Starman

    |  1 |
    J'aime:
    Affiche du film Starman
    ma note
    je suis fan
    ajouter à mes films

    Notez le film : 


    ecrire mon avis/critique
    BANDE ANNONCE
    VF

    Starman

    UTILISATEURS
    (3.5 pour 9 notes)
    REALISATION:
    ANNEE:
    1984
    PAYS:
    DUREE:
    1h 55min
    ACTEURS:
    + Fiche complète

    Starman : Films proches

    <
    1
    2
    >
    Affiche du film E.T. L&#039;Extra-Terrestre
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Invasion Los Angeles
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film New York 1997
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Starship Troopers
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Le Cinquième Elément
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Rencontres du troisième type
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Synopsis du film Starman


    Quelques années après l'envoi dans l'espace d'une sonde spatiale porteuse de messages de paix vers d'éventuels E.T., un engin suspect s'abat au-dessus d'une forêt américaine. Son passager, amical visiteur de l'espace, se réfugie chez une jeune veuve et prend l'apparence de son défunt mari.

    Photos du film Starman

    Ajouter une photo du film Starman

    Extraits de films, bande-annonces

    Vous pouvez ajouter un extrait de film de Starman
    Bande Annonce Starman
    Bande-annonce VF
    2022 Vues

    Listes avec le film Starman

    Ajouter une liste au film Starman

    Depuis l'aube des temps l'homme terrien s'est toujours demandé s'il était seul dans l'univers ou s'il était entouré...

    vos dernières critiques de film

    Ajouter une critique au film Starman
    Nio_Lynes
    Le 04/07/2016
    289 critiques
    Quand on parle d'aliens parmi nous, c'est plus l'idée d'une insidieuse invasion secrète à la body-snatchers (de grands films dans cette saga au passage, notamment le Siegel et le Kaufman), je me suis dit que ce serait bien de contourner le problème sous un autre angle. En effet, de même que nous sommes constamment terrifiés par ce qui est différent de nous et que l'on ne comprend pas, on a généralement plus envie d'avoir peur d'extraterrestres que de les serrer dans les bras (ma foi, s'ils sont continuellement visqueux mais qu'ils sont tous gentils, on fera un effort avec ce bon vieux gilet que mamie à tricoté mais dont la tête ne nous revient pas. Le gilet, pas la mamie ou le E.T).

    Or, nous avons aussi des films où, foin d'invasion, l'extraterrestre s'est égaré sur notre planète paumée (quoiqu'il soit lui aussi paumé, du coup, bon, j'arrête de digresser) et là, c'est plutôt l'humanité qui est à pointer du doigt dans ses travers et sa bêtise, souvent d'intolérance à fond. Klaatu barada nikto !


    De même qu'on imagine pas forcément comment l'échec de Blade Runner porta un sacré coup à la créativité et l'énergie d'un Ridley Scott, l'échec de The thing va salement amocher alors John Carpenter ("un film en avance sur son temps" dira t-il bien plus tard quand The thing sera alors réévalué avec le temps pour devenir un vrai film culte). A tel point que Starman va être le miroir inversé de son grand frère, changeant la donne de bout en bout (juste avant, Carpenter livre une sympathique adaptation de Stephen King, Christine, qui lui permet à nouveau de montrer pattes blanches aux studios).



    Il n'y avait pas de personnage féminin dans The thing ? Ici, Jenny (merveilleuse Karen Allen) emporte le morceau de par son humanité et sa bienveillance généreuse. De grande amochée, elle devient une figure qui se reconstruit, éclipsant presque l'homme des étoiles, plus humaine probablement que pas mal de ses congénères. Ce n'est pas nouveau, les personnages féminins sont d'ailleurs généralement des êtres forts qui survivent à tout chez John Carpenter, de Julie de Assaut (Nancy Kyes, une habituée de l'univers Carpenterien étant donné qu'on la retrouve également dans Halloween et The Fog !) à Melanie (Natasha Henstridge) de Ghosts of Mars. Pas étonnant donc que The thing soit un casting exclusivement masculin au vu du nihilisme désespéré du film !


    Ensuite dans ses idées, voire sa mise en scène (photographie très chaleureuse opposée à la blancheur bleutée de la neige de l'Antarctique), là aussi le film se veut l'opposé de The thing. Ici la créature n'est pas toutes les choses existantes en soi, l'apparence reste la même, humaine... même jusque dans ses sentiments puisqu'au contact de Jenny, le star man évoluera lui aussi et s'humanisera. Ensuite The thing ne dévoilait jamais le processus de création de la chose, la rendant en celà iconique à souhait, un mythe à l'échelle de Lovecraft (d'ailleurs principale référence). Ici, on découvre lentement comment le Star man prend forme humaine (une des meilleures séquences du film, d'autant plus que les effets spéciaux n'ont pas trop vieillis et se mêlent à un fort degré d'émotion).


    Starman est l'image d'un changement (d'ailleurs son film suivant suivra cette route désormais en zig-zag en étant pas plus un film d'horreur qu'un film de science-fiction mais un hommage au cinéma asiatique sous dose énorme de comédie à Chinatown : Les aventures de Jack Burton dans les griffes du mandarin !). On pourrait même dire une prise de risque, tout comme The thing. Pour donner un ordre d'idées, c'est un peu comme si Stephen King se disait du jour au lendemain qu'il allait écrire ...un livre de recettes de cuisine. Bien sûr des recettes qu'on imagine fort sanglantes, mais de cuisine quand même, c'est dire le virage. On peut probablement penser que Christine et beaucoup plus Starman ont profité au cinéaste, dans le sens qu'ils lui ont visiblement permis de se régénérer après l'échec de The Thing puisque coup sur coup, le bonhomme enchaînera 3 oeuvres monumentales après ça : un hommage jouissivement fun et décontracté à l'Asie donc, une série B d'épouvante noire et craspec qui intrigue, étonne, terrifie (Prince des ténèbres), un brûlot politique contestataire qui renvoie l'Amérique et la société de consommation aux oubliettes (Invasion Los Angeles).


    Starman sera d'ailleurs un succès critique assez bienvenu (le public comme on l'a vu est à nouveau pas au rendez-vous... ce qui n'empêche que à l'instar de The thing, enfin dans une mesure moindre, le film a depuis été bien réévalué grâce à la VHS et au DVD). Les journalistes ciné ne sont pas aveugles et voient bien la photographie magnifique de Donald Morgan, les paysages qui mettent en valeur l'Amérique, les effets spéciaux soignés (Dick Smith + Stan Winston + Rick Baker quand même d'un côté. I.L.M de l'autre pour des effets visuels et de lumière. Pas rien tout ça donc), et surtout une histoire touchante et émouvante qui permet à Jeff Bridges d'être nominé pour l'oscar et le golden globe de la meilleure performance d'acteur de l'année 85. Il ne les aura pas mais par contre empochera le Saturn Award, catégorie meilleur acteur de l'Academy of Science-Fiction, Fantasy & Horror Film, USA. Une récompense ma foi méritée pour ce très beau film qui mélange SF avec romantisme sensible et comme souvent chez le réalisateur, doté de scènes anthologiques.



    Quand à Big John, lui, il repartait après pour de nouvelles aventures, différentes certes, mais tout aussi bien dans une filmographie passionnante...

    Site web:  http://dvdtator.canalblog.com/archives/2016/06/26/34015767.html
     Fermer Fermer
    En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer le fonctionnement du site, vous proposer des publicités ciblées adaptées à vos centres d'intérêt et réaliser des statistiques de visites