Detachment

    |  11 |
    J'aime:
    - Alors qu'il essaye toujours de garder ses distances avec les élèves des établissements où il fait des remplacements, Henry Barthes voit sa vie bouleversée par une jeune lycéenne d'un lycée difficile de New-York. Porté par un Adrien Brody sobre et émouvant, Detachment est un drame sombre, poignant et bouleversant.
    Affiche du film Detachment
    ma note
    je suis fan
    ajouter à mes films

    Notez le film : 


    ecrire mon avis/critique
    BANDE ANNONCE
    VF

    Detachment

    UTILISATEURS
    (3.5 pour 90 notes)
    REALISATION:
    ANNEE:
    PAYS:
    DUREE:
    1h 37min
    ACTEURS:
    + Fiche complète

    Detachment : Films proches

    <
    1
    2
    >
    Affiche du film Écrire pour exister
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Le Cercle des poètes disparus
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Les Anges aux poings serrés
    Film
    pas de bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film La Journée de la jupe
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Club des empereurs (Le)
    Film
    pas de bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Will Hunting
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Synopsis du film Detachment

    Henry Barthes est un professeur remplaçant.
    Il est assigné pendant trois semaines dans un lycée difficile de la
    banlieue new-yorkaise. Lui qui s’efforce de toujours prendre ses
    distances va voir sa vie bouleversée par son passage dans cet
    établissement...

    Photos du film Detachment

    Ajouter une photo du film Detachment

    Extraits de films, bande-annonces

    Vous pouvez ajouter un extrait de film de Detachment
    7858 Vues

    Listes avec le film Detachment

    vos dernières critiques de film

    Ajouter une critique au film Detachment
    Thibaut
    Le 13/02/2012
    141 critiques
    Tony Kaye suit une trajectoire inhabituelle. En 1999, American History X avait surpris tout le monde par la dignité de son message et la puissance de son interprétation. Le film avait raflé quelques récompenses marquantes (nomination à l’Oscar du meilleur acteur pour Edward Norton, prix de l’Education Nationale). On aurait pu s’attendre par la suite à ce que le cinéaste multiplie les projets de grande ampleur, vampirise les festivals et truste les écrans. Ce ne fut pas le cas. Tony Kaye a préféré s’attacher à de petits projets tellement confidentiels qu’ils ne sont même pas arrivés en France (Penitentiary, Lobby Lobster, Lake Of Fire, Snowblind). 13 ans plus tard, en voici enfin un, hélas sortant dans le circuit confidentiel : Detachment, avec une star, Adrian Brody, et un sujet, l’enseignement.

    On reconnaît immédiatement la volonté du réalisateur de prolongée une réflexion sur l’Amérique via son matériau principal. Aux côtés d’acteurs, tous remarquables, du cinéma indépendant (Marcia Gay Harden, Tim Blake Nelson), de têtes plus ou moins connus (Lucy Liu, James Caan, Bryan Cranston voire William Petersen) et de nouvelles têtes, Adrian Brody campe un professeur d’anglais dans une high school de la banlieue new-yorkaise et qui, parallèlement, va aider une jeune prostituée à rebondir dans la vie. Le sujet est casse-gueule au possible tant il suinte la montée sur les grands chevaux du discours poseur et grandiloquent de la bonne conscience et du politiquement correct. D’ailleurs, et ce sont les petites faiblesses du film, le cinéaste n’échappe à une légère tendance moralisatrice et à une mise en image quelquefois trop clippesque collant mal au sujet qui étaient déjà présentes dans American History X. Mais Detachment va vite se montrer sous de meilleurs auspices et s’élever vers des terres intéressantes.

    Même si la réalisation possède quelques tares, elle n’en demeure pas moins adéquate dans sa grande majorité. Dès le générique de début, Tony Kaye place son film sous le signe du réalisme. Des entretiens, face caméra, avec de véritables enseignants, inaugurent le film. Ces volontés de diktat de la réalité et de rapprochement à tout prix entre le film et son spectateur auraient pu faire mal. Heureusement, le cinéaste glisse petit à petit dans son film en incorporant Adrian Brody dans une posture identique. Il a donc totalement conscience de son effet et il ne va pas tomber dans les affres d’un réalisme documentaire de bas étage où l’action doit se passer vulgairement devant nos yeux. Son souhait est simple : placer son personnage principal dans son rôle en l’incorporant naturellement au corps enseignant et monter un projet documenté par la réalité mais écrit pour le cinéma. Il rappelle, surtout, que nous sommes devant un film de fiction.

    Tony Kaye connaît la théorie cinématographique. Le réalisme pour le réalisme, très peu pour un cinéaste qui refuse la gratuité d’une démarche maintes fois galvaudée qui aurait privilégié une plongée basique, naïve et stupide. Il va donc jouer sur des outils purement cinématographiques pour construire son film, élaborer des personnages et proposer son discours. D’abord, il va penser sa mise en scène en ne tombant pas dans la facilité d’une prise de vue directe, caméra à l’épaule et son sur le vif. En ce sens, il va utiliser la contre-plongée, l’arrêt photographique et le recadrage comme des outils qui vont inscrire les personnages et les actions dans la logique d’écriture de son scénario empathique sans être larmoyant. La mise en scène donne ainsi du corps à un film qui va dérouler naturellement, sans que l’on ait l’impression d’assister à une succession de scénettes sans queue ni tête, défaut principal des « nouveaux » films réalistes. Ensuite, le film possède ainsi un hors champ, un vrai. Ou plutôt plusieurs. Derrière son histoire, Detachment pose des enjeux multiples tant institutionnels (l’évolution de la structure scolaire), familiaux (l’absence de figures parentales, l’incompréhension vis-à-vis de la jeunesse, le trauma du décès), sociaux (la déroute de la jeunesse américaine, la question du suicide) ou médiatiques (la place des médias dans l’inconscient collectif et les comportements). Le film ne veut pas de discours simpliste. Il préfère multiplier les pistes de réflexions, rendant au film une admirable densité, et permet au spectateur d’aborder les tenants et les aboutissants d’une société en perdition. Et cela ne suffisait pas, Tony Kaye englobe ses réflexions sous un cynisme qui annihile tout angélisme. Il refuse ainsi de construire un univers où le spectateur va vouloir – devoir ? – s’apitoyer sur le sort des protagonistes. Si, en plus, le cinéaste propose comme issu la culture et les arts comme instruments de lutte pour survivre dans un monde aseptisé, incompréhensible et fermé, le spectateur peut alors dire de Detachment qu’il est franchement intelligent.

    La démarche de Tony Kaye est admirable et prouve une conscience cinématographique salvatrice dans un paysage réaliste généralement dénué d’ambition. Detachment est, également, un film osé car il sort des canons habituels quant à l’enrobage de son discours. Mais il est surtout citoyen car il indigne autant qu’il fait réfléchir sur des thématiques plus que jamais d’actualité.


    Site web:  http://critiqueconnection.wordpress.com/2012/02/13/detachment/
    filou49
    Le 29/03/2012
    148 critiques
    Tony Kaye, je me souviens de lui, évidemment, pour avoir vu le seul de ses films sortis en France, film qui avait fait grand bruit à sa sortie : American History X, suivant un jeune néo nazi tentant de se repentir, film explosif qui nous révelait un acteur phénoménal : Edward Norton. Depuis, les films de Kaye n'ont jamais dépassé l'Atlantlique et j'avais un peu oublié ce cinéaste, avant d'entendre parler fin 2011 de son nouveau film,nommé Detachment qui avait connu un certain retentissement aux states, tant il était un portrait réaliste et très dur du système éducatif US.

    Avant d'aller voir Detachment la semaine passée dans mon ciné de quartier, je pensais donc que j'allais voir une sorte d'Entre les murs version US. Or, Detachment ne sedetachment-ecole1 cantonne pas simplement à cet aspect des choses, et c'est ce qui en fait sa richesse.

    Certes, Henry Barthes, le professeur joué par un Adrian Brody qui a enfin retrouvé un grand rôle après Le Pianiste de Polanski en 2002, est confronté à une réalité qu'il aimerait changer : la désespérance d'adolescents qui sombrent dans le nihilisme et qui ne saissient pas vraiment la portée de leurs comportements. En effet, au lieu de constituer un acte de rebellion, leur refus d'apprendre a tendance à faire le jeu du système, qui a intérêt à les stigmatiser de la sorte.

    Mais, contrairement à un John Williams (Robin Williams dans le Cercle des Poètes Disparus, qui croyait totalement, à l'aube des années 90, à sa capacité à faire évoluer les mentalités de ces moutons de panurge, Henry Barthes n'y croit pas vraiment au fond de lui même, et surtout se pare d'une carapace d'indifférence (le détachement proprement dit) qui le rend bien plus désabusé qu'optimiste.

    Mais ce détachement est évidemment feint, et c'est ce que j'ai trouvé le plus beau dans ce film, c'est de voir que finalement, contrairement à ce qu'il montre, Barthes est une éponge qui absorbe la souffrance et le désespoir des personnes qu'il cotoie et qui se manifeste sous différentes formes (la prostitution, la boulimie). C'est simplement que, la seule parade qu'il a su trouver pour avoir la force de continuer.

    Detachment-Movie-Stills-5Là où la critique institutionnalisée a vu des stéréotypes dans ces personnages secondaires (la prostituée que le héros tente de remettre sur le droit chemin, l'ado artiste et si mal dans sa peau), j'ai, comme les blogueuses dont j'ai pu lire les billets ( ceux de Madimado ou Dicidela ), été très touché par le destin de ces personnages, qui ne connaitront pas de happy end (enfin pour l'une cela se finit quand même un peu mieux que pour l'autre) et surtout le film m'a frappé par sa tonalité qu'il joue jusqu'au bout : une noirceur sans fond, et une tristesse insondable, qui donne au film une allure de tragédie moderne qui est assez bouleversante ( il est simplement dommage que le metteur en scène, comme d'ailleurs dans American History X, se laisse aller à quelques fioritures visuelles superflues).

    Bref, Detachment est un film d'une rare noirceur, comme j'en ai rarement vu, et évidemment il n'est pas à conseiller à ceux qui veulent juste voir un film pour se détendre sans se prendre la tête ( d'ailleurs, à la sortie du cinéma, j'ai assisté à un dialogue croustillant entre deux copines dont l'une avait adoré, et l'autre aurait préféré voir Intouchables :o).

    Mais pour les autres, Detachement, qui traite de plusieurs sujets (l'éducation, la démission des parents, la transmission, le mal-être, le désespoir même), avec un tact indéniable et une vraie sincérité, est à voir absolument. En même temps, vu qu'il est sorti il y a maintenant deux fois, les salles de cinéma ne doivent plus vraiment se bousculer pour le passer, donc ne ratez pas la sortie DVD d'ici quelques semaines maintenant.

    Site web:  http://www.baz-art.org/archives/2012/03/26/23814801.html
     Fermer Fermer
    En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer le fonctionnement du site, vous proposer des publicités ciblées adaptées à vos centres d'intérêt et réaliser des statistiques de visites