La Vengeresse

Face de Mort, ancien catcheur et motard devenu sénateur, embauche quatre redoutables chasseurs de primes. Leur mission : retrouver la jeune Lana et récupérer le précieux et compromettant objet qu’elle lui a volé. Entre thriller et road movie, La Vengeresse nous plonge dans les bas-fonds de l’Amérique profonde. Stations essence et motels de bord de route, sectes armées, rednecks édentés et boîtes de nuit pour travestis poilus, bienvenue dans l’Inland Empire !

Listes de films avec La Vengeresse
Vengeance!
Le culte de l'absence de pardon se célèbre au cinéma depuis des lustres. Au temps où Charles Bronson faisait justice lui-même, dans Un justicier dans la ville – dont Death Wish, avec Bruce Willis, est le remake – les tueries, fusillades et autres apologies de l'autodéfense avaient lieu dans un cadre réaliste. Depuis, des maîtres comme Quentin Tarantino (avec Kill Bill), ou Park Chan-wook (Old Boy) ont montré que les meilleurs films de vengeance contenaient une part d'humour. Le cinéma d'action et le thriller servent parfois de cadre, encore, à des histoires où le mot « Vengeance ! » résonne fort : on pense à La Peur au ventre (avec Paul Walker), Hors de contrôle (avec Mel Gibson) ou A vif (avec Jodie Foster). Mais la revanche et la vengeance au cinéma s'invitent parfois du côté du film historique (Gangs of New York) du western (Impitoyable, de Clint Eastwood), ou même du polar originaire de Hong-Kong : on pense à Vengeance, film dans lequel Johnnie To dirige l'inattendu Johnny Hallyday. Les meilleures vengeances ont droit de cité dans des sous-genres, pour finir : le film « Rape and revenge », ou les WIP movies (Women In Prison movies) montrent que ces histoires ont leur intérêt, au cinéma, et que la revanche n'est pas réservée qu'aux hommes, mais aux femmes aussi, dans les films...
Films d'animation pour adultes

Qui dit films d'animation pour adultes ne désigne pas forcément des longs-métrages interdits aux jeunes : dans des productions saluées dans les festivals telles que Persepolis (adapté par Marjane Satrapi de sa bande dessinée), Les Hirondelles de Kaboul (adapté par Zabou Breitman et Eléa Gobbé-Mévellec du roman de Yasmina Khadra), Bunuel après l'Âge d'or, ou dans une moindre mesure Valse avec Bachir (de l'israélien Ari Folman), les thèmes sont graves, mais accessibles pour un public adolescent. L'adaptation de manga Ghost in the shell (1995), Mutafukaz ou Team America (par les créateurs de South Park), apparaissent déjà (un peu) moins tout public, même si prisés des jeunes. A la différence des films de Bill Plympton, ou de Fritz le Chat, eux vraiment destinés aux adultes de par leur quota de références sexuelles et de violence.

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer le fonctionnement du site, vous proposer des publicités ciblées adaptées à vos centres d'intérêt et réaliser des statistiques de visites