Enter the Void

    |  20 |
    J'aime:
    - Fraîchement débarqués à Tokyo, Oscar, petit dealer et Linda, stripteaseuse, tentent tant bien que mal de s'en sortir. Un soir, Oscar est blessé par balle lors d'une descente de la police. Sur le point de mourir, Oscar se souvient de sa promesse faite à sa soeur de ne jamais le quitter. Son esprit refuse alors de quitter la terre et Oscar se met à errer dans la ville, en proie à des visions cauchemardesques. Entre passé, présent et futur, Enter the Void, drame fantastique réalisé par Gaspar Noé, nous entraîne dans un voyage expérimental et divertissant.
    Affiche du film Enter the Void
    ma note
    je suis fan
    ajouter à mes films

    Notez le film : 


    ecrire mon avis/critique
    BANDE ANNONCE
    VF

    Enter the Void

    UTILISATEURS
    (3.35 pour 81 notes)
    REALISATION:
    ANNEE:
    PAYS:
    France,Italie,...
    DUREE:
    2h 30min
    ACTEURS:
    + Fiche complète

    Enter the Void : Films proches

    <
    1
    2
    >
    Affiche du film Au-delà
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Cloud Atlas
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film The Fountain
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Birth
    Film
    pas de bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film The Tree of Life
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Oncle Boonmee celui qui se souvient de ses vies antérieures
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Synopsis du film Enter the Void

    Oscar et sa soeur Linda habitent depuis peu à Tokyo. Oscar survit de petits deals de drogue alors que Linda est stripteaseuse dans une boite de nuit. Un soir, lors d'une descente de police, Oscar est touché par une balle. Tandis qu'il agonise, son esprit, fidèle à la promesse faite à sa soeur de ne jamais l'abandonner, refuse de quitter le monde des vivants. Son esprit erre alors dans la ville et ses visions deviennent de plus en plus chaotiques et cauchemardesques. Passé, présent et futur se mélangent dans un maelstrom hallucinatoire.

    Photos du film Enter the Void

    Ajouter une photo du film Enter the Void

    Extraits de films, bande-annonces

    Vous pouvez ajouter un extrait de film de Enter the Void
    Enter the Void - BA VF
    Bande-annonce VF
    5726 Vues
    Soudain le vide - BA VOSTF
    Bande-annonce VF
    565 Vues

    Listes avec le film Enter the Void

    Ajouter une liste au film Enter the Void
    Merci pour vos votes! Cette session 2010 est dorénavant close, passons à 2011! N'oubliez pas de voter pour vos films préférés sur le nouveau classement... D'ici là, bonne année 2011, et bons films!
    Lorsque l'humanité, telle qu'on la connaît, se trouve oppressée au cinéma par des forces supérieures ou par elle-même, le film d'anticipation, souvent dystopique, pafois post-apocalyptique,...
    Se confronter au cinéma d'auteur revient souvent à se plonger dans des films au style reconnaissable, à la mise en scène ambitieuse, et au scénario doté d'enjeux profonds. Dans ce champ, beaucoup...

    vos dernières critiques de film

    Ajouter une critique au film Enter the Void
    TIBO-Strange-Movies
    Le 18/05/2010
    38 critiques
    Cinéaste controversé, Gaspar Noé a toujours joué hors des sentiers battus et a su garder une totale liberté d’expression, chose pas toujours courante dans les nombreuses productions bridées et homogènes qui déferlent sur nos écrans. Baptisé à l’origine Soudain Le Vide, Enter The Void est un projet qui bouillonne depuis de nombreuses années dans la tête de ce réalisateur hors normes, bien avant Irréversible qui a joué un rôle de passerelle financière mais aussi de crédibilité, en partie socle d’expérimentations avec pour but d’accoucher de cette pellicule, œuvre résolument singulière et viscérale comme on en voit trop peu sur nos écrans. Pari réussi ou simple délire égocentrique ? Enter The Void est une grosse claque visuelle loin de la volonté de choquer ou de provoquer mais une chose est sûre, vous n’en sortirez pas indemne.

    Oscar, petit dealer vivant à Tokyo avec sa sœur, se fait descendre par la police nippone suite à un deal qui tourne mal. C’est alors qu’il entame un dernier trip avant sa mort. Bien que nanti d’une base effectivement simpliste, Enter The Void est une expérience cinématographique qui relève plus du trip visuel que de la pellicule pseudo intellectuelle visant à mettre sur la table des questions existentielles. S’appuyant sur un drame familial et humain d’un frère et d’une sœur vouant un amour inconditionnel l’un pour l’autre, fond finalement usuel, la forme utilisée par son géniteur transcende littéralement la narration. Totalement maîtrisé techniquement, Enter The Void transporte le spectateur dans un état second dont il est difficile de se défaire. Ovni expérimental habité par les obsessions propres de son créateur -la drogue, le sexe et la mort- cette pellicule est largement inspirée du Bardo Thödol, le Livre des Morts tibétain, exposant les divers états de conscience et les perceptions qu’un être humain traverse de sa mort jusqu’à sa renaissance, sorte d’instructions données à ceux qui veulent dépasser la mort, en métamorphosant son processus en un acte de libération. Influencé par des métrages tels que La Dame du Lac, où l’on suit le héros en vison subjective du début à la fin ; Au-Delà du Réel, où un scientifique découvre les psychotropes mexicains ; ou encore 2001, L’Odysée de L’Espace, sorte de métaphore du trépas et du voyage vers l’au-delà ; Enter The Void a su trouver sa propre identité en mélangeant les styles.

    Suite de la critique sur :

    Site web:  http://www.strange-movies.com/critique-enter-the-void.html
    cristal
    Le 26/05/2010
    211 critiques
    Peut-être n'y-a-t-il pas plus grand mérite pour un artiste que d'aller au bout d'une oeuvre d'art dont la multiplicité de sens défie la perception audio-visuelle du spectateur. Chez Gaspar Noé, l'expérience sensorielle est devenue un système de langage qui redéfinit toute notion technique et narrative. D'un bout à l'autre son cinéma se constitue de limbes raccrochées comme des artères à un organe, et dont le but premier sera de filmer les trajets qu'implique toute existence de personnage et tout mouvement qui lui appartient au centre d'un récit. D' "Enter the void" il est préférable d'oublier immédiatement les faibles démonstrations métaphysiques et la malsaine considération des drogues comme le seul communicateur d'amour. Le regard de Noé semble abriter de fumeuses tentatives de justification face à sa propre expérience, mais il convient de ne pas prendre le film tel qu'il est exactement présenté par le cinéaste lui-même ; autrement dit, il suffit de se concentrer sur sa proposition globale pour accéder à un cinéma quasiment plus cinématographique, une matière colossale dont les limites et l'excès seront parfois le simple moyen de se rappeler qu'il se cache un fond pervers et glauque. Dans le ridicule, on se rendra compte de la mégalomanie d'une telle oeuvre et des dangereux accès qu'elle ouvre. Ici, le fond, fumeux, devient dérisoire ; c'est la forme qui prime et qui questionne le dépassement et les limites de l'expérience artistique. Chose rare, on ne peut ici que spéculer sur la forme puisqu'elle se suffit à elle-même pour ouvrir un large débat sur le sens et la direction de l'oeuvre. Avant tout, comment ne pas se laisser violemment bercer par cette caméra de tous les possibles, parcourant latéralement les labyrinthes de Tokyo en travellings verticaux? Comment ne pas se faire happer par ces vortex, ces spirales s'enroulant autour de corps martyrisés, défoncés, violentés voire violés par la monstruosité humaine? "Enter the void" est l'aboutissement d'un art extrême que Noé se plaît à ne pas dissimuler : la manipulation du spectateur. La tête gonfle, prise entre la folie destructrice des images (et de leur annihilation progressive, jusqu'à l'abstraction), la décharge de lumières et de mouvements impossibles propagés dans la vitesse et la longueur. Le son lui-même, réconfort habituel, devient l'ennemi du cerveau. On pourrait se dire, quitte à tomber dans l'interprétation idiote, que si le film ne plaît pas, c'est qu'il est entièrement réussi et proche de son but, celui de créer un rejet total face à son public. Pourtant il y a bien un plaisir incroyable à voir un tel défi, à voir s'envoler les choses et les êtres dans une apesanteur improbable. Il y a la force du jamais-vu, de l'audace, au travers des longueurs et du trop-plein. Il y a cette impression de quitter les vivants et de mourir aux côtés de ce drogué misérable, devenu beau en ange conquérant du coeur et du corps de sa soeur. Tokyo devient plus qu'un principe de lumières chez Noé, c'est un paradis artificiel incarné, une extase sans fin. C'est en faisant d'une capitale délirante le terrain des morts qu'il semble filmer l'enfer et le paradis à la fois, saisissant cet entre-deux mystique. Son film, partagé entre la recherche d'une enfance heureuse et le présent d'une déchéance et d'une perte, navigue entre deux courants formels qui, reliés entre eux, fascinent autant qu'ils émeuvent. Entre le simple souvenir de l'enfance et la plongée vertigineuse dans une sorte de Messe techno et psychotrope, Gaspar Noé saisit le beau et le laid à la fois pour ne former qu'une poésie fantasmée de la fin. Quand meurt l'admiration (la perte douloureuse des parents), toute espérance se désintègre en un maelström furieux et incontrôlable. Lorsque Linda, défoncée par les substances, se retrouve devant un magasin de babioles avec son frère Oscar, il y a ce corps qui titube face à la beauté des énergies lumineuses, comme l'enfant émerveillé devant un magasin de jouets. Il y a un bonheur furtif, quelque chose de poétique dans la démesure de l'électronique et de sa saturation visuelle. D'un coup on croit retrouver ces deux enfants victimes du pire, privés du beau, enfin face à la magnificence d'une caverne mythologique. Et nous face à une matérialisation visuelle de la fin de quelque chose (d'une innocence, d'un amour et d'une vie à la fois). Quelques plans éphémères de corps nus dans les draps blancs viennent relier l'enfance à l'âge adulte. La baise devient une issue malpropre à la condition orpheline, une échappée de l'enfance vers les grandeurs inatteignables de l'espoir. La drogue, elle, est la prison de leur histoire tandis qu'elle est l'essence du film. On est face au poème exaspérant de notre propre peur, une poésie supérieurement traduite par les images et les sons. Elle parle de la fin d'un être et de l'immensité qui s'en échappe sans que personne ne s'en rende compte, opposant sa plénitude à son vide, son beau à son laid, dans tous les cas l'infinité d'équations qui s'en dégage, ne formant qu'un seul et même mystère. Cette soif de voir au-delà, peut-être est-ce cela avant tout pour un artiste d'aller << au bout d'une oeuvre >>, sans trop savoir jusqu'où les mystères du temps, du mouvement et des êtres nous amènent.

    Site web:  http://moncinemamesfilmsmonart.blogs.allocine.fr/
     Fermer Fermer
    En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer le fonctionnement du site, vous proposer des publicités ciblées adaptées à vos centres d'intérêt et réaliser des statistiques de visites