Je m'appelle Bernadette

Entre les mois de février et juillet 1858, dans la Grotte de Massabielle, la Vierge est apparue dix-huit fois à Bernadette Soubirous, petite fille misérable de Lourdes. Une véritable "révolution" mariale qui, au cœur du Second Empire, bousculera l’ordre établi par son message universel d’amour et de prière.

Je m’appelle Bernadette
Listes de films avec Je m'appelle Bernadette
Le cinéma d'auteur français
Se confronter au cinéma d'auteur revient souvent à se plonger dans des films au style reconnaissable, à la mise en scène ambitieuse, et au scénario doté d'enjeux profonds. Dans ce champ, beaucoup de drames se disputent l'affiche, avec parfois des héros en colère face à leurs parents. Mais le cinéma d'auteur français évolue avec le temps, et en fonction de l'actualité, les grands réalisateurs empoignent les sujets humains, ou sociaux, de leur époque. Pour donner des comédies, sur des femmes dans la cinquantaine, ou des trentenaires immatures, par exemple. Ou des thrillers en entreprise, des portraits des communautés homosexuelles ou lesbiennes, ou même des films fantastiques avec peu d'effets. Avec, toujours, des héros à la fois proches du public, et très en crise. Des personnages plongés dans des quêtes d'identité intenses...
Sorties cinéma de la semaine du mercredi 30 novembre 2011
Je ne sais pas pour vous mais l’automne doit sûrement être la saison des biopics quand j’y repense. D’un côté le mythe; de l’autre, le poids d’histoires vraies. Donc, une légende portée à l’écran en premier lieu avec Le Chat Potté (mais est-ce que le fieffé félin a-t-il vraiment existé, hein ? Et les bottes alors ? Cuir ? Synthétique ? Que de questions vachement importantes cela dit…). Le choc de la réalité en second lieu avec Les Lyonnais, The Lady et Rhum Express. Si le premier évoque le monde de la criminalité en France avec ses figures contrastées, les deux autres dévoilent des gens simples, un homme ou une femme confrontés aussi bien à la politique (ou plutôt les conséquences néfastes qu’elle peut apporter) qu’à l’alcoolisme (quand il accompagne le journalisme). Des destins ordinaires finalement mais portés par la puissance du cinéma. Même un simple matou peut dès lors devenir un héros…
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer le fonctionnement du site, vous proposer des publicités ciblées adaptées à vos centres d'intérêt et réaliser des statistiques de visites