Poupoupidou

    |  3 |
    J'aime:
    Affiche du film Poupoupidou
    ma note
    je suis fan
    ajouter à mes films

    Notez le film : 


    ecrire mon avis/critique
    BANDE ANNONCE
    VF

    Poupoupidou

    BLOG
    UTILISATEURS
    (3.55 pour 35 notes)
    + Fiche complète

    Poupoupidou : Films proches

    <
    1
    2
    >
    Affiche du film Vivement dimanche !
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Mineurs 27
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film R.I.F.
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Une nuit
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Complices
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Dame de trèfle (La)
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Synopsis du film Poupoupidou

    Il est parisien et l’auteur de polars à succès. Elle est l’effigie blonde du fromage Belle de Jura, la star de toute la
    Franche-Comté, persuadée qu’elle était, dans une autre vie, Marilyn
    Monroe…
    Quand ils vont se rencontrer à Mouthe, la ville la plus froide de
    France, lui est en panne totale d’inspiration et elle déjà morte. “Suicide probable aux somnifères” conclut la gendarmerie. David Rousseau
    n’y croit pas. En enquêtant sur le passé de Candice Lecoeur, il est sûr de tenir l’inspiration pour un nouveau roman…

    Photos du film Poupoupidou

    Ajouter une photo du film Poupoupidou

    Critiques Blog du film Poupoupidou

    3Moopydelfy
    Le 24/01/2011
    41 critiques
    Poupoupidou alterne joliment les moments drôles et les instants plus tragiques. Jean-Paul Rouve décroche ici un des plus beaux rôles de sa carrière, excellent en pince-sans-rire. Son histoire d’amour peu banale avec l’héroïne Candice. Peu commune car tomber amoureux d’une morte, ça n’arrive pas tous les jours.
    Sophie Quinton offre une Candice qui présente une étrange ressemblance avec Marilyn, pimpante, ingénue, douce et fragile. Merveilleuse dans son parallèle avec la grande Norma Jean. Pleine de sensualité, l’actrice capture l’objectif et séduit le spectateur. Les costumes et les poses sont d’ailleurs très style années 60 comme les pin-ups. L’image Candice/Marilyn qui en ressort s’avère magnifique, vibrante et teinté d’une tristesse immense.
    Guillaume Gouix charmant, calme, tenace. Le gendarme têtu (sans jeu de mot pour la lecture qui nous laisse présumer qu’il est homosexuel) prête à sourire avec son désir de rentrer dans la police Canadienne. Sa relation avec Rouve est ambigue, délicate.

    Site web:  http://www.newkidsonthegeek.com/avis-poupoupidou-un-petit-air-de-marilyn-monroe-a-la-francaise/

    Extraits de films, bande-annonces

    Vous pouvez ajouter un extrait de film de Poupoupidou
    Poupoupidou BA VF
    Bande-annonce VF
    4939 Vues

    Listes avec le film Poupoupidou

    Ajouter une liste au film Poupoupidou
    On ne prend pas les mêmes, certes, mais on recommence! Votez tout au long de l'année pour les films qui vont jalonner - et marquer - VOTRE année 2011. A vos clics, et bons films!

    La littérature a toujours été une source intarissable d'inspiration pour le cinéma. On ne compte plus, aujourd'hui, les adaptations...

    vos dernières critiques de film

    Ajouter une critique au film Poupoupidou
    Nio_Lynes
    Le 21/09/2012
    289 critiques
    Une fois de plus suite à plusieurs remarques et avis positifs dans le grand-monde-du-woueb, votre serviteur s'est laissé tenté et en a retiré un certain plaisir. Et s'il est évident que je ne regardais pas le film à priori pour la bouille monolithique de Jean-Paul Rouve, je ne peux qu'observer que Sophie Quinton ne me laissais pas indifférent. Déjà qu'elle se fait rare dans le cinéma français, ce serait dommage de ne pas en profiter. Attachante à souhait dans "Mais qui a tué Bambi ? "(faux policier français, vrai film lynchien), elle en devient ici plus qu'adorable au sein (mais pas le sien) d'un scénario suffisamment orné de surprises pour nous faire passer un agréable moment.



    Du coup, vu la forte sympathie de l'objet, on passera sous silences quelques petits défauts sans conséquences (bon, par exemple, le coup de l'hyper auditivité du héros qui n'est pas du tout exploité à fond, c'est dommage. Quand on a une idée, il faut s'en servir) pour se concentrer sur une enquête qui, via la figure sacrifiée de Candice, devient un véritable hommage caché à une grande actrice blonde américaine, et par ricochet, presqu'un hommage tout entier à Sophie Quinton.

    Certes, le réalisateur la dévoile très souvent et parfois en petite tenue (quand pas du tout mais ce n'est pas moi qui m'en plaindrait), l'iconise complètement. Mais ça marche, ça fascine, ça emporte l'adhésion. Car d'une part ça ne tombe jamais dans la vulgarité (même si, en y réfléchissant, il y a des aspects presque sordides liés à la disparition de Candice et ça pourrait devenir flippant. Mais la réalisation légère et emportée ne tombe jamais dans le travers de reconstituer à tort), d'autre part parce que l'histoire avance grâce à ça, le fait de mettre en valeur une morte qui nous raconte ses pensées en voix-off alors que son corps est à la morgue.


    Bien sûr le procédé n'est pas nouveau, les cinéphiles le connaissent bien (remember "Boulevard du Crépuscule" du sieur Wilder). Généralement, il sert à amener à la résolution où soit le coupable est démasqué, soit l'on va enfin connaître ce qui a pu arriver à notre pauvre personnage. Ici, Hustache-Mathieu va retarder ce moment pour se focaliser plus sur l'identification d'une jeune fille à une grande actrice, cette fascination qui va faire marcher quelqu'un dans les pas d'un autre et le réalisateur de doucement apporter son univers singulier.


    Alors si le film n'est pas parfait et n'exploite pas tout son potentiel (la fin arrive trop vite), il faut saluer ici une mise en scène subtile (je l'ai vu plusieurs fois et la seconde vision m'a permis de faire attention à une mise en scène toute Chabrolienne, c'est à dire plus millimétrée qu'on le croirait), des personnages décalés et bienvenus (la jeune fille gothique du bar entres-autres) et un scénario plus intéressant que la moyenne, des choix musicaux originaux et surtout, Sophie Quinton. Encore une qui réussit presque dangereusement à faire pencher mon coeur pour les jeunes filles blondes, damned.

    Pour faire court, le film mérite amplement d'être vu parce qu'il est pas mal du tout, même très bien.

    Site web:  http://dvdtator.canalblog.com/archives/2012/09/10/24976070.html
    le_Bison
    Le 13/11/2015
    162 critiques
    Pour ceux qui n’ont jamais entendu parler de Mouthe, ce petit village d’à peine 900 âmes doit toute sa célébrité grâce à son record de la température la plus basse jamais enregistrée en France. -36,7 °C, un hiver de 1968 en Franche-Comté proche de la frontière suisse, de quoi surnommer ce village perdu dans la campagne jurassienne, « la petite Sibérie ». Pour ceux soucieux du détail, la température est même descendue à -41°C en 1985 mais le record ne fut pas homologué par Météo-France.

    La fierté du village réside également dans le personnage de Candice Lecoeur (Sophie Quinton) – de son vrai nom nettement moins glamour Martine Langevin. Elle est devenue ambassadrice de « La Belle du Jura », un fromage à patte molle, plein de douceur et d’onctuosité (mais bien plus excitante que Belle des Champs). Affiches publicitaires, miss Météo, faire-valoir sur des calendriers de pompiers nus…tout le village est tombé amoureux de cette belle rousse devenue blonde.

    Brrr… (fait le Bison qui à froid)
    Brrr-Brrr… (fait le bison en rut)
    Br-Brrr-Brrrrr (fait le Bison en rut qui à froid)

    J’ai froid, avec toute cette neige qui recouvre ma voiture et le corps nue et bleue de la Belle du Jura…

    Une bouteille de vin jaune, une bonne saucisse de Morteau, quelques pommes vapeur et…

    …de la cancoillotte !

    La cancan cancoillotte
    C’est un mets bien franc-comtois
    Tout en dansant la gavotte
    On se beurre la gueule à l’Arbois


    La cancan cancoillotte
    Ce n’est pas pour ces François
    Tout en pelotant la Charlotte
    On la mange avec les doigts

    Ça réchauffe le CUL, ça.
    De la bonne chanson françoise,
    du bon VIN et du bon FROMAGE.
    C’est ça la FRANCE !

    Pour revenir au film de Gérald Hustache-Mathieu, « Poupoupidou », il m’a bien surpris, je vous le dis mes bonnes dames, mes bons messieurs. Je ne m’attendais pas à ce qu’il soit si prenant et si attachant.

    David Rousseau – incarné par Jean-Paul Rouve – est un écrivain à succès. Son truc, ce sont les polars mais ces temps-ci, il est en manque d’inspiration, crise de la page blanche et sujet d’étude inexistant. Jusqu’à ce qu’il passe dans ce petit village perdu de Mouthe et aperçoit la mort de Candice. Suicide aux somnifères officiellement annoncé par les autorités policières. Mais David Rousseau flaire un destin nettement plus dramatique. A l’image d’un James Ellroy, David enquête sur le terrain, rencontre les proches de la victime (genre la coiffeuse). Le Jura aura aussi son mystérieux « Dahlia Noir ». Et David verra en la personne de Candice, une réincarnation de Norma Jean Baker. La vie de la pin-up du Jura semble être calquée, même parfois fortuitement, avec celle de Marilyn Monroe… Des somnifères jusqu’aux initiales de son amant – J.F.K. !

    En somme, Poupoupidou s’avère être un excellent divertissement, dans l'esprit comédie policière enneigée à la Fargo des frères Coen mais à la françoise.

    Site web:  http://leranchsansnom.free.fr/?p=2067
     Fermer Fermer
    En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer le fonctionnement du site, vous proposer des publicités ciblées adaptées à vos centres d'intérêt et réaliser des statistiques de visites