Vincent, François, Paul... et les autres

    |  1 |
    J'aime:
    Affiche du film Vincent, François, Paul... et les autres
    ma note
    je suis fan
    ajouter à mes films

    Notez le film : 


    ecrire mon avis/critique
    BANDE ANNONCE
    VF

    Vincent, François, Paul... et les autres

    UTILISATEURS
    (3.75 pour 20 notes)
    REALISATION:
    ANNEE:
    1974
    PAYS:
    DUREE:
    1h 53min
    ACTEURS:
    + Fiche complète

    Vincent, François, Paul... et les autres : Films proches

    <
    1
    2
    >
    Affiche du film Les choses de la vie
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film César et Rosalie
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Mado
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Une histoire simple
    Film
    pas de bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Max et les Ferrailleurs
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Garçon !
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Vincent, François, Paul... et les autres: ADN

    Synopsis du film Vincent, François, Paul... et les autres

    Amis depuis la plus tendre enfance, Vincent, François, Paul et Armand, tous la cinquantaine, se retrouvent chaque dimanche à la campagne. Au quotidien, chacun connaît quelques déboires sentimentaux. Mais lorsque Vincent est victime d'une crise cardiaque, ses amis prennent conscience de l'importance de leurs problèmes.

    Photos du film Vincent, François, Paul... et les autres

    Ajouter une photo du film Vincent, François, Paul... et les autres

    Extraits de films, bande-annonces

    Vous pouvez ajouter un extrait de film de Vincent, François, Paul... et les autres
    1
    2
    page 1

    Listes avec le film Vincent, François, Paul... et les autres

    Ajouter une liste au film Vincent, François, Paul... et les autres
    Se confronter au cinéma d'auteur revient souvent à se plonger dans des films au style reconnaissable, à la mise en scène ambitieuse, et au scénario doté d'enjeux profonds. Dans ce champ, beaucoup...
    Format ou genre de film, les experts restent partagés sur la question. Néanmoins, ils sont plus ou moins d'accord pour dire en quoi cela consiste : un film ou les destins de nombreux personnages sont...

    vos dernières critiques de film

    Ajouter une critique au film Vincent, François, Paul... et les autres
    Sheba
    Le 23/05/2009
    2 critiques
    je n'ai pas revu ce film depuis longtemps mais c'est du pur Sautet. Les acteurs sont bons. C'est un film qui marque son époque. Les hommes entre eux, l'amitié, leurs maladresses, la solidarité, un certain manque de compréhension des femmes, des hommes parfois fragiles et perdus.Des moments de détente.. la vie avec ses profondeurs et ses banalités


    busyblogs
    Le 23/09/2009
    5 critiques
    La critique de Pincécranoir

    Après s’être fait la main sur deux films policiers (dont un splendide « classe tous risques »), Claude Sautet a choisi de changer son fusil d’épaule, délaissant les règles d’un genre balisé pour mieux s’éloigner vers un autre terrain, celui plus incertain des choses de la vie. Les hasards de son étude sociologique d’une époque (les années 70) et d’un milieu social (la moyenne bourgeoisie) nous mènent à la rencontre de « Vincent, François, Paul et les autres ». On rentre chez eux, un dimanche, au milieu d’une partie de foot endiablée. On rencontre leur femme, leurs enfants (un peu, ils intéressent moins Sautet que ne l’aurait fait Truffaut), leurs amis. Les trois copains ne sont plus tout jeunes, et amorcent l’inévitable virage de la cinquantaine, plus ou moins tassée selon certains. François (Piccoli), le toubib, est devenu patron de clinique. Il a des projets mais la conjoncture a tendance à réfréner ses ambitions. Paul (Reggiani), lui, est écrivain. Après plusieurs romans trépidants, il est en panne sèche. Alors faute de remplir les pages, il remplit son verre. Et surtout, il y a Vincent (Livi, euh pardon, Montand). En tant que patron d’une entreprise de mécanique de précision, il est aux premières loges quand s’annoncent les temps de crise. C’est l’heure du bilan financier (il est pris à la gorge) et du bilan affectif (c’est un champ de ruine). Trois enfants des trente glorieuses qui, à mi-parcours d’une vie, affichent un bilan sévère et désenchanté. Et puis il y a les autres : d’abord Jean (Depardieu, père), le boxeur qui bosse chez Vincent, mais aussi Armand, Clovis, Marco, Catherine, Colette, Lucie, Marie, etc… Mais les autres c’est aussi vous, moi, tout le monde. C’est pour ça que chez Sautet, on s’appelle surtout par son prénom. Parce qu’il aime bien ça les prénoms Claude puisqu’il nous présentera à César, Rosalie, Mado, Nelly, Monsieur Arnaud et puis à Max et les ferrailleurs. Chez Sautet il y a aussi des bagnoles qui roulent sous la pluie, quand elles ne tombent pas en panne (comme Paul tiens) parce qu’un mauvais plaisantin s’est amusé à débrancher le delco (on ne saura pas qui d’ailleurs, et puis on s’en fiche pas mal). Pour oublier les soucis de la semaine on se retrouve au bar de Clovis, pour se pinter, ou le dimanche à la campagne, pour discuter. Et parfois le ton monte parce qu’on se dit ce qu’on a sur le cœur. Parce qu’on est des amis après tout, et les amis c’est aussi fait pour ça. Pendant ce temps-là, les femmes font la popote ou couchent avec un autre, quand elles ne sont pas parties depuis deux ans et ont changé de couleur de cheveux. On mange, on boit, on est maladroit. On ne sait pas dire les choses avec diplomatie, on renverse un verre de bière parce qu’on est bourré, on bouscule un vase parce qu’on est ému. On avait construit sa vie pour être heureux mais on s’est pas vu changer, alors que Lucie (formidablement interprétée par une actrice malheureusement oubliée Marie Dubois), elle, elle l’a vu changer François. C’est d’ailleurs pour ça qu’elle part. Catherine (Stéphane Audran), elle, la femme de Vincent, ça fait deux ans qu’elle est parti déjà. Mais lui, il l’aime toujours. Englué dans ses problèmes d’argent, la tête est mise à rude épreuve, mais c’est finalement le cœur qui va lâcher. « Tu n’as plus vingt ans. On n’a plus vingt ans » lui dit François. Trop de boulot, trop de soucis, trop d’alcool, trop de tabac. « Vincent, François, Paul et les autres c’est la vie, Claude Sautet c’est la vitalité » disait un autre François, amoureux du cinéma. Et la vie, c’est pas toujours jouasse, même joliment mis en bouche par les sublimes bafouillages et dialogues approximatifs écrits par Dabadie (« musicien de l’onomatopée », Truffaut encore), habillé des accords nostalgiques, mélancoliques ou dramatiques composés par Philippe Sarde (sur un air de bandonéon d’Azzola, chauffe Marcel !). La dernière séquence est devenue mythique. Toute la bande est réunie et on parle d’avenir même si le passé traîne encore pas très loin derrière. Ils sont dans un café, derrière la vitrine et la caméra les observe. On voit se refléter, en surimpression, les images fugitives des gens de la rue qui se hâtent. Ils sortent enfin et on les suit de loin. L’image est granuleuse et ils se fondent dans la foule, nous avec. « Vincent, un petit alcool ? C’est de la prune. » dit un personnage au milieu du film. Bonne idée tiens, ça nous remontera.

    Site web:  http://princecranoir.mabulle.com/index.php/2009/05/06/182209-la-sequence-de-l-expectateur-n7
     Fermer Fermer
    En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer le fonctionnement du site, vous proposer des publicités ciblées adaptées à vos centres d'intérêt et réaliser des statistiques de visites