Tamara Drewe

    |  13 |
    J'aime:
    - De retour dans son village après des années d'absence, Tamara Drewe, journaliste au nez refait et aux jambes interminables, fait rapidement tourner les têtes de tous les hommes... Truffé de bonne humeur, de bon sens et de vérités, Tamara Drewe est une comédie aussi légère que poignante, qui nous entraîne, à travers toute une galerie de personnages, à la découverte du genre humain.
    Affiche du film Tamara Drewe
    ma note
    je suis fan
    ajouter à mes films

    Notez le film : 


    ecrire mon avis/critique
    BANDE ANNONCE
    VF

    Tamara Drewe

    UTILISATEURS
    (3 pour 323 notes)
    REALISATION:
    ANNEE:
    PAYS:
    DUREE:
    1h 49min
    ACTEURS:
    + Fiche complète

    Tamara Drewe : Films proches

    <
    1
    2
    >
    Affiche du film Une grande année
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Bonne pomme
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Dialogue avec mon jardinier
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Are we done yet ?
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Peindre ou faire l&#039;amour
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Vert paradis
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Synopsis du film Tamara Drewe

    Avec son nez refait, ses jambes interminables, son job dans la presse
    people, ses aspirations à la célébrité et sa facilité à briser les
    coeurs, Tamara Drewe est l'Amazone londonienne du XXIe siècle.
    Son retour au village où vécut sa mère est un choc pour la petite communauté qui y prospère en paix.
    Hommes
    et femmes, bobos et ruraux, auteur de best-sellers, universitaire
    frustré, rock star au rancart ou fils du pays, tous sont attirés par
    Tamara dont la beauté pyromane et les divagations amoureuses éveillent
    d'obscures passions et va provoquer un enchaînement de circonstances
    aussi absurdes que poignantes.

    Photos du film Tamara Drewe

    Ajouter une photo du film Tamara Drewe

    Extraits de films, bande-annonces

    Vous pouvez ajouter un extrait de film de Tamara Drewe
    Tamara Drewe - BA VOSTF
    Bande-annonce VF
    22498 Vues

    Listes avec le film Tamara Drewe

    Ajouter une liste au film Tamara Drewe
    Merci pour vos votes! Cette session 2010 est dorénavant close, passons à 2011! N'oubliez pas de voter pour vos films préférés sur le nouveau classement... D'ici là, bonne année 2011, et bons films!

    vos dernières critiques de film

    Ajouter une critique au film Tamara Drewe
    summerday
    Le 14/07/2010
    164 critiques
    Le film de Stephen Frears est très fidèle au ton du roman graphique, bien qu'un peu moins grinçant, et à son histoire malgré quelques libertés scénaristiques. Le montage fait plusieurs clin d'oeil à l'univers de la BD et les paysages anglais sont splendides. Cependant, comme pour le roman graphique, mon avis reste mitigé. L'humour est présent mais pas suffisamment pour moi. Les caprices et les déboires de la bande d'écrivains en résidence sont plutôt drôles. Le reste de l'intrigue est un véritable vaudeville au fond de la campagne anglaise avec moults rebondissements, entre les infidélités de Nicholas, les problèmes d'identité de Tamara et l'amour obsessionnel de deux ados pour un batteur de rock. On passe un bon moment et l'actrice principale sort bien son épingle du jeu, mais en sortant on se dit que dans deux mois on ne gardera en mémoire que le micro-short!

    cristal
    Le 21/07/2010
    211 critiques
    Il y a chez Frears, plus que chez n'importe quel cinéaste britannique, une pensée théâtrale de laquelle émerge une alliance d'idées narratives et scéniques extraordinaires pour le cinéma. Encore une fois, "Tamara Drewe", bien qu'étant son film le moins singulier, offre cette perspective de scène, de mécanisme de récit infini et renouvelé. Frears abandonne de nombreux points habituels dans sa mise en scène (les lumières glacées, les grands mouvements de caméra et les raccords en espace et temps nouveau) pour se focaliser sur ce qui fait l'essence d'une histoire, la consistance d'un conte sociologique où se révèle la face cachée des êtres. Sa comédie, Allenienne à souhait dans sa capacité à n'être qu'une comédie d'un bout à l'autre et dont les moyens développants ne signifient pas les grandes embardées scénaristiques, retrouve une verve d'antan perdue dans quelques exercices de style un peu sages ("Chéri" et "Madame Henderson présente"). Objet de rires pimpant et délicat, "Tamara Drewe" est aussi un cinéma plus malin qu'il n'y paraît, toujours en avance sur notre perception comique du quotidien, débanalisé par la force des reflets que Posy Simmonds (créatrice de la BD originale) et son adaptateur y oppose. Distribution éclatante pour réflexion élégante sur les faiblesses communautaires, Simmonds et Frears prennent un malin plaisir à déconstruire le socle sur lequel reposent chaque personnage, emprisonné par des préjugés physiques qui renvoient à ses propres doutes. Acide dans le fond, "Tamara Drewe" répond à la légèreté qu'il envisage dans sa démarche artistique et publique, mêlant à merveille l'intelligence du propos avec le plaisir de l'instant. Sans prétention, toujours en sobriété (quitte à rater l'impact de dominos censé conclure brillamment le récit), Stephen Frears livre une subtile étude de moeurs, dont le personnage-titre représente le basculement d'une perfection sociale illusoire vers une guerre sentimentale où se brisent les masques et les incertitudes. Où se révèle aussi, comme le faux nez de Tamara cache les traumas du passé, la véritable valeur des gens, le vide de certaines existences, la condamnation subie par d'autres (les deux ado ennuyées, prises au piège de la superficialité people). Quand le nez se casse, c'est bien sûr le point final de l'histoire ; tout a été dit, et la beauté intouchable de la venimeuse héroïne, pourtant si innocente, révèle la vulnérabilité et l'imperfection des autres comme d'elle-même. Comme si la beauté n'était qu'une illusion optique, une invention dérisoire pour créer des rêves à ceux qui n'en ont pas. C'est autour de cette Cléopâtre british que Frears et Simmonds admettent la fonctionnalité des existences pour en révéler la nature et la vérité, belle ou laide. Et par féroce déduction, en juges moralistes, quel malin plaisir auront-ils à préférer l'enterrement d'un chien à celui d'un vil intellectuel bobo!

    Site web:  http://moncinemamesfilmsmonart.blogs.allocine.fr/
     Fermer Fermer
    En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer le fonctionnement du site, vous proposer des publicités ciblées adaptées à vos centres d'intérêt et réaliser des statistiques de visites