Potiche

    |  10 |
    J'aime:
    FRANCE, 1977 : LA RÉVOLUTION SEXUELLE EST EN MARCHE - Après que son mari a été victime d'une séquestration par les employés de son entreprise, Suzanne Pujol se retrouve à la tête de l'usine et se révèle être, malgré sa réputation de potiche, une femme d'action et forte tête. Mais lorsque son mari revient de sa cure de repos, tout se complique... Potiche est une comédie délirante portée par Catherine Deneuve, épaulée par un casting cinq étoiles.
    Affiche du film Potiche
    ma note
    je suis fan
    ajouter à mes films

    Notez le film : 


    ecrire mon avis/critique
    BANDE ANNONCE
    VF

    Potiche

    BLOG
    UTILISATEURS
    (2.8 pour 363 notes)
    REALISATION:
    ANNEE:
    PAYS:
    DUREE:
    1h 43min
    ACTEURS:
    + Fiche complète

    Potiche : Films proches

    <
    1
    2
    >
    Affiche du film Nouvelle guerre des boutons (La)
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Micmacs à tire-larigot
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Petit Nicolas (Le)
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film 8 femmes
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Ces amours-là
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Nos plus belles vacances
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Synopsis du film Potiche

    En 1977, dans une province de la bourgeoisie française, Suzanne Pujol est l’épouse popote et soumise d’un riche industriel Robert Pujol. Il dirige son usine de parapluies d’une main de fer et s’avère aussi désagréable et despote avec ses ouvriers qu’avec ses enfants et sa femme, qu’il prend pour une potiche. À la suite d’une grève et d’une séquestration de son mari, Suzanne se retrouve à la direction de l’usine et se révèle à la surprise générale une femme de tête et d’action. Mais lorsque Robert rentre d’une cure de repos en pleine forme, tout se complique…

    Photos du film Potiche

    Ajouter une photo du film Potiche

    Critiques Blog du film Potiche

    phil_sine
    Le 16/11/2010
    53 critiques
    Catherine Deneuve est une « Potiche » absolument fabuleuse pour François Ozon ! Dans son rôle de vieille bourgeoise a priori fidèle et soumise à son mari infidèle et teigneux à la tête de l’entreprise de parapluies de son papa défunt, où les tensions sociales avec le monde ouvrier sont de plus en plus difficiles à gérer, elle excelle d’abord à tout retenir, faire comme si tout allait bien, pour ensuite mieux renverser la situation et les clichés ainsi accumulés, et démontrer à son entourage que la « potiche » n’est pas forcément qui l’on croit… Suite à un malaise cardiaque de son mari, elle est contrainte de s’occuper de l’entreprise familiale, révélant alors un talent incroyable à apaiser tout le monde et à maintenir à flots les affaires (et aller même bien au-delà !)

    L’ironie et la satire semblent permanents dans « Potiche ». Le kitsch est partout, le ton est constamment décalé, les personnages sont des caricatures hilarantes

    (suite de la critique en suivant le lien ci-dessous)

    Site web:  http://cinematheque.over-blog.net/article-potiche-de-fran-ois-ozon-france-2010-61028338.html

    Extraits de films, bande-annonces

    Vous pouvez ajouter un extrait de film de Potiche
    Potiche Bande-Annonce
    Bande-annonce VF
    7312 Vues
    Bande Annonce Potiche
    Bande-annonce VF
    736 Vues
    Potiche Bande-Annonce
    Bande-annonce VF
    688 Vues

    Listes avec le film Potiche

    Ajouter une liste au film Potiche
    Merci pour vos votes! Cette session 2010 est dorénavant close, passons à 2011! N'oubliez pas de voter pour vos films préférés sur le nouveau classement... D'ici là, bonne année 2011, et bons films!
    Le féminisme est est un courant de pensée visant à revaloriser la place des femmes dans la société. Il s'est particulièrement développé au cours des années 1950. La question des droits et du rôle des...

    vos dernières critiques de film

    Ajouter une critique au film Potiche
    BIBI62
    Le 11/11/2010
    127 critiques
    Vu en avant-première à l'UGC Ciné-Cité des Halles, en présence de son réalisateur, François Ozon, et ô surprise inattendue!, de la divine Catherine Deneuve (quelle joie de la voir apparaître contre toute attente, la salle s'est mise debout pour applaudir cette grande actrice!), avec aussi la présence de Judith Godrèche et d'un des co-auteurs de la pièce, Pierre Barillet-
    En effet ce film est la libre adaptation de la pièce de théâtre, Potiche, de Barillet et Grédy.
    Les deux auteurs de cette pièce l'avaient créé en étant inspiré par l'actualité d'époque, lorsque Jacques Chirac avait été élu maire de Paris, alors sa femme Bernadette avait précisé qu'elle ne souhaiterait pas demeurer une potiche à ses côtés.
    Ozon, tout en gardant pour le visuel l'époque des années 70, l'a bien évidemment ancrée dans l'air du temps, dans la modernité sociale et politique, avec multiples allusions au pouvoir en place, comme la reprise du fameux "casse-toi pov'con" ou "travailler plus pour gagner plus", également la référence à Ségolène Royal avec le personnage de Catherine Deneuve, et lorsque, élue député, elle apparait à la fin tout de blanc vêtu en interprétant (magnifiquement d'ailleurs) la mythique chanson "C'est beau la vie" de Jean Ferrat, on ne peut qu'y référer!
    Cette fable sociale sur l'ascension et l'émancipation féministe, souvent cruelle et mordante dans son fonds, a le mérite de marquer par la légèreté de son aspect formel, tout en plaisir visuel et aussi tout en plaisir des mots, et pourtant jamais le côté théâtral du récit ne vient plomber le scénario, Ozon sait, encore plus que dans "8 femmes", apporter une fluidité cinématographique rafraichissante et donner une forme épatante à son histoire, évitant l'inévitable piège du théâtre filmé, tout en y gardant ce côté kitsch, sans forcer le trait et sans trop appuyer sur la reconstitution d'époque (on pourra regretter cependant que la bande-son soit si pauvre en chansons, mais est-ce perso et nostalgique peut-être?). Heureusement si cette reconstitution est finalement assez sobre du plan de la mise en scène, pas trop ostentatoire, elle apporte au récit un aspect vintage assez détonant, avec toute la nostalgie d'une époque (ma propre jeunesse!) qui parait aujourd'hui bien désuète tout en conservant ce charme rétro magnifiquement représenté ici.
    Dès les premières images du film, en voyant Catherine Deneuve en survet rouge faisant son footing dans la forêt et s'émerveillant de la nature et des animaux, on sait qu'on rentre dans un esprit particulier, un peu comme dans un conte, à la fois enfantin et espiègle! Osons avec Ozon!
    Le ton est lancé, on sait à quoi s'attendre ou plutôt on peut s'attendre à tout!
    Puis la mécanique boulevardière se met en place, avec ses personnages très caricaturaux, autant dans les caractères que dans les coiffures, les costumes, les attitudes, le patron inflexible, qui prend sa femme pour une potiche, le fils qui évolue vers l'homosexualité, la secrétaire amoureuse de son patron, etc...
    On n'oubliera pas la scène où, après avoir pris la place de son mari alité comme patronne, Suzanne Pujol descend l'escalier habillée comme une jeune princesse se rendant à un bal pour rencontrer ses ouvriers en grève, avec tous ses colliers autour du cou, " Mme Pujol, vous pouvez pas vous présenter aux ouvriers habillée comme ça !" lui balance un syndicaliste! et la nouvelle patronne de répondre: "Vous trouvez que ça fait trop avec les bijoux ? Mais enfin, c'est tout de même grâce à eux que j'ai tous ces beaux bijoux. Ils ont le droit d'en profiter, après tout !" drôle, car fin et bien senti , déjà culte!
    Alors parlons des acteurs, Ozon a réuni un casting royal: d'abord l'immense Catherine Deneuve, en potiche imposée par son mari qui peu à peu prend sa revanche et le pouvoir, s'émancipant enfin d'une prison dorée mais peu reluisante pour elle, révélant aussi un passé amoureux inattendu, l'actrice, avec ce rôle qui marquera à coup sûr sa carrière (au moins un César je pense!), révèle un potentiel comique (qu'on avait déjà entrevu ces dernières années) épatant, osant casser son image et prouvant qu'elle peut tout interpréter!Et en arrivant, malgré le presque ridicule des coiffures et des tenues, à garder toute son élégance et toute sa classe indestructibles.Une vraie star!
    A ses côtés, en superbes faire-valoir, les épatants Fabrice Luchini (énorme mais tellement jouissif en mari et patron odieux!) et Karin Viard apportent eux toute leur fantaisie naturelle, leur peps, leur énergie de comédien, leur sens du dialogue et de la répartie, à leurs personnages eux aussi haut en couleurs, et qu'ils ont apparemment pris un pied à interpréter, plus l'intense Gérard Depardieu, dans son rôle, de député communiste, moins comique, plus dans l'émotion simple,tout en sobriété parfois, dans la nostalgie presque,souvent touchant et on sent qu'Ozon l'a choisi aussi pour son histoire professionnelle avec Catherine Deneuve, et on n'oubliera pas les scènes de rencontres entre les deux personnages, autrefois amants, qui sont toute en charme et émotion, presque mélancoliques, à l'image de cette scène de danse improvisée dans la boîte, où tout devient si léger, presque aérien entre les deux immense acteurs.
    Excellents et superbes aussi sont les jeunes de la famille, d'abord Jérémie Rénier, en fils se révélant peu à peu homosexuel, évoluant avec ses coiffures (avec celle du début on croirait voir Claude François!) et ses attitudes, puis Judith Godrèche, très belle, tout en douceur (et en chevelure!) en fille se ralliant, par surprise, à son père, par intérêt personnel.Plus des apparitions sympa de Bruno Lochet en syndicaliste à la Bové ou celle fugace de Sergi Lopez en routier!
    Cette alternance entre comédie pure, très vaudevillesque parfois, matinée d'un kitsch acidulé jouissif, et des scènes plus entre charme et émotion, plus les références à la fois sociales et cinématographiques, font un bel alliage de comédie réussie, pleine de couleurs, de folie, mais aussi de charme et d'insolence légère!Qu'on a envie de revoir et de savourer avec plaisir!
    Certainement la meilleure comédie française de l'année, et un vrai soleil, réjouissant, salutaire, un coup de coeur pétillant et décapant dans ce triste automne cinématographique qui tardait à nous réjouir!


    MA NOTE: 16/20

    Site web:  http://lecinedejo.blogs.allocine.fr
    fabe
    Le 15/11/2010
    52 critiques
    François Ozon est un petit provocateur : faire jouer la potiche du titre par la grande Catherine (Deneuve) est plutôt gonflé!Mais l'actrice du Dernier métro a prouvé dans 8 femmes ou Palais royal qu'elle était très à l'aise dans le registre de la comédie.

    Les premiers plans de Potiche d'un kitch assumé donnent le ton : Suzanne Pujol (Deneuve) fait son footing, en jogging rouge aux trois bandes et bigoudis, dans la propriété de sa maison bourgeoise tout en s'extasiant, avec la naïveté et la candeur d'une héroïne de Disney, devant la beauté de la nature!Moment de détente avant le retour dans sa prison dorée. Le film raconte l'émancipation d'une femme au foyer effacée (au passé sulfureux comme nous le découvrirons progressivement!) et régulièrement humiliée par son mari (Fabrice Luchini).

    Ozon a adapté une pièce de boulevard jouée par Jacqueline Maillan tout en injectant une modernité avec l'évocation, sur un mode léger, de sujets d'actualité comme la place de la femme dans la société, les grèves, les séquestrations de patrons. Des références irrésistibles au vocabulaire sarkozyste sont également faites durant l'ascension de cette femme dans la société. Ozon reprend en partie l'univers théâtralisé de 8 femmes avant d'ouvrir le récit vers le monde du travail et la société civile. Tout l'enjeu du récit est en effet de faire sortir le personnage de Suzanne de son emprisonnement domestique pour la confronter au monde extérieur. Le film a beau être marqué années 70 (costumes, intérieurs, importance du parti communiste dans le paysage politique) il dialogue, sur le mode de la causticité, avec notre temps.

    Le ton oscille allègrement entre cruauté amusée (le mari ignoble qui ne perd jamais une occasion de se moquer de sa femme) et rire jubilatoire (le face à face entre Suzanne et les délégués syndicaux de son usine, le numéro de danse au Badaboum sur la musique de Il était une fois) sans oublier une tendresse touchante (les manifestations d'affection du maire communiste joué par Gérard Depardieu envers cette femme de notable).

    Les acteurs sont tous excellents dans leurs registres; on s'amuse beaucoup devant cette success story incarnée par la formidable Catherine Deneuve.

    Site web:  http://boulevardducinema.blogspot.com/
     Fermer Fermer
    En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer le fonctionnement du site, vous proposer des publicités ciblées adaptées à vos centres d'intérêt et réaliser des statistiques de visites