Honkytonk man

Red, musicien ambulant, retourne a la ferme familiale en Oklahoma. C'est pour y retrouver un paysage dévaste par un ouragan. Il est malade et se sait gravement atteint. Pourtant, une dernière chance s'offre a lui. Une convocation pour une audition a Nashville.

Honkytonk man
Listes de films avec Honkytonk man
REALISATEUR CLINT EASTWOOD
Les débuts comme réalisateur Clint Eastwood, en 1970, lors d'un tournoi de tennis En 1970, Eastwood perd son père, Clinton Eastwood, qui meurt d'une crise cardiaqueL1 104. Il abandonne durant plusieurs semaines son projet suivant : Un frisson dans la nuitL1 105. Quand il revient, Eastwood est différent : il ne boit plus d'alcool fort et fait davantage attention à sa santé. Voici les propos de Fritz Manes sur cette époque de sa vie : « Il a été complètement dévasté par la mort de son père, et ce parce que c'était la seule mauvaise chose qui lui était jamais arrivée dans la vie. Jusqu'ici les problèmes qui survenaient étaient toujours réglés à la fin de la journée. Il n'arrivait pas à comprendre ce qui lui arrivait. Il l'a pris comme une affaire personnelle — comme si on lui avait fait quelque chose, à lui, personnellement. Il a mis beaucoup de temps à s'en remettre, et Bon Dieu, il a bien failli s'effondrerL1 105. » Un frisson dans la nuit, le dernier projet qu'a conclu Leonard Irving avant de mourir, est le premier film d'Eastwood en tant que réalisateur ; il y joue également le rôle principal. Ce film lui permet d'aborder le thème du jazz, et d'explorer une nouvelle fois la psychose sexuelle, après Les Proies qui met en scène un soldat qui devient l’objet du désir de plusieurs femmes, ce qui lui permettra de survivreL1 105. La mort de son père a eu un impact sur le style visuel du film, très sombre et mélancoliqueL1 106. Le tournage se déroule mieux que prévu : il coûte 50 000 $ de moins et se termine quatre jours avant la date fixéeL1 107. Rissient, qui est devenu représentant européen de l'acteur, organise une projection du film et la première rétrospective de l'œuvre d'Eastwood au Festival du film de San Francisco en 1971. Mais cette première apparition dans un festival n'est pas une réussite : Eastwood n'est en particulier pas très apprécié des féministes. Mais cela n'empêche pas le film d'être accueilli chaleureusement lors de sa sortie en sallesL1 108. Quoi qu'il en soit, Un frisson dans la nuit constitue un nouveau tournant dans la carrière de l'acteur : en plus d'être pour la première fois réalisateur, Eastwood ne joue plus un cow-boy ni un militaire. La même année, Current Biography estime les recettes totales des films d'Eastwood sur le marché mondial à environ 200 000 000 $, tandis que Life consacre Eastwood « star du cinéma la plus populaire du monde »L1 109. À cette époque, Eastwood n'a plus de projet de films, jusqu'à ce que Jenning Langs lui présente le script de L'Inspecteur HarryL. C'est l'histoire de Harry Calahan, un policier de San Francisco déterminé à arrêter un meurtrier psychotique par tous les moyens. Le script, qui appartenait initialement à Universal, est finalement acheté par la Warner Bros. Frank Sinatra est un temps pressenti pour interpréter le rôle principal, mais le projet traînant en longueur, l'acteur abandonne finalement pour laisser sa place à Eastwood. Harry est un solitaire qui vient de perdre sa femme et qui ne cherche plus l'amour. Andrew Robinson est choisi par Siegel pour interpréter le méchant du film. C'est ainsi que commence le tournage de L'Inspecteur Harry
Le road-movie
Les voyages forment la jeunesse, à ce qu'il paraît : le cinéma américain aime donc à proposer, sur ce principe, des drames intenses qui se déroulent sur la route, à la suite de héros partis au loin dans des espaces souvent sauvages, toujours dépaysants. Pour mieux se trouver eux-mêmes... Des drames parfois situés en pleine fin du monde, aussi. Mais au fil des films, on ne croise pas que des grands destins tristes : en matière de road-movie, la comédie est aussi de mise ! Et elle aime à réfléchir sur la famille – on pense à Little Miss Sunshine ou Captain Fantastic – ou sur les caractères opposés. Côté européen, les routes de film sont plutôt solaires, elles, et empruntées par des personnages au-delà de la quarantaine. Lancés à la redécouverte des charmes de leurs pays, comme dans Saint Amour, ou Folles de joie...
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer le fonctionnement du site, vous proposer des publicités ciblées adaptées à vos centres d'intérêt et réaliser des statistiques de visites