Ni à vendre ni à louer

C'est enfin le week-end, un week-end de printemps sur le littoral atlantique. Ce week-end-là, deux retraités se rendent dans leur résidence secondaire, une maisonnette aussi vaste qu’un timbre poste, et croisent un couple de punks ayant pour gîte une maison dessinée sur le sable d’une plage. Plus loin, deux imposteurs vêtus d’orange et de vert se mettent au golf non loin d’une procession funéraire. Au même moment, un représentant en parapluies a rendez-vous avec une maîtresse sado-maso dans un hôtel du bord de mer où séjournent deux couples dont l’existence sera chamboulée par un cerf-volant perdu.

Ni à vendre, ni à louer
Listes de films avec Ni à vendre ni à louer
Vacances et comédies
Quand le printemps ou l'été arrivent au sein du cinéma comique, les personnages décalés ou maladroits font leurs valises et partent offrir aux spectateurs du délire et des chocs culturels sous le soleil, ainsi qu'un peu d'exotisme... Dans des films situés en camp de vacances (Nos jours heureux), sur la plage (la saga Les Bronzés, Larguées), ou même au sein de croisières. Certaines comédies de voyage prennent aussi place en des destinations qui font rêver – et permettent de l'aventure et des gags – comme l'Asie (Pattaya) ou l'Amérique du Sud. En d'autres cas, ces films constituent des comédies de vacances à la française, comme la saga Camping. Autant de cocktails qui mènent souvent au succès public : au temps du Corniaud comme à l'époque du Ciel, les oiseaux et... ta mère !, vacances et comédies se sont toujours mariées pour le meilleur.
Le cinéma d'auteur français
Se confronter au cinéma d'auteur revient souvent à se plonger dans des films au style reconnaissable, à la mise en scène ambitieuse, et au scénario doté d'enjeux profonds. Dans ce champ, beaucoup de drames se disputent l'affiche, avec parfois des héros en colère face à leurs parents. Mais le cinéma d'auteur français évolue avec le temps, et en fonction de l'actualité, les grands réalisateurs empoignent les sujets humains, ou sociaux, de leur époque. Pour donner des comédies, sur des femmes dans la cinquantaine, ou des trentenaires immatures, par exemple. Ou des thrillers en entreprise, des portraits des communautés homosexuelles ou lesbiennes, ou même des films fantastiques avec peu d'effets. Avec, toujours, des héros à la fois proches du public, et très en crise. Des personnages plongés dans des quêtes d'identité intenses...
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer le fonctionnement du site, vous proposer des publicités ciblées adaptées à vos centres d'intérêt et réaliser des statistiques de visites