Populaire

    |  30 |
    J'aime:
    IL VOULAIT ENGAGER UNE SECRÉTAIRE... IL A TROUVÉ UNE CHAMPIONNE DE DACTYLOGRAPHIE. - Rose, jeune femme de 21 ans, ne veut pas de la vie toute tracée qu'on lui promet. Un jour, elle se fait embaucher à la ville comme secrétaire par Louis Echard. Si son entretien ne se passe pas très bien, Louis découvre en Rose une championne... La jeune femme tape en effet à la machine très rapidement. Bien décidé à se servir de ce don, Louis l'inscrit à un concours de vitesse et s'improvise entraîneur. Entre amour du sport et amour tout court, Populaire est une comédie romantique française efficace et touchante, portée par Déborah François et Romain Duris.
    Affiche du film Populaire
    ma note
    je suis fan
    ajouter à mes films

    Notez le film : 


    ecrire mon avis/critique
    BANDE ANNONCE
    VF

    Populaire

    UTILISATEURS
    (3.35 pour 419 notes)
    REALISATION:
    ANNEE:
    PAYS:
    DUREE:
    1h 51min
    ACTEURS:
    + Fiche complète

    Populaire : Films proches

    <
    1
    2
    >
    Affiche du film La Délicatesse
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film 48 heures par jour
    Film
    pas de bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Nouvelle guerre des boutons (La)
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Des lendemains qui chantent
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Nos plus belles vacances
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Potiche
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Synopsis du film Populaire

    Printemps 1958. Rose Pamphyle, 21 ans, vit avec son père, veuf bourru qui tient le bazar d’un petit village normand. Elle doit épouser le fils du garagiste et est promise au destin d’une femme au foyer docile et appliquée. Mais Rose ne veut pas de cette vie. Elle part pour Lisieux où Louis Echard, 36 ans, patron charismatique d’un cabinet d’assurance, cherche une secrétaire. L’entretien d’embauche est un fiasco. Mais Rose a un don : elle tape à la machine à écrire à une vitesse vertigineuse. La jeune femme réveille malgré elle le sportif ambitieux qui sommeille en Louis… Si elle veut le poste, elle devra  participer à des concours de vitesse dactylographique. Qu’importent les sacrifices qu’elle devra faire pour arriver au sommet, il s’improvise entraîneur et décrète qu’il fera d’elle la fille la plus rapide du pays, voire du monde ! Et l’amour du sport ne fait pas forcément bon ménage avec l’amour tout court…

    Photos du film Populaire

    Ajouter une photo du film Populaire

    Extraits de films, bande-annonces

    Vous pouvez ajouter un extrait de film de Populaire
    Populaire (Bande Annonce VF)
    Bande-annonce VF
    34247 Vues
    Populaire (teaser VF)
    Bande-annonce VF
    740 Vues

    Listes avec le film Populaire

    Ajouter une liste au film Populaire
    Liste de films sur l’amour impossible. De l’amour, oui ! Mais une belle histoire d’amour, un amour impossible ! Ces films, souvent adaptés d’un grand livre au Cinéma, ne racontent pas l’histoire d’amour...

    vos dernières critiques de film

    Ajouter une critique au film Populaire
    ligodu
    Le 26/11/2012
    6 critiques
    Quelle est gironde la France de Regis Roinsard. Les gisquettes s'émancipent avec une batteuse et les patrons s'improvisent coach sportif. Nous sommes en 1958 et Rose Pamphyle, 21 piges, est résolument "moderne". Loin d'épouser les desseins de son daron qui voudrait la voir rangée, bobone docile et appliquée, celle-ci voit les choses en grand. Elle sera gratte-papier ou ne sera pas ! Elle fait donc ses valoches pour Lisieux et enquille chez un assureur du coin qui, espère-t-elle, lui filera son premier groupin. Malheureusement, celle-ci, avec ses deux mains gauches, foire son entretien d'empaumage. Sa vitesse de frappe vertigineuse à la batteuse aidant, elle tape néanmoins dans les mirettes du taulier qui, épaté par tant de pétulance, la prend dans son écurie et décide d'en faire une bête de foire. L'histoire s'arrêterait ladé si nous ne vivions pas à cette merveilleuse époque où, Cupidon, pas encore aux 35 plombes, avait du temps pour faire chavirer le battant des mignonnes ! Amour impossible entre classe laborieuse et haut du panier ? Que nenni, rien n'est impossible en 58. Le temps pour le réalisateur de nous ficeler l'amourette dans du papier de soie et de barder le bifteck avec quelques rebondissements, l'affaire est dans le sac. Le concours, prétexte s'il en fallait pour nous vendre les clichés surannés de ces annoches d'émancipation féminine, nous rappelle que, bien que nous ayons fait du chemin depuis, les greluses ne sont jamais bien aussi considérées que lorsqu'elles sont drivées par un julot à poigne. Du cinoche pour les mirontons qui se mordent les pouces de ne pas être nés plus tôt où pour les vioques nostalgiques d'une époque qu'ils n'ont pas conobrée, quand bien même l'auraient-ils vécue.



    Site web:  http://www.allo-cinoche.com
    InMoviesWeTrust
    Le 03/01/2013
    31 critiques
    Populaire est un film sur une femme. Une femme qui veut être «moderne», qui a un don et qui rêve d’être secrétaire, faire le tour du monde et rencontrer de grands hommes.
    On est alors à la fin des années 50. Son don à elle est de taper, aussi vite que l’éclair, à la machine à écrire. Elle va donc enchaîner, avec l’aide de son patron et entraîneur, les concours régionaux, nationaux et mondiaux pour ainsi devenir une star.

    Pour un premier film, on peut percevoir chez Régis Roinsard un certain talent pour reconstituer une époque, une mode et faire naître chez le spectateur un peu d’intérêt pour un film qui, réellement, n’en a pas. Si tout ce travail est principalement à mettre au compte du directeur de photographie, l’excellent Guillaume Schiffman déjà auteur de la photo de The Artist, Gainsbourg – vie héroïque et les deux OSS 117 de Hazanavicius, que faut-il retenir de ce Populaire ?

    C’est un film hybride, qui se regarde facilement, mais qui, malheureusement, n’arrive pas à attirer un semblant de compassion, d’empathie ou bien de suspense chez le spectateur.
    Triste fait pour un film qui pouvait rameuter les populations de tout bord de par son caractère de grand cinéma «populaire», amusant et, avant tout, divertissant.
    Car une fois tout l’étalage de références de la grande époque du cinéma américain finit, le film intègre un rythme de pure auto-complaisance, dans une suffisance bien mal vue pour un film qui se pouvait être sincère ou généreux de par la simple passion de son metteur en scène pour un cinéma qui, encore aujourd’hui, est copié, mais n’est jamais égalé.

    En outre, le film qui se veut être une ode à la femme libre et moderne finit, par son lot d’incohérences, par être extrêmement rétrograde et bête. Là où la jeune Déborah François réussit à faire apparaître chez son personnage un semblant de caractère, le tout est rapidement englouti par une sous-intrigue dans laquelle la femme devient un objet de marketing, contrôlé de toute part par le système et se transforme en un produit fantasmé, bienveillant et confisqué de toute parole. Sans parler d’une réalisation bien trop sage pour espérer éveiller une certaine excitation, un véritable plaisir à regarder le film – trop de travellings, trop de champs-contrechamps –, la performance des acteurs n’en reste pas moins contestable. Un Romain Duris qui cabotine et une Déborah François qui attire ici plus l’agacement que l’empathie ou même l’admiration pour son personnage viennent empiéter sur un reste de casting qui aurait sans doute mérité plus de place. Bérénice Béjo, bien trop rare, qui, pourtant, est un élément clé dans le passé et la personnalité du personnage de Romain Duris, et qui éveille un intérêt vite oublié par le réalisateur dans le déroulement de l’action et qui pose les questions d’un traumatisme caché, les plaies encore béantes de la Guerre. Chose mille fois vues et revues mais qui aurait apporté un peu de contraste à un film qui ne sait jamais maîtrisé son sens du rythme et qui n’apporte de réjouissances qu’à de très rares moments.

    Le scénario est probablement l’élément qui pose le plus de problèmes dans le film.
    Outre un déroulement extrêmement prévisible et qui n’intègre jamais les bouleversements sociaux de la femme dans cette période, toute l’aura comique qui pourrait apporter un peu de couleur au film échouent lamentablement dans un souci de place. On sourit à quelques moments oui, mais on ne retrouve jamais cette bonne humeur, cette joie de vivre qui hantait les films d’antan. De la passion quoi !

    A contrario de tous les échos très enthousiastes de la presse, Populaire est un film anecdotique, symptomatique d’un cinéma français qui ne cesse de reculer dans le passé pour retrouver un semblant de couleur. Prévisible de par son scénario, tombant dans l’auto-complaisance de par une réalisation jamais punchy mais toujours appliqué, le film réussit néanmoins à reconstituer, avec une grande minutie et un véritable sens rétro, l’époque et toutes les modes de celle-ci. Élégant, divertissant le temps d’un instant mais bien trop décevant pour pouvoir se hisser au très talentueux Michel Hazanavicius qui, lui, savait conjuguer références pures et cinéma passionné et passionnel avec virtuosité et amour pour le septième art pour livrer un objet cinématographique fort, homogène et cohérent.

    Site web:  http://imwtlaredac.wordpress.com
     Fermer Fermer
    En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer le fonctionnement du site, vous proposer des publicités ciblées adaptées à vos centres d'intérêt et réaliser des statistiques de visites