Disgrace

    |  1 |
    J'aime:
    Affiche du film Disgrace
    ma note
    je suis fan
    ajouter à mes films

    Notez le film : 


    ecrire mon avis/critique
    BANDE ANNONCE
    VF

    Disgrace

    UTILISATEURS
    (3.25 pour 15 notes)
    REALISATION:
    ANNEE:
    PAYS:
    Australie,...
    DUREE:
    1h 59min
    ACTEURS:
    + Fiche complète

    Disgrace : Films proches

    <
    1
    2
    >
    Affiche du film Waati
    Film
    pas de bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Dust
    Film
    pas de bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Come back, Africa
    Film
    pas de bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Beauty
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Ingrid Jonker
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Au nom de la liberté
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Disgrace: ADN

    Emotions :

    Synopsis du film Disgrace

    David Lurie est professeur de poésie
    romantique à l'Université du Cap en Afrique du Sud. Divorcé, il
    assouvit sans retenue son attirance pour les femmes.
    Mais la
    relation qu'il entretient avec l'une de ses étudiantes provoque le
    scandale, si bien que David se voit forcé de démissionner de son poste.
    Il
    trouve alors refuge chez sa fille, Lucy, qui cultive des fleurs dans
    une ferme isolée à l'intérieur des terres, une région que les Blancs
    ont quittée après la fin de l'apartheid.
    Pour continuer à vivre dans
    ce paysage somptueux David et Lucy doivent se plier à toutes sortes de
    compromis ; là où les Blancs étaient les maîtres autrefois, leur
    présence est maintenant à peine tolérée.
    Le jour où David et Lucy
    subissent une agression, David est le témoin impuissant du viol de sa
    fille. Choqué, il se rend compte de la violence faite aux femmes dans
    la société et prend conscience du comportement abusif qu'il a lui-même
    toujours eu vis-à-vis d'elles...

    Photos du film Disgrace

    Ajouter une photo du film Disgrace

    Extraits de films, bande-annonces

    Vous pouvez ajouter un extrait de film de Disgrace
    Disgrace - BA VOST
    Bande-annonce VF
    4232 Vues

    Listes avec le film Disgrace

    Ajouter une liste au film Disgrace
    Merci pour vos votes! Cette session 2010 est dorénavant close, passons à 2011! N'oubliez pas de voter pour vos films préférés sur le nouveau classement... D'ici là, bonne année 2011, et bons films!
    Quand on nous dit Afrique on pense jungle, animaux exotiques, paysages fabuleux, déserts gigantesques... mais aussi guerres, famines, violences, injustices sociales... ou alors culture, blues ou jazz. Et...
    Le féminisme est est un courant de pensée visant à revaloriser la place des femmes dans la société. Il s'est particulièrement développé au cours des années 1950. La question des droits et du rôle des...

    vos dernières critiques de film

    Ajouter une critique au film Disgrace
    NicoMyers
    Le 18/02/2010
    41 critiques
    Excellente adaptation du roman dit "d'apprentissage" signé John M. Coetzee (prix nobel de littérature en 2003), Disgrâce se voit par hasard être l'antithèse totale du film Invictus sortie un mois auparavant. D'une part, c'est l'oeuvre réussie d'un nouveau réalisateur, Steve Jacobs (deux autres films plutôt méconnu à son actif), et non la déception d'un Maître bien rodé. Mais il se trouve que le film de Jacobs se déroule également en Afrique du Sud pendant l'Apartheid, mais cet élement sert uniquement de toile de fond. La part de "critique" ou plutôt de message social s'y fait tout en subtilité, par le parallèle qu'on peut faire entre les viols commis par la bande de jeunes Noirs et ceux, moins brutaux physiquement mais tout autant moralement, d'un professeur d'université Blanc. Mais Disgrâce est avant tout le portrait d'un homme mûr, cultivé, qui se voit soudainement perdu dans ses certitudes plutôt nihilistes. Ses sentiments s'expriment pleinement dans une mise en scène réfléchie, faite d'ellipses et de transitions inattendues, de plans magnifiquement composées. On notera néanmoins quelques longueurs, mais aussi les interprétations sublimes offertes par tous les comédiens.

    Site web:  http://myplanity.centerblog.net/
    Foxart
    Le 14/03/2010
    82 critiques
    Disgrace est un film loin d'être inintéressant mais qui semble tout mettre en œuvre pour se rendre à la fois hermétique et antipathique.
    De la mise en scène, assez plate et insipide à quelques rares moments prêts, il n'y a pas grand chose à dire: l'essentiel reposant sur le récit, l'étrange moralisme qui s'en dégage et l'interprétation assez forte des comédiens. notamment d'un John Malkovich très étonnant.

    Je précise d'emblée que je ne suis pas du tout familier de l'oeuvre de John Maxwell Coetzee et que je ne connais notamment pas du tout ce livre précis, ce qui occasionnera sans doute quelques erreurs de lecture puisque mon interprétation ne sera basée que sur le film lui même.... mais bon, je me lance...

    "Faire face à ses démons", voila qui semble être au cœur de ce film dont le récit se déroule dans l'Afrique du Sud post-Apartheid où les blancs profitant encore de quelques rares privilèges et sans doute devenus indésirables, subissent un étrange et dérangeant retour de boomerang dans lequels les deux personnages principaux du film - père et fille - semblent se complaire royalement.
    Il est en effet bien difficile de comprendre autant leur réaction aux évènements qui ne semble conditionnée qu'à une culpabilité inscrite dans leur chair même, que leur mode de pensée qui ne parait soumis qu'à la satisfaction d'un désir immédiat et inexplicable, dénué de toute perspective d'avenir, comme exclu de toutes conséquences, sur eux-même comme sur les autres.

    C'est un univers extrêmement ambigu que décrit là Steve Jobbs puisque les personnages semblent totalement dénués de morale pour le père et d'amour propre pour la fille et qu'ils agissent pourtant constamment à l'inverse de ce qu'il semblent exprimer ou représenter.

    Le film s'avance alors de plus en plus vers une métaphore de la domination des hommes par d'autres hommes, de la culpabilité qu'elle peut engendre et qui rejaillit sur la descendance de ces hommes comme un atavisme de culpabilisation...

    Plus le film développe cet aspect, plus il en devient d'ailleurs irritant et, en même temps, plus il devient déconcertant, dérangeant et inconfortable. Et donc forcément plus intéressant qu'un film lambda et politiquement plus incorrect...

    Mais, pourtant dans ces développements plus évidemment empreints de christianisme, il finit tout de même au cours de certaines scènes et de certains discours par devenir franchement répugnant :
    Les excuses de John Malkovich à la famille de la jeune étudiante "abusée" sont un sommet de repentir chrétien. Le fait d'avoir profité de son statut de prof de fac, pour coucher avec une étudiante majeure et vaccinée s'apparentant alors ici au viol rituel et récurrent de sa propre fille (et sans doute de l'ex fiancée de celle ci) de manière clairement abusive.
    Si cela avait été un prof de collège, j'aurais compris, mais s'agissant d'une jeune femme, j'ai du mal à saisir.
    Il semble cependant que le facteur racial (la jeune fille est métisse) entre ici en ligne de compte et le prof serait donc peut-être davantage coupable d'être un blanc ayant séduit une jeune noire...?
    Je m'interroge et j'avoue ici qu'à ce stade beaucoup de choses m'échappent dans ce film.

    Sa fille, jeune femme violée par trois jeune noirs, visiblement pas pour la première fois, semble se plier à ce marquage rituel au point de le subir comme un martyr inévitable et consenti... elle va même jusqu'à renoncer à tous ses biens, y compris à sa maison et à se soumettre à un mariage factice pour vivre recluse dans sa propre maison et soumise à la loi du viol rituel, de l'enfant qui en naitra et qu'elle élèvera comme une dette à payer au pays et à ses habitants...

    "Comme un chien", c'est le terme employé par son père, John Malkovich dans le film pour qualifier sa soumission...

    Il s'agit donc bien là d'un film sur l'impossibilité apparente de toute rédemption et la condamnation à l'expiation qui est bien peu confortable et vraiment très dérangeant.
    D'autant que les personnages de noirs sont dans le film tous des figures étranges, inquiétantes, menaçantes, parfois presque surnaturelles, comme des fantômes dans le paysage avec de brefs glissement aux frontières du fantastique...

    Souvent intéressant, parfois horripilant, un peu confus dans son propos et banal dans sa forme, Disgrace est un drôle d'objet cinématographique... Il évoque par certains côtés les grands mythes fondateurs, notamment de l'Ancien Testament et de la Genèse, incroyables de cruauté et de valeurs métaphoriques et en même temps, le film semble peiner à condenser tout cela sur une durée d'une heure trente...
    Pas sur que j'aurais envie de le revoir un jour... en tous cas...


    Site web:  http://foxart4.blogspot.com/
     Fermer Fermer
    En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer le fonctionnement du site, vous proposer des publicités ciblées adaptées à vos centres d'intérêt et réaliser des statistiques de visites