Le Jeune Ahmed

    J'aime:
    - Le Jeune Ahmed est un drame à thème engagé, filmé de façon sèche et réalisé par les cinéastes belges Jean-Pierre et Luc Dardenne. Ceux qui gagnèrent, à Cannes, deux fois la Palme d'or (pour Rosetta, puis pour L'Enfant), ainsi que le Grand Prix (pour Le Gamin au vélo), le Prix du scénario (pour Le Silence de Lorna), et permirent à Olivier Gourmet de gagner un Prix d'interprétation pour Le Fils, ont été distingués cette fois par le Prix de la mise en scène, à Cannes 2019. Ils suivent cette fois un adolescent radicalisé qui se prépare pour un acte grave, sous l'influence d'un imam extrémiste... Avec, au sein de la distribution, un mélange d'acteurs (comme Olivier Bonnaud, ou Myriem Akheddiou) et de non-professionnels, parmi lesquels les jeunes Idir Ben Addi et Victoria Bluck.
    Affiche du film Le Jeune Ahmed
    ma note
    je suis fan
    ajouter à mes films

    Notez le film : 


    ecrire mon avis/critique
    BANDE ANNONCE
    VF

    Le Jeune Ahmed

    UTILISATEURS
    (3 pour 3 notes)
    REALISATION:
    ANNEE:
    PAYS:
    France,Belgique
    DUREE:
    1h 24min
    ACTEURS:
    + Fiche complète

    Le Jeune Ahmed : Films proches

    <
    1
    2
    >
    Affiche du film Deux jours, une nuit
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film L&#039;Enfant
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Killer Kid
    Film
    pas de bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film L’Adieu à la nuit
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Consequences
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film La familia
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Le Jeune Ahmed: ADN

    Synopsis du film Le Jeune Ahmed

    En Belgique, aujourd’hui, le destin du Jeune Ahmed, 13 ans, pris entre les idéaux de pureté de son imam et les appels de la vie.

    Photos du film Le Jeune Ahmed

    Ajouter une photo du film Le Jeune Ahmed

    Extraits de films, bande-annonces

    Vous pouvez ajouter un extrait de film de Le Jeune Ahmed
    1649 Vues

    Listes avec le film Le Jeune Ahmed

    Ajouter une liste au film Le Jeune Ahmed
    Après Sheitan en 2006, Kim Chapiron revient avec Dog Pound, récit de trois jeunes délinquants enfermés en centre de détention. Seuls ou en bande, à l’extérieur ou entre les murs d’une prison, dans les...

    vos dernières critiques de film

    Ajouter une critique au film Le Jeune Ahmed
    keira3
    Le 14/10/2019
    0 critique
    Avec leur style minimaliste et quasi-documentaire, les frères Dardenne abordent le sujet sensible de la radicalisation dans leur nouveau film, Le Jeune Ahmed (Prix de la mise en scène au dernier Festival de Cannes).

    Il s’agira ici de suivre Ahmed (Idir Ben Addi, dont c’est le premier rôle), 13 ans, vivant avec sa mère et ses frères et soeurs en Belgique. Contrairement aux jeunes de son âge, celui-ci ne court pas après les filles mais est obsédé par la religion. Ahmed est pratiquant de la religion musulmane, mais surtout il s’est radicalisé et tente de tuer une de ses professeurs, une « mécréante ». Le portrait de ce jeune homme, fulgurant (le film fait seulement 1h25), ne va pas chercher à expliquer les raisons de la radicalisation, ni faire de la psychologie de bas étage. Les frères Dardenne s’intéressent plutôt à la complexité d’Ahmed, à ses tiraillements, garçon mature et immature, guerrier et enfant à la fois. Ce jeune homme têtu et borné, pour qui il est difficile de trouver de l’empathie nous fascine peu à peu, tout en nous glaçant les sangs face à cette jeunesse destructrice.

    La simplicité de l’histoire, délivrée de tout encart « tiré d’une histoire vraie », la mise en scène au plus près des acteurs, filmant chaque mouvement, chaque parole, sert à délivrer un film très fort. Néanmoins, on peut reprocher aux frères Dardenne de raconter un peu toujours la même histoire, de ne pas varier. Et par cette réalisation froide, sans musique extradiégétique, de laisser de marbre, d’empêcher l’émotion. Reste tout de même un drame délicat, portrait glaçant d’un jeune homme endoctriné, et celui en creux de notre société. Bien mieux que leur précédent film (La Fille inconnue) mais pas au niveau de L’Enfant.

    Site web:  http://mygardenstate.fr/index.php/2019/10/le-jeune-ahmed/
    francoisrall
    Le 15/10/2019
    0 critique
    Qui est le jeune Ahmed joué par Idir Ben Addi? C’est un adolescent de 13 ans d’origine maghrébine, vivant en Wallonie, élevé par sa mère, orphelin de père. Vivant dans une société décrite comme ouverte et multiculturelle, il se distingue par sa pratique fanatique de la foi musulmane. Le film commence alors que la mue « radicale » est largement entamée, faisant d’Ahmed un personnage déjà convaincu et difficile à influencer. Les frères Dardenne se laissent aller à quelques indices psychologiques pouvant expliquer les causes de cette situation : alors qu’il accuse son père défunt de « s’être écrasé », Ahmed a comme modèles viriles un imam radical lui promettant le djihad ainsi qu’un cousin parti en Syrie. Il est beaucoup question de virilité et de rapport à l’autre sexe pour le jeune garçon. Sa haine ou son mépris se focalisent d’autant plus sur les femmes qu’elles sont assimilées aux institutions (l’école, la famille) et au modèle culturel occidental. Il traite sa mère d’alcoolique et projette d’assassiner Mme Inès (Myriem Akheddiou), sa professeure d’arabe qui enseigne la langue en dehors du cadre coranique. Le « mélange » multiculturel le révulse et accentue son besoin de pureté. Les réalisateurs insistent sur sa volonté de ne pas se souiller en multipliant les détails comportementaux : ablutions répétées, emballage du Coran dans un sac plastique protecteur, refus de toucher les femmes hors mariage.
    Ahmed est un corps
    Pour les Dardenne, Ahmed est un corps dont ils montrent une singularité inattendue. Le jeune homme porte des lunettes, exhibe un visage doux et des épaules tombantes. Ce n’est pas un jeune barbu vindicatif et tout un muscle mais un enfant un peu mou. Sa mollesse d’adolescent à peine pubère est démentie par sa démarche raide et mécanique. Il est souvent filmé courant tout droit, le corps pris par un besoin subit de mouvement. Ce corps raide et ce visage inexpressif composent un personnage surprenant. L’enveloppe est enfantine et maladroite mais elle se dérobe à toute forme d’empathie et d’amour. Il semble que plus le monde autour de lui se montre amical et compréhensif, plus Ahmed lui résiste. Son corps d’adolescent mutique est un bouclier contre la société qui l’entoure. Ni l’amour maternel, ni l’empathie de Mme Inès, ni le béguin de la jeune Louise ne le font dévier de ses convictions. Alors que l’adolescence précoce est souvent un temps de flottement et d’incertitude, les cinéastes se refusent à offrir une porte de sortie à leur personnage, ne serait-ce qu’une quelconque perspective de rachat ou de remise en cause. A partir du moment où Ahmed enfile l’habit de prière et s’adonne aux rites, on a du mal à voir s’il s’agit de l’Islam « normal » ou bien d’une forme dévoyée, les frontières en sont brouillées. La foi est décrite ici comme un bloc sans nuance et en l’attribuant à un personnage aussi jeune, les Dardenne nous font douter de la crédibilité de leur projet.
    Ce qui est assez problématique dans leur vision, dans leur « objectivité » froide, c’est que le monde qu’ils dessinent est totalement manichéen et simpliste. On dirait qu’il n’y a aucune perméabilité possible entre l’apprenti-djihadiste et la société dans laquelle il évolue. D’un côté il y a la foi en béton armée, les rites, les principes absolus qui enferment Ahmed en lui-même, de l’autre une société ouverte, tolérante et protectrice. Le scénario fait comme si cet être fanatique ne pouvait être le siège d’une lutte intérieure, de doutes. Il ne parvient pas non plus à faire vivre d’autres personnages, d’autres points de vue consistants à côté de celui d’Ahmed. On pourra toujours se retrancher derrière le « mystère » du personnage, sa radicalité indéchiffrable mais quelque chose ne fonctionne pas dans ce film au point qu’il doive passer par un dénouement extrême pour sortir de l’impasse – Ahmed est d’ailleurs encerclé de murs, symboles de son enfermement.
    On peut comprendre que le système des frères Dardenne, leur volonté de faire « objectif » soit battus en brèche et débordés par le sujet lui-même. Ils ne sont pas à l’abri de la prise de position problématique sur un sujet aussi délicat. Il ne faut pas oublier Molenbeek et le contexte récent des attentats islamistes mais en Belgique il y a aussi une réalité sociale et le racisme contre les immigrés musulmans. On aurait aimé de leur part un personnage moins monolithique et un scénario un peu plus fouillé et complexe.

    Site web:  http://cineclubambulant.hautetfort.com/archive/2019/10/15/le-jeune-ahmed-luc-jean-pierre-dardenne-6183310.html
     Fermer Fermer
    En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer le fonctionnement du site, vous proposer des publicités ciblées adaptées à vos centres d'intérêt et réaliser des statistiques de visites