
    Le 21/01/2010
    82 critiques
    Violent Cop, soit ma troisième rencontre cinématographique avec Takeshi Kitano mais chronologiquement sa première réalisation, ce long-métrage étant sorti au Japon il y a tout juste vingt ans. Cela dit, il aura fallu attendre la consécration du metteur en scène nippon lors de la Mostra de Venise en 1997 et son film Hana-Bi, récompensé par un Lion d'Or, pour qu'en Europe, et plus précisément en France, on daigne ENFIN distribuer ses films antérieurs. C'est-à-dire ceux datant d'avant son premier coup de poing cinématographique qui le fit connaitre hors de l'archipel japonais, Sonatine.

    Azuma est un policier assez particulier: individualiste, jusqu'au boutiste. Il use de méthodes peu orthodoxes et se laisse facilement envahir par des accès de rage incontrôlée. Au cours d'une enquête sur la mort d'un dealer sans envergure, Azuma découvre un trafic de drogue orchestré par la pègre dont la source proviendrait directement de la police.

    A l'origine Violent Cop devait être réalisé par le metteur en scène nippon Kinji Fukasaku. Or pour raison de santé, ce dernier ne pouvant assurer son rôle, les studios proposèrent alors à Kitano, qui devait déjà tenir le rôle principal, de mettre en scène le film. Drôle de demande de la part des financiers de ce projet, Kitano n'ayant jamais dirigé auparavant une quelconque équipe technique. Ainsi le scénario écrit par Hisashi Nozawa fut alors totalement remanié par Kitano lui-même (bien que non crédité). Et à partir d'un simple remake de Dirty Harry, le futur réalisateur de Sonatine, du fait paradoxalement de sa non cinéphilie, ira jusqu'à déjouer les défauts inhérents aux œuvres dites de jeunesse en imposant directement sa vision personnelle de l'art. Dès lors, Violent Cop, ne devant être qu'un simple film de genre au départ, va permettre à Kitano d'expérimenter: de jouer sur le rythme, les cadrages ou l'apport de la musique. Bref l'une des nombreuses pattes du style Kitano.

    Parmi les points de concordance entre Violent Cop et Dirty Harry, la facilité serait de pointer du doigt la violence et le peu de moralité que laissent transparaitre ces deux personnages de flics. De même que la présence dans ces deux longs métrages d'un tueur psychotique à la perversion avéré. A la différence que le personnage interprété par Beat Takeshi semble pour ma part avoir une densité psychologique plus dense. Autant chez Eastwood sous l'angle de Don Siegel, Harry lorgne du côté du psychopathe réactionnaire, autant chez Kitano, si l'homme est violent c'est avant tout envers lui-même et, qui plus est, en réaction avec son environnement qui semble tout autant que lui dépourvu d'âme. De même, quand bien même la nuance peut paraitre légère, Azuma n'est pas à proprement parlé un être solitaire comme son cousin californien, mais quelqu'un de seul. Gravitent en effet autour d'Azuma, deux personnages qui auront une grande influence dans Violent Cop, Iwaki, son ami et collègue policier, et sa jeune sœur Akari (mais n'allons pas trop vite).

    La première chose qui marque le spectateur dans ce film est sans conteste son ambiance anxiogène, désabusée, pessimiste. Rarement un long-métrage n'aura aussi bien souligné une société perdue, sans repère. Contrairement aux autres, Kitano ne revêt pas son film d'une fausse immoralité teintée d'ironie. Au contraire. Une absence totale de moralité signalée à ce titre dès le début de Violent Cop, où l'on assiste à l'humiliation, le lynchage puis le meurtre d'un clochard par des adolescents issus de la classe moyenne. Crime gratuit d'un exclu du mirage économique japonais. A noter que cette problématique de la jeunesse en manque de repère, ou tout simplement paumée reste un des thèmes récurrents du cinéma de Kitano dans les 90's avec comme point d'orgue son film intitulé Kids Return sorti en 1996.

    Parmi les griefs souvent énoncés par les gardiens de moral, on pointe souvent du doigt la violence dépeinte dans les films de Kitano, et ce premier long-métrage est en effet radical quant aux traitements de celle-ci. Une violence crue, sanglante sans artifice ou sophistication. En accord avec une œuvre noire et désespérée. Or comme souvent en pareil cas, on a tort de ne retenir que la dite violence physique. Violent Cop est sans doute encore plus dur sur le fond. Et la dernière scène du film témoigne parfaitement de ce climat amoral. Les hommes passent mais la corruption reste et la secrétaire du trafiquant dévie son regard en fixant son clavier.

    Sono Otoko, Kyobo Ni Tsuki a aussi la particularité, et ceci dès son premier long-métrage, de croiser la route avec le fameux personnage monolithique qu'interprète Beat Takeshi. Un homme vide. Déjà mort. Sans passion. Et seule sa relation avec sa sœur, récemment internée dans un hôpital psychiatrique, filmée avec beaucoup de justesse sert encore de garde-fou au personnage d'Azuma, jusqu'à ce que...

    Au final, Kitano signe dès son premier film une œuvre marquante, point de départ à une des filmographies les plus passionnantes des années 90.

    Site web:  http://therockyhorrorcriticshow.blogspot.fr/2009/04/azuma-san.html
    Vance
    Le 25/08/2019
    164 critiques
    Très impressionnant premier film où Kitano dévoile une maîtrise hallucinante du support ciné tout en incarnant un archétype fascinant.

    Site web:  http://www.ecran-miroir.fr/2018/12/critique-violent-cop-la-premiere-bombe-kitano.html
     Fermer Fermer
    En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer le fonctionnement du site, vous proposer des publicités ciblées adaptées à vos centres d'intérêt et réaliser des statistiques de visites