Belle épine

    |  1 |
    J'aime:
    Affiche du film Belle épine
    ma note
    je suis fan
    ajouter à mes films

    Notez le film : 


    ecrire mon avis/critique
    BANDE ANNONCE
    VF

    Belle épine

    UTILISATEURS
    (2.3 pour 8 notes)
    REALISATION:
    ANNEE:
    PAYS:
    DUREE:
    1h 20min
    ACTEURS:
    + Fiche complète

    Belle épine : Films proches

    <
    1
    2
    >
    Affiche du film Sans toit ni loi
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Sabine
    Film
    pas de bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film No et moi
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Winter&#039;s Bone
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film De toutes mes forces
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Ecarts de conduite
    Film
    pas de bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Belle épine: ADN

    Synopsis du film Belle épine

    Prudence Friedman a 17 ans. Soudain livrée à elle-même dans l'appartement familial, elle rencontre Marilyne, une frondeuse du lycée qui lui fait découvrir le circuit sauvage de Rungis, où tournent dangereusement grosses cylindrées et petites motos trafiquées. Fascinée par la bande du circuit, Reynald, Franck et les autres, Prudence tente d'y gagner sa place, en essayant de faire passer sa solitude pour de la liberté.

    Photos du film Belle épine

    Ajouter une photo du film Belle épine

    Extraits de films, bande-annonces

    Vous pouvez ajouter un extrait de film de Belle épine
    Belle Epine Bande-Annonce
    Bande-annonce VF
    4806 Vues
    Belle Epine Bande-Annonce
    Bande-annonce VF
    517 Vues

    Listes avec le film Belle épine

    Ajouter une liste au film Belle épine
    Merci pour vos votes! Cette session 2010 est dorénavant close, passons à 2011! N'oubliez pas de voter pour vos films préférés sur le nouveau classement... D'ici là, bonne année 2011, et bons films!
    Se confronter au cinéma d'auteur revient souvent à se plonger dans des films au style reconnaissable, à la mise en scène ambitieuse, et au scénario doté d'enjeux profonds. Dans ce champ, beaucoup...

    vos dernières critiques de film

    Ajouter une critique au film Belle épine
    bobmorane75
    Le 17/11/2010
    245 critiques
    Zarbi, glauque, limite malsain. Et collection de nibars d’adolescentes, voir plus, qui n’apporte rien qu’une impression de voyeurisme. Je n’ai pas accroché du tout à cette histoire ennuyeuse et sans grand intérêt. C’est long et stérile. D’autant que le résumé parlait du monde de la cylindrée sur le circuit de Rungis, et on en voit quasiment rien. De nuit, passages rapides de phares durant trente secondes, et c’est tout. Histoire de solitude ? d’éveil sexuel ? d’ennuie ? Les actrices, Léa Seydoux, Agathe Schlencker ou Anaïs Demoustier, à par parler cul et se mettre à poil, ne sont ni mauvaises, ni transcendantes. C’est le film dans son ensemble qui n’est pas bien.

    Site web:  http://glandeurnature.blogs.allocine.fr/glandeurnature-288587-belle_epine.htm
    cristal
    Le 06/12/2010
    211 critiques
    "Belle épine" est un beau premier film qui laisse présager une grande sensibilité de la part de sa réalisatrice. Elle met en scène avec retenue un personnage dérouté, Prudence, qui porte en l'occurence très mal son nom. Après la mort de sa mère (on n'en sait pas plus), on la voit se former et se déformer entre l'appartement vide qu'elle habite désormais seule (éloignement du père, autonomie de la soeur), et les pistes de courses de moto illégales. Ce monde nocturne est certainement l'aspect le plus intéressant du film, non seulement parce qu'il est rarement montré dans toute sa noirceur et sa poésie, et aussi parce qu'il créé une atsmophère et un hors-temps qui rapproche plus encore le personnage du vide qui l'entoure et de la perte des repères. "Belle épine" est le récit invisible d'un apprentissage amoureux, émotionnel, une construction dans l'absence et la crevasse étrange qui nous fait passer de l'adolescence à l'âge adulte. Dans l'entre-deux que représente ainsi le film, le plus déroutant est de nous refuser une quelconque émotion palpable : il est assez rare dans le cinéma français que les sensations soient déroutantes par le simple style d'une cinéaste qui pourtant n'invente rien de particulier, ni dans l'architecture du film ni dans sa réalisation. Il me semble que cette langueur sentimentale que le film trouve parfois est dû aussi bien à l'assemblage des deux sujets (le deuil et, en filigrane, l'univers glauque des motards de nuit), qu'au recul donné au personnage. Le rôle est aussi ardent qu'absent, il est de quasiment chaque plan mais pourtant rien d'habituel n'en émane ; et il y a dans l'interprétation de Léa Seydoux quelquechose d'enfin vrai, fragile encore bien sûr, mais comme si la mollesse qu'on lui connaît au cinéma trouvait enfin une logique pour servir le personnage en profondeur. Seydoux dégage une sensualité voilée, une douceur brute, une matière dans le jeu que j'ai du mal à rendre à l'écrit. Il me semble qu'elle est la raison principale de la singularité de ce film, car en cherchant bien rien n'a particulièrement la vocation d'être original. "Belle épine" comporte en réalité d'autres qualités que le magnétisme effacé de son actrice, mais ceux-ci ne sont pas transcendants à la vue du sujet : la mise en scène âpre est d'une belle fluidité mais elle n'apporte rien de nouveau dans le genre du drame cru à la française, penchant trop vite dans le glauque même si la distance imposée et le mystère du personnage lui évite toute condescendance. Les seconds rôles sont campés avec charme par des acteurs doués, mais le manque de relief du scénario les empêche d'être véritablement plus que des figurants marquants. Esthétiquement les teintes grises et marronâtres dominent l'ensemble de la palette chromatique, ce qui donne au film un côté 'vieille France' assez fascinant car la temporalité est floue et les détails volontairement anéantis. Quant au noir profond des séquences nocturnes, il offre aussi cette même absence de repères temporels. Certains éclairages de nuit font surbriller les touches argentées du chrome des motos et donnent aux images une dimension visuelle assez forte, comme de bruyants chevaux de métal qui parcourent le noir. On remarque aussi un énorme travail sur le son, entre le silence de la solitude lorsque Prudence vaque à ses occupations ennuyées dans l'appartement, et le vrombissement agressif et effrayant des motos ; le film jongle entre cette fureur nocturne et l'abandon des matins tristes et calmes. "Belle épine" trouve ainsi son rythme, sans grande révolution mais avec une certaine maîtrise qui promet à sa réalisatrice un bel avenir de cinéma. Attendons surtout de la retrouver confrontée à une histoire originale et audacieuse.

    Site web:  http://moncinemamesfilmsmonart.blogs.allocine.fr/
     Fermer Fermer
    En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer le fonctionnement du site, vous proposer des publicités ciblées adaptées à vos centres d'intérêt et réaliser des statistiques de visites