Zeroville

Synopsis et Consensus de la critique

Août 1969. Jérome Vikar, motard au crâne rasé et tatoué, débarque à Hollywood Boulevard. Il espère y débuter une prodigieuse carrière cinématographique. Mais très vite, les désillusions s'accumulent pour lui. Le cinéma n'est plus un septième art mais un grand commerce. Hollywood est une ville rongée par le sexe, les drogues et le rock'n'roll. La nouvelle génération qui s'installe progressivement dans la capitale du cinéma américain s'avère décérébrée et inculte. Vikar ne s'y sent plus à sa place, lui l'anticonformiste incompris.

Zeroville

critique du public :

2,5

critique presse :

1,4

  • Genre
  • Sous-genre
  • Thématique
  • Émotion
  • Origine
  • Studio
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer le fonctionnement du site, vous proposer des publicités ciblées adaptées à vos centres d'intérêt et réaliser des statistiques de visites