Piranha 3D

    |  19 |
    J'aime:
    - Alors que la ville de Lake Victoria célèbre le Spring Break en grandes pompes, un tremblement de terre ouvre une faille de laquelle s'échappe des milliers de piranhas assoiffés de sang... Piranha 3-D est un film d'épouvante aussi gore qu'hilarant, rythmé par des gags potaches et un humour noir incisif.
    Affiche du film Piranha 3D
    ma note
    je suis fan
    ajouter à mes films

    Notez le film : 


    ecrire mon avis/critique
    BANDE ANNONCE
    VF

    Piranha 3D

    BLOG
    UTILISATEURS
    (2.5 pour 168 notes)
    REALISATION:
    ANNEE:
    PAYS:
    DUREE:
    1h 28min
    ACTEURS:
    + Fiche complète

    Piranha 3D : Films proches

    <
    1
    2
    >
    Affiche du film Piranhas
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Piranha  3D 2
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Piranha
    Film
    pas de bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Frankenfish (Terreur dans les bayous)
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Willard
    Film
    pas de bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Piranha 2 - – Les tueurs volants
    Film
    pas de bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Synopsis du film Piranha 3D

    Alors que la ville de Lake Victoria s'apprête à recevoir des milliers d'étudiants pour le week-end de Pâques, un tremblement de terre secoue la ville et ouvre, sous le lac, une faille d'où des milliers de piranhas s'échappent. Inconscients du danger qui les guette, tous les étudiants font la fête sur le lac tandis que Julie, la shérif, découvre un premier corps dévoré... La journée va être d'autant plus longue pour elle que Jake, son fils, a délaissé la garde de ses jeunes frères et soeurs pour servir de guide à bord du bâteau des sexy Wild Wild Girls !

    Photos du film Piranha 3D

    Ajouter une photo du film Piranha 3D

    Critiques Blog du film Piranha 3D

    phil_sine
    Le 29/10/2010
    53 critiques
    Le réalisateur français Alexandre Aja, exilé aux Etats-Unis pour toucher à un cinéma de genre digne de ce nom, signe avec « Piranha 3D » un nouveau petit film gore tout ce qu’il y a de plus réjouissant ! Il s’agit en réalité d’un « reboot » du film original de 1978 qu’avait réalisé Joe Dante. La première chose qui saute aux yeux est d’ailleurs le style très « daté » de cette production, qui prend alors des allures d’hommage aux débuts du film d’horreur contemporain, que l’on retrouve d’ailleurs jusque sur l’affiche du film, tout ce qu’il y a de plus « vintage » ! On pense beaucoup aux « Dents de la mer » de Spielberg, tournant moderne de ce genre cinématographique… Quant à l’utilisation de la 3D, elle conserve ce côté parfaitement « gadget » et potache des films en reliefs des années 80. Du coup, le film ne brille pas par une très grande originalité, sinon dans la façon de faire dévorer par les poissons carnivores des centaines d’étudiants américains en rut et complètement décérébrés !

    (suite de la critique en suivant le lien ci-dessous... ;)

    Site web:  http://cinematheque.over-blog.net/article-piranha-3d-d-alexandre-aja-etats-unis-2010-56626885.html

    Extraits de films, bande-annonces

    Vous pouvez ajouter un extrait de film de Piranha 3D
    BA Piranha 3D VF
    Bande-annonce VF
    8612 Vues
    Piranha 3-D - BA VF
    Bande-annonce VF
    1125 Vues
    1
    2
    3
    page 1

    Listes avec le film Piranha 3D

    Ajouter une liste au film Piranha 3D
    Merci pour vos votes! Cette session 2010 est dorénavant close, passons à 2011! N'oubliez pas de voter pour vos films préférés sur le nouveau classement... D'ici là, bonne année 2011, et bons films!
    Fini les zombies, les vampires, les serials-killers, et autres psychopathes, place à l'éco-horreur! A l'occasion de la sortie de Piranha 3D, penchons-nous sur les petites bêtes (ou les plus...

    vos dernières critiques de film

    Ajouter une critique au film Piranha 3D
    wesleybodin
    Le 01/09/2010
    121 critiques
    (...) Piranha 3D est peut-être le divertissement le mieux abouti qualitativement parlant. Tout en s’amusant, Alexandre Aja impose sa patte artistique et nous prouve qu’il a tout d’un très grand en devenir. Piranha 3D : une folie jouissive qui n’est pas sans rappeler un certain Braindead dont une scène est largement inspirée. Les amateurs apprécieront, les aficionados applaudiront.

    Site web:  http://www.leblogducinema.com/2010/09/01/critique-piranha-3d/
    cristal
    Le 04/09/2010
    211 critiques
    N'en déplaise aux grands élitistes du 7ème art, cette nouvelle version de "Piranha" atteint des sommets de jouissance et confirme les réelles capacités artistiques d'Alexandre Aja. Découvert au grand public avec "Haute Tension", plongée infernale dans une nuit sans fin, confirmé par son grandiose remake de "La colline a des yeux", le fils d'Alexandre Arcady prouve aujourd'hui qu'il est l'un des rares metteurs en scène français à avoir su s'adapter à l'industrie américaine, quitte à y perdre peut-être la personnalité que l'on décelait dans ses premiers films. Après un "Mirrors" en demi-teinte, molle tension sur le jeu des reflets, le revoilà, vengeur et déterminé, braqué contre des studios qui se sont servis de lui : et l'évènement est de taille. Dans le plus pur esprit du cinéma à la Robert Rodriguez (c'est-à-dire artisan du maquillage, admirateur de l'outrance sexuelle et sanglante, faiseur de plaisir coupable, rythmeur hors-pair), Aja s'impose comme le grand ami des mâles. Il ne servira à rien d'aller voir plus loin dans le film qu'un divertissement d'excellence où s'enchaînent une mythique séquence lesbienne aquatique (pas de nus dans les grosses productions américaines? Fuck off!), un carnage abominable dont la montée en puissance augure le meilleur, et la critique acerbe d'une Amérique encore bien jeune, adepte de la défonce et du silicone. Les personnages, caricatures réjouissantes de consanguins et de bouseux riches qui traitent la femme comme une pouffiasse décérébrée, arbitrent clairement la vision ironique du cinéaste ; oh oui les dents ciselées de ces chers piranhas vont bouffer de la connerie ambulante, de la chair en plastique, cette face puérile de l'Amérique sans progrès. Le film d'Aja devient très vite un parc d'attraction où tout le monde prend cher, y compris dans les endroits sensibles. La première heure tient d'une mise en bouche d'un mauvais goût raffiné (techno à gogo, bimbos dégueulasses et blaireaux en transe), bien étalée pour que la suite n'en devienne que plus ultime : et dans ces trente minutes de bonheur, à quoi bon reprocher la violence, la bêtise, à quoi bon dire que c'est mal de penser le cinéma comme un grand huit? Aja se cantonne du début à la fin aux promesses délivrées (si ce n'est une 3D dispensable, une fois encore), et de surcroît le fun qu'il met en scène sait avoir un sens et un discours. Dommage qu'il plonge droit dans l'héroïsme primaire lors d'une dernière séquence où les gens biens doivent survivre. Le guignolesque manque alors de dérision, cette dérision qui fait jusque-là passer la pilule de la surenchère en un plaisir hors du commun, divinement con et beau. Ces dix minutes de survival grotesque font fortement regretter l'invention visuelle de la scène du massacre, inoubliable ; corps arrachés en deux, visages dépecés, jambes triturées jusqu'à l'os, l'hémoglobine n'en finit pas de gicler de bonheur, enfin libre dans les mains d'un petit français qui s'amuse à émietter l'Amérique de tous les rêves. Et dans ce ravage brillant, quelques trésors ; des cadres sanglants magnifiques, tout droit issus du cinéma du bon vieux temps où chaque gerbe de sang était mûrement préparée par une équipe entière de maquilleurs professionnels. Alors quand surgit ce plan magique d'une ridicule bimbo en bikini badigeonnée de sang, hurlant en contre-plongée vers le ciel bleu, c'est le choc des couleurs, et tout un pan du cinéma qui ressurgit, Carpenter et Argento, les plus grands, les plus mauvais, les plus sincères, tous ces cinéastes pour qui le gore peut (aussi) être une forme et un langage artistique.

    Site web:  http://moncinemamesfilmsmonart.blogs.allocine.fr/
     Fermer Fermer
    En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer le fonctionnement du site, vous proposer des publicités ciblées adaptées à vos centres d'intérêt et réaliser des statistiques de visites