Un Homme qui crie

    J'aime:
    Affiche du film Un Homme qui crie
    ma note
    je suis fan
    ajouter à mes films

    Notez le film : 


    ecrire mon avis/critique
    BANDE ANNONCE
    VF

    Un Homme qui crie

    UTILISATEURS
    (3 pour 2 notes)
    + Fiche complète

    Un Homme qui crie : Films proches

    <
    1
    2
    >
    Affiche du film Daratt
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Ndjamena City
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film La Nuit de la vérité
    Film
    pas de bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Cry Freetown
    Film
    pas de bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Johnny Mad Dog
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Un transport en commun
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Synopsis du film Un Homme qui crie

    Le Tchad de nos jours. Adam, la soixantaine, ancien champion de natation est maitre nageur de la piscine d'un hôtel de luxe à N'Djamena. Lors du rachat de l'hôtel par des repreneurs chinois, il doit laisser la place à son fils Abdel. Il vit très mal cette situation qu'il considère comme une déchéance sociale.
    Le pays est en proie à la guerre civile et les rebelles armés menacent le pouvoir. Le gouvernement, en réaction, fait appel à la population pour un "effort de guerre" exigeant d'eux argent ou enfant en âge de combattre les assaillants. Adam est ainsi harcelé par son Chef de Quartier pour sa contribution. Mais Adam n'a pas d'argent, il n'a que son fils...

    Photos du film Un Homme qui crie

    Ajouter une photo du film Un Homme qui crie

    Extraits de films, bande-annonces

    Vous pouvez ajouter un extrait de film de Un Homme qui crie
    1
    2
    page 1

    Listes avec le film Un Homme qui crie

    Ajouter une liste au film Un Homme qui crie
    Merci pour vos votes! Cette session 2010 est dorénavant close, passons à 2011! N'oubliez pas de voter pour vos films préférés sur le nouveau classement... D'ici là, bonne année 2011, et bons films!
    Quand on nous dit Afrique on pense jungle, animaux exotiques, paysages fabuleux, déserts gigantesques... mais aussi guerres, famines, violences, injustices sociales... ou alors culture, blues ou jazz. Et...
    L'Afrique est malheureusement le lieu de nombreuses guerres. Guerre civile, guerre militaire, guerre religieuse, guerre d'indépendance ou encore guerre ethnique. Il est bien difficile de...

    vos dernières critiques de film

    Ajouter une critique au film Un Homme qui crie
    cristal
    Le 19/10/2010
    211 critiques
    Cinéaste de la désillusion, Mahamat Saleh-Haroun est aujourd'hui l'un des rares représentants de la cinématographie tchadienne, que le festival de Cannes a eu la bonne idée de sélectionner cette année en compétition officielle. Auréolé d'un Prix du jury symbolique qui confère une grande crédibilité à son exploitation en salles, "Un homme qui crie" renvoie directement à un art de la tragédie ancienne malgré son contexte actuel. L'engagement du cinéaste tient alors sur deux approches : la première est de montrer avec tristesse et pudeur les dégâts causés par la milice armée sur les civils tchadiens (en optant pour un point de vue original à partir de la traîtrise paternelle), et la seconde d'y opposer une esthétique étrangement anti-naturaliste. C'est peut-être la force première du film que de renoncer aux affects d'un style dénonciateur pour lui préférer une douceur poétique et intérieure qui prend vie dans le recul et la théâtralité des espaces. La naïveté manichéenne du récit se devine alors plus comme une révolte noble qu'une critique lourdaude des systèmes d'enrôlement. La force picturale du film, même si elle prend souvent le dessus sur l'écriture trop théorique des sentiments, a pour force d'oser le rapprochement vers le conte moderne. Et si l'engagement évident de Saleh-Haroun se dilue parfois dans l'intimisme très prononcé de son langage, il se dégage de cette oeuvre l'émotion de la perte et du désenchantement ; au titre violent du film répond justement son contraire, le silence de la douleur, les cris sourds d'un père défait et honteux. Des plaintes et des gémissements plutôt que le bruit de la révolte.

    Site web:  http://moncinemamesfilmsmonart.blogs.allocine.fr/
     Fermer Fermer
    En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer le fonctionnement du site, vous proposer des publicités ciblées adaptées à vos centres d'intérêt et réaliser des statistiques de visites