En guerre

    J'aime:
    - Avec En guerre, le réalisateur Stéphane Brizé (César du scénario pour Mademoiselle Chambon, et signataire de Une vie, aussi) retrouve Vincent Lindon, son acteur de La Loi du marché (film qui lui valut le Prix d'interprétation à Cannes et le César du meilleur acteur). Dans ce nouveau film politique, Lindon incarne un syndicaliste qui ne lâche rien, face à la fermeture annoncée d'une usine à Agen. Ce film décrit comme réaliste et engagé est annoncé comme une description froide, furieuse et juste d'une résistance, avec quelques éléments de drame. Lauréat d'une standing ovation lors de sa présentation à Cannes 2018, en Compétition, En guerre a été classé par une part des critiques dans le top des meilleurs films français 2018.
    Affiche du film En guerre
    ma note
    je suis fan
    ajouter à mes films

    Notez le film : 


    ecrire mon avis/critique
    BANDE ANNONCE
    VF

    En guerre

    UTILISATEURS
    (3.75 pour 12 notes)
    REALISATION:
    ANNEE:
    PAYS:
    DUREE:
    1h 45min
    ACTEURS:
    + Fiche complète

    En guerre : Films proches

    <
    1
    2
    >
    Affiche du film Lip, l&#039;imagination au pouvoir (Les)
    Film
    pas de bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Diaz
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Dernier maquis
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Beau Masque
    Film
    pas de bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Califfa (La)
    Film
    pas de bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Camarades
    Film
    pas de bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Synopsis du film En guerre

    Malgré de lourds sacrifices financiers de la part des salariés et un bénéfice record de leur entreprise, la direction de l’usine Perrin Industrie décide néanmoins la fermeture totale du site. Accord bafoué, promesses non respectées, les 1100 salariés, emmenés par leur porte‑parole Laurent Amédéo, refusent cette décision brutale et vont tout tenter pour sauver leur emploi.

    Photos du film En guerre

    Ajouter une photo du film En guerre

    Extraits de films, bande-annonces

    Vous pouvez ajouter un extrait de film de En guerre
    En guerre - bande-annonce
    Bande-annonce VF
    2658 Vues

    Listes avec le film En guerre

    Ajouter une liste au film En guerre

    vos dernières critiques de film

    Ajouter une critique au film En guerre
    LaKinopitheque
    Le 12/10/2018
    79 critiques
    Laurent endosse toutes les responsabilités de la lutte qui se tient à l’usine. L’enjeu est de sauver l’unité de sous-traitance automobile d’Agen et ses 1100 emplois. Le déroulé de l’engagement est connu et ses différentes étapes nourrissent quotidiennement les journaux : grève et machines à l’arrêt, unité syndicale mais négociations impossibles, occupation des ateliers et blocage des stocks, mesures d’accompagnement et primes de licenciement refusées… La lutte est longue et les salariés ne plient pas. Ils font entendre leur colère à cause des promesses non tenues, se déplacent à Paris et réclament après le Medef ou le gouvernement. Ils usent de tous les recours possibles, justice et État, table des négociations avec les cadres du groupe propriétaire de l’usine, puis avec le grand patron allemand.

    Le marché présenté par Brizé est une tranchée que l’on creuse, qui finit par enterrer les salariés et face à laquelle l’ennemi reste le plus souvent invisible. La logique capitaliste est implacable : détruire l’humain pour mieux s’en nourrir. Et quand on considère les répercutions sur l’arrière (les familles démunies, détruites, au mieux affaiblies par le conflit), on se dit que la guerre n’est pas simplement une guerre d’usure, mais qu’elle devient totale. Hors-champ, le grand théâtre du conflit se dévoile : la mondialisation de l’économie et les situations exclusives qu’elle implique. Comment en effet préférer la participation au développement d’un pays comme la Roumanie par la délocalisation d’une usine devenue soit-disant moins rentable en France, au maintien de ses emplois ouvriers et ainsi éviter la crise de toute une localité ? D’une région à l’autre, d’un pays à l’autre, ce sont toujours des hommes et des femmes qui sont susceptibles d’en profiter. Ou non.

    La suite à lire sur La Kinopithèque

    Site web:  http://www.kinopitheque.net/en-guerre/
    Platinoch
    Le 23/10/2018
    88 critiques
    Un grand merci à Diaphana ainsi qu’à Cinétrafic pour m’avoir permis de découvrir et de chroniquer le DVD du film « En guerre » de Stéphane Brizé.

    « Nous avons les mêmes trous du cul ici, ils sont partout... Votre combat est le nôtre ! »

    Malgré de lourds sacrifices financiers de la part des salariés et un bénéfice record de leur entreprise, la direction de l’usine Perrin Industrie décide néanmoins la fermeture totale du site de l’usine d’Agen. Accord bafoué, promesses non respectées, les 1100 salariés, emmenés par leur porte-parole Laurent Amédéo, refusent cette décision brutale et vont tout tenter pour sauver leur emploi.

    « On s’est fait enfler tous ensemble, il faut donc qu’on se batte tous ensemble. Parce que quand elle sera fermée l’usine, se sera terminé »

    Longtemps acteur de comédies notamment chez Claude Lelouch, Coline Serreau ou Diane Kurys, Vincent Lindon commence à incarner des personnages aux préoccupations sociales à la fin des années 90 dans les films de son ami Pierre Jolivet (« Ma petite entreprise »). Avant de devenir peu à peu l'icone d'un cinéma engagé et humaniste, s'intéressant aux sujets de société pour tenter de dénoncer les injustices de notre époque. Qu'il s'agisse des crises migratoires (« Welcome »), de l’exploitation de la misère par les banques et les sociétés de crédit (« Toutes nos envies ») ou encore de la brutalité du monde du travail (« La loi du marché »). Deux après avoir obtenu le César et le Prix d'interprétation à Cannes pour son rôle de vigil, il retrouve le réalisateur Stéphane Brizé avec qui il (re)part « En guerre », dans une lourde charge contre les dérives du libéralisme.

    « On est en train de crever et on se fout sur la gueule. Ils n’attendent que ça là-haut. Ils doivent se régaler ! »

    Le cinéaste imagine ainsi la fermeture d'une usine de province appartenant à un grand groupe international, dans la lignée des nombreuses fermetures d'usines qui ont défrayées la chronique ces dernières années (Goodyear, Molex, Continental...). L'occasion pour lui de nous faire vivre le combat des ouvriers de l'intérieur, jour après jour, avec beaucoup de réalisme et de précision. Plaçant sa caméra au cœur du dialogue social, Brizé capte ainsi la rage au cœur et l'énergie du désespoir de ceux qui n'ont plus rien à perdre. Un combat âpre et que d'aucun dirait perdu d'avance. Car le système, parfaitement huilé, se révèle incroyablement cynique : les plus forts (l'entreprise) ont les reins assez solides pour attendre que les plus faibles (les ouvriers) se divisent et s'épuisent pour passer en force. Le tout avec la complicité tacite des pouvoirs publics et des lois (qui obligent le propriétaire à rechercher un repreneur mais pas à vendre l'usine si l'offre n'est pas jugée satisfaisante). Brizé et Lindon se lancent ainsi à corps perdus dans une croisade morale contre un système qui tolère que des grands groupes bénéficiaires puissent fermer des usines et casser des emplois pour augmenter leur rentabilité. Mais si la démonstration demeure sans appel, on regrette le parti pris jusqu’au-boutiste du cinéaste, à l’image du débordement final contre le grand patron qui, s’il résonne comme un lointain écho aux débordements chez Air France, donne lieu à une scène improbable qui décrédibilise en grande partie la dimension réaliste du film. L'ultime scène, faisant du héros une figure christique, finit malheureusement d'achever les bonnes intentions et la portée du film. On gardera néanmoins la justesse des préoccupations sociales et morales de Stéphane Brizé et l'audace de faire un film réaliste sur une thématique sociale assez peu abordée au cinéma (citons quand même l’excellent « Violence des échanges en milieu tempéré » de Jean-Marc Montout). Avec en prime un Vincent Lindon une nouvelle fois magistral.

    Le DVD : Le film est présenté en version originale française (5.1 et 2.0) ainsi qu’en audiodescription. Des sous-titres français pour malentendants sont également disponibles.

    Côté bonus, le film est accompagné du commentaire audio de Stéphane Brizé et de Bandes-annonces.

    Edité par Diaphana, « En guerre » est disponible en DVD ainsi qu’en blu-ray et VOD depuis le 2 octobre 2018.

    Le site Internet de Diaphana est ici. Sa page Facebook est ici.

    A découvrir sur Cinetrafic, le top 2018 des films et du cinéma sur l'action politique


    Site web:  http://www.toile-et-moi.fr/2018/10/en-guerre.html
     Fermer Fermer
    En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer le fonctionnement du site, vous proposer des publicités ciblées adaptées à vos centres d'intérêt et réaliser des statistiques de visites