Traffic

    |  18 |
    J'aime:
    PERSONNE N'EN SORT BLANCHI. - Traffic, thriller policier dramatique et bouleversant raconte l'histoire de trois personnages, tous différents, mais liés par la drogue, du Mexique aux Etats-Unis. Du plus petit policier, résistant à la tentation du trafic, au juge d'une cour suprême partant en guerre contre la drogue, en passant par une femme enceinte laissée à la dérive par son mari, baron de la drogue, Traffic nous entraîne dans une lutte sans fin contre un fléau très présent en Amérique.
    Affiche du film Traffic
    ma note
    je suis fan
    ajouter à mes films

    Notez le film : 


    ecrire mon avis/critique
    BANDE ANNONCE
    VF

    Traffic

    UTILISATEURS
    (3.35 pour 204 notes)
    REALISATION:
    ANNEE:
    PAYS:
    DUREE:
    2h 27min
    ACTEURS:
    + Fiche complète

    Traffic : Films proches

    <
    1
    2
    >
    Affiche du film Sicario
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Sin City
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Le Dernier Rempart
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film La Nuit nous appartient
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Narc
    Film
    pas de bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Bad Lieutenant - Escale à la Nouvelle-Orléans
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Synopsis du film Traffic

    Le Président des États-Unis nomme un juge de la Cour Suprême de l'Ohio, Robert Wakefiel, à la tête de la lutte antidrogue. Cependant, ce conservateur découvre que sa propre fille, Caroline, est toxicomane.A San Diego, Helena Ayala mène une vie paisible avec son riche mari Carlos. Mais celui-ci est arrêté, accusé d'être un puissant caïd de la région. Du jour au lendemain, Helena se retrouve sans le sou. La seule façon d'assurer l'avenir de l'enfant qu'elle porte en elle, c'est d'écouler à son tour le stock de poudre blanche.Les agents infiltrés de la Drug Enforcement Administration, Montel Gordon et Ray Castro, appréhendent le trafiquant Eduardo Ruiz, un subalterne de Carlos qui promet de témoigner contre lui à la Cour. Les deux officiers sont chargés de sa protection.Au Mexique, le policier Javier Rodriguez travaille sous les ordres du général Salaza. Confronté à la tentation de l'argent, Javier résiste, mais la corruption le conduit à une situation intenable.

    Photos du film Traffic

    Ajouter une photo du film Traffic

    Extraits de films, bande-annonces

    Vous pouvez ajouter un extrait de film de Traffic
    Bande annonce VO
    Bande-annonce VF
    7641 Vues
    Traffic BA VF
    Bande-annonce VF
    869 Vues

    Listes avec le film Traffic

    Ajouter une liste au film Traffic
    Vous cherchez une liste des meilleurs blockbusters du cinéma mondial ? Votre recherche s'arrête ici puisque cinetrafic a compilé une liste des plus gros films à succès de l'histoire du cinéma....

    Si vous voulez regarder des films sur le trafic de drogue mais ne savez pas où commencer, cette liste est faite pour vous. Les grands classiques du trafic de drogue au cinéma...

    Danger, illégalité, argent à flots et pouvoir de fascination : le trafiquant reste un personnage emblématique du cinéma américain....

    vos dernières critiques de film

    Ajouter une critique au film Traffic
    SkynetBelgacom
    Le 11/03/2014
    9 critiques
    Traffic, c’est une vaste toile d’araignée : collante, aux fils serrés, translucides et mortels, auquel personne ne peut échapper. L’araignée qui tisse cette toile, c’est la drogue. Et c’est de la façon dont chacun s’englue, se débat ou se laisse mourir, tente de s’échapper ou s’y jette les yeux fermés que Steven Soderbergh ( Solaris, Magic Mike, Ocean’s Eleven ) nous en parle avec Traffic.

    Des destins qui s’emmêlent et se démêlent

    Traffic, c’est donc une sorte de croisée des chemins et des destins : on suit Javier Rodriguez ( Benicio Del Toro ), un policier mexicain de Tijuana qui voit grand et n’a pas froid aux yeux. Lorsqu’il est approché par Arturo Salazar, un général de la lutte anti-drogue (Thomas Millan ) , l’occasion pour lui de frapper un grand coup contre le cartel de Tijuana se présente à lui, seulement, derrière cela se cache de sombres enjeux politiques... Ensuite il y a Helena Ayala ( Catherine Zeta-Jones ) ,la femme d’Arnie Metzger (Dennis Quaid ), un riche homme d'affaire soudainement arrêté pour trafic de drogue, qui voit sa vie basculer et qui entame alors une course-contre-la-montre , afin de sauver son mari de la décision du tribunal qui la menace elle aussi directement. Montel Gordon (Don Cheadle ) quant à lui est un agent de la D.E.A. qui essaie lui aussi de remonter les filières du trafic et ainsi diminuer drastiquement l’apport de drogues aux USA, en compagnie de son coéquipier (Luis Guzman). Pour finir, Robert Wakefield (Michael Douglas) se voit chargé par le gouvernement des États-Unis de gérer la politique anti-drogue et de prendre les décisions politiques nécessaires pour combattre le trafic. Seulement, il se rend compte qu’il est difficile d’éradiquer un mal qui ronge sa propre famille lorsqu’il découvre que sa fille (Erika Christensen) se drogue régulièrement.

    Une juste reconnaissance

    Récompensé de 4 Oscars (Meilleur réalisateur, meilleur second rôle pour Benicio Del Toro, meilleur scénario adapté et meilleur montage), le film avait fait parler de lui lors de sa sortie en 2001. Le film possède un côté esthétique nineties très intéressant, crasseux, aux caméras nerveuses et vibrantes, les scènes s’enchainant de manière brutale, décousue et sans perte de temps, un peu à la manière de la série The Shield.

    L’usage du filtre est extrêmement employé ici. Ainsi, lorsque nous suivons Javier Rodriguez au Mexique, l’image est jaune, désertique, brûlante, poussiéreuse. Lorsque nous sommes du côté de Mr. Anti-drogue et que nous assistons à la descente aux enfers de sa fille et de sa vie privée, l’image est bleue, froide, glacée, comme un corps raidit par les liquides de décomposition. Et lorsque les destins s’entremêlent, le jaune et le bleu se fondent un court instant en un vert couleur acide, mortel, rongeant celui qui ose s’y plonger. Et entre les deux, nous avons Montel Gordon qui tente de protéger son témoin pour...

    Le reste de la chronique sur :

    Site web:  http://www.skynet.be/fr/tv/chroniques/43805/traffic-la-toile-des-destins
    SkynetBelgacom
    Le 18/03/2014
    9 critiques
    Traffic, c’est une vaste toile d’araignée : collante, aux fils serrés, translucides et mortels, auquel personne ne peut échapper. L’araignée qui tisse cette toile, c’est la drogue. Et c’est de la façon dont chacun s’englue, se débat ou se laisse mourir, tente de s’échapper ou s’y jette les yeux fermés que Steven Soderbergh ( Solaris, Magic Mike, Ocean’s Eleven ) nous en parle avec Traffic.

    Des destins qui s’emmêlent et se démêlent

    Traffic, c’est donc une sorte de croisée des chemins et des destins : on suit Javier Rodriguez ( Benicio Del Toro ), un policier mexicain de Tijuana qui voit grand et n’a pas froid aux yeux. Lorsqu’il est approché par Arturo Salazar, un général de la lutte anti-drogue (Thomas Millan ) , l’occasion pour lui de frapper un grand coup contre le cartel de Tijuana se présente à lui, seulement, derrière cela se cache de sombres enjeux politiques... Ensuite il y a Helena Ayala ( Catherine Zeta-Jones ) ,la femme d’Arnie Metzger (Dennis Quaid ), un riche homme d'affaire soudainement arrêté pour trafic de drogue, qui voit sa vie basculer et qui entame alors une course-contre-la-montre , afin de sauver son mari de la décision du tribunal qui la menace elle aussi directement. Montel Gordon (Don Cheadle ) quant à lui est un agent de la D.E.A. qui essaie lui aussi de remonter les filières du trafic et ainsi diminuer drastiquement l’apport de drogues aux USA, en compagnie de son coéquipier (Luis Guzman). Pour finir, Robert Wakefield (Michael Douglas) se voit chargé par le gouvernement des États-Unis de gérer la politique anti-drogue et de prendre les décisions politiques nécessaires pour combattre le trafic. Seulement, il se rend compte qu’il est difficile d’éradiquer un mal qui ronge sa propre famille lorsqu’il découvre que sa fille (Erika Christensen) se drogue régulièrement.

    Une juste reconnaissance

    Récompensé de 4 Oscars (Meilleur réalisateur, meilleur second rôle pour Benicio Del Toro, meilleur scénario adapté et meilleur montage), le film avait fait parler de lui lors de sa sortie en 2001. Le film possède un côté esthétique nineties très intéressant, crasseux, aux caméras nerveuses et vibrantes, les scènes s’enchainant de manière brutale, décousue et sans perte de temps, un peu à la manière de la série The Shield.

    L’usage du filtre est extrêmement employé ici. Ainsi, lorsque nous suivons Javier Rodriguez au Mexique, l’image est jaune, désertique, brûlante, poussiéreuse. Lorsque nous sommes du côté de Mr. Anti-drogue et que nous assistons à la descente aux enfers de sa fille et de sa vie privée, l’image est bleue, froide, glacée, comme un corps raidit par les liquides de décomposition. Et lorsque les destins s’entremêlent, le jaune et le bleu se fondent un court instant en un vert couleur acide, mortel, rongeant celui qui ose s’y plonger. Et entre les deux, nous avons Montel Gordon qui tente de protéger son témoin pour faire tomber Arnie Metzger, tandis que sa femme est prête à tout pour l’éliminer, telle une vipère, sournoise et mortelle : eux sont filmés sans filtre, comme pour indiquer qu’ils sont au centre de la toile, que le piège se refermera sur eux en dernier, qu’ils font partie d’un tout qui les dépasse, à cheval entre deux réalités.

    Et puis il y a cette ambiance...

    la suite de la chronique sur :

    Site web:  http://www.skynet.be/fr/tv/chroniques/43805/traffic-la-toile-des-destins
     Fermer Fermer
    En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer le fonctionnement du site, vous proposer des publicités ciblées adaptées à vos centres d'intérêt et réaliser des statistiques de visites