L'Autre Dumas

    J'aime:
    Affiche du film L'Autre Dumas
    ma note
    je suis fan
    ajouter à mes films

    Notez le film : 


    ecrire mon avis/critique
    BANDE ANNONCE
    VF

    L'Autre Dumas

    UTILISATEURS
    (2.7 pour 20 notes)
    + Fiche complète

    L'Autre Dumas : Films proches

    <
    1
    2
    >
    Affiche du film Les aventuriers des mers du Sud
    Film
    pas de bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Colette
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Thérèse
    Film
    pas de bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Beaumarchais, l&#039;insolent
    Film
    pas de bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Rimbaud Verlaine
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film La Chanson du mal aimé
    Film
    pas de bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Synopsis du film L'Autre Dumas

    Alors qu'Alexandre Dumas et Auguste Maquet, son nègre littéraire, sont au sommet de leur collaboration, Maquet décide de se faire passer pour Dumas afin de séduire Charlotte, une admiratrice de l'illustre écrivain. Entre les deux hommes, l'affrontement est inévitable. Dans Paris, la Révolution de 1848 se prépare...

    Photos du film L'Autre Dumas

    Ajouter une photo du film L'Autre Dumas

    Extraits de films, bande-annonces

    Vous pouvez ajouter un extrait de film de L'Autre Dumas
    L'autre Dumas - BA
    Bande-annonce VF
    3359 Vues

    Listes avec le film L'Autre Dumas

    Ajouter une liste au film L'Autre Dumas
    Merci pour vos votes! Cette session 2010 est dorénavant close, passons à 2011! N'oubliez pas de voter pour vos films préférés sur le nouveau classement... D'ici là, bonne année 2011, et bons films!

    La littérature a toujours été une source intarissable d'inspiration pour le cinéma. On ne compte plus, aujourd'hui, les adaptations...

    Les grands succès du cinéma comptent parmi eux un nombre incroyable d'histoires vraies. Devenues des biopics, des films dramatiques, en forme d'hommages à des personnalités, sur des grands...

    vos dernières critiques de film

    Ajouter une critique au film L'Autre Dumas
    BIBI62
    Le 10/02/2010
    127 critiques
    Vu en avant-première à l'UGC des Halles-Paris, en présence du réalisateur Safy Nebbou
    (auteur de deux premiers films que j'avais beaucoup aimé, "Le cou de la girafe" et "L'empreinte de l'ange" rebaptisé dernièrement "L'empreinte" suite à des problèmes d'utilisation du titre) et malheureusement sans la présence de ses interprètes principaux, retenus pour raisons diverses.
    En présentant le film le réalisateur a insisté sur la complicité et le sérieux de ses deux comédiens, alors qu'on lui promettait dans son entourage qu'ils seraient ingérables au vu de leur forte personnalité!
    Comme dans ses deux précédents films, la recherche et la reconnaissance d'identité est ici au centre du récit.
    C'est l'histoire -romancée- d'une collaboration particulière qui exista réellement entre ces deux hommes, une "liaison" et interconnexion littéraire qui dura sept années, deux caractères véritablement antagonistes, une collaboration aussi bien ingérable qu'indispensable, entre la lumière et l'ombre, Alexandre Dumas, personnage très libre, ouvert, volubile, volontiers outrancier, amateur de chère et de chairs, et son contraire, Auguste Maquet, tapi dans l'ombre du maître, appliqué, sensible, fidèle à son épouse, souffrant aussi de son manque de reconnaissance, aussi lorsque les circonstances l'amènent à être pris pour le maître, attiré en même temps par la jeunesse et la beauté de cette jeune femme qui lui avoue une admiration impromptue et inespérée, il se plie volontiers au jeu, engageant ainsi un duel entre amour et haine entre les deux collaborateurs.
    Le point faible de ce récit en est son côté presque théâtral (il est d'ailleurs adapté d'une pièce de théâtre "Signé Dumas"), le côté également trop classique de sa mise en scène.
    Le point fort est la confrontation de ces deux personnages, grâce à l'immense talent de deux grands acteurs qu'on ne présente plus, et personnellement ce sont deux de mes acteurs préférés du cinéma français, le gros atout qui m'ait poussé à aller voir ce film: sur ce plan-là on est pas déçu.Gérard Depardieu était bien évidemment l'acteur idéal pour incarner cet homme truculent, jouisseur de la vie, ce génie inné, et il le fait sans surenchère, avec excellence, j'allais dire comme à l'accoutumée!
    Mais le vrai "héros" de cette histoire vraie c'est bien sûr "l'autre" Dumas, cet Auguste Maquet qui a plus intéressé le metteur en scène, comme pour le réhabiliter (n'oublions pas qu'il a participé grandement au succès des principaux ouvrages du célèbre écrivain, et que jamais son talent n'aura été reconnu, un procès sera d'ailleurs lancé par le "nègre" à Dumas, l'un sera inhumé au Père-Lachaise alors que Dumas finira au Panthéon!).
    Benoit Poelvoorde est vraiment étonnant dans ce rôle assez dramatique, il est bluffant de justesse, dans la composition de ce personnage travailleur mais effacé, qui n'a pas le relief de son maître, se montrant fragile, torturé, et l'acteur livre ici une composition superbe, tout en intériorité et avec beaucoup de sobriété, de plus son physique s'accorde véritablement au personnage.Du grand art pour ce comédien qui prouve l'étendue de son registre en enchaînant rôles comiques et rôles plus dramatiques (comme il l'a magnifiquement fait récemment dans "Coco avant Chanel").
    A leurs côtés deux actrices magnifiques, Dominique Blanc, impeccable comme toujours, dans le rôle d'une femme très moderne et épanouie, et Mélanie Thierry qui apporte tout le charme et la beauté de sa jeunesse à ce rôle de révolutionnaire insouciante.
    L'ensemble du film, à partir d'un sujet pas évident, est parfois passionnant et digne d'intérêt grâce justement à l'idée de substitution d'identité qui apporte un côté vaudevillesque au récit et, même s'il souffre par moments d'une chute de rythme, de passages souvent sans ampleur, le tout est finalement grandement sauvé par ses deux exceptionnels interprètes qui sauvent le film en y apportant un certain souffle romanesque.Et, un peu frustrés, on les quitte en se disant qu'on voudrait à nouveau les voir ensemble, dans un film et un projet plus conséquents.Sans doute prochainement.

    MA NOTE: 13/20

    Site web:  http://lecinedejo.blogs.allocine.fr
    NicoMyers
    Le 14/02/2010
    41 critiques
    Dans les récentes sorties nationales, un film prometteur est soudainement tombé de nulle part : L’autre Dumas, de Safy Nebbou – un "jeune" réalisateur (de 42 ans) qui n’a à son actif comme long métrage que L’empreinte de l’ange, film sorti en 2008 avec Catherine Frot, et le moins connu Le cou de la girafe. Réunissant Gérard Depardieu et Benoît Poelvoorde en tête d’affiche, fort d’un pitch accrocheur, L’autre Dumas pouvait hypothétiquement offrir de belles surprises et s’éloigner d’une production française courante. Or, il surprend peu et reste du niveau d’un téléfilm amélioré.

    Pourtant, le scénario en béton avait de quoi émerger parmi notre pauvre cinéma franchouillard. Safy Nebbou, en adaptant avec Gilles Taurand la pièce de théâtre « Signé Dumas », y place le thème de la création artistique au premier plan et s’évertue à faire de sa reconstitution historique une œuvre épique et intelligemment écrite. On ne peut qu’admirer le développement du personnage de Maquet, le héros du film, nègre d’Alexandre Dumas, joué brillamment par Poelvoorde. Véritable esclave du romancier, il se trouve tiraillé par ses désirs de rébellion face à son maître, ses doutes sur sa part de mérite dans leur œuvre commune, et son soudain amour pour une jeune fille républicaine (étant lui-même monarchiste) qui l’avait pris pour le "vrai" Dumas. Le tout prend place sur fond de révolution française de 1848. Toute cette matière se voit malheureusement desservie par une forme trop pauvre. Bien sûr quelques plans et de brèves séquences sont intelligemment mises en scène – le plan final, par exemple, est marquant. Mais la grande majorité du film se trouve sous le signe de la caméra tremblée et des champs/contrechamps les plus conventionnels, et se voit doté d’un montage à ellipses qui empêche d’installer de véritables atmosphères. Ainsi, les personnages qui gravitent autour de Maquet deviennent vite caricaturaux et, mis à part Poelvoorde, les comédiens peinent à donner de l’humanité dans leurs incarnations : les deux personnages féminins principaux, joués par Mélanie Thierry et Dominique Blanc, sont peu crédibles et agaçants ; quand à Depardieu, il fait du Depardieu sans conviction (ce qui est déjà bien). Le tout se voit couvert d’une musique ronflante et sans âme, comme pour achever notre déception. En bref, si l’on ne peut nier les efforts mis en œuvre pour faire de L’autre Dumas un film intelligent, on constate aussi amèrement le manque total d’inspiration dans sa mise en scène, sans poésie aucune.

    Site web:  http://myplanity.centerblog.net/
     Fermer Fermer
    En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer le fonctionnement du site, vous proposer des publicités ciblées adaptées à vos centres d'intérêt et réaliser des statistiques de visites