Rapt

    |  3 |
    J'aime:
    - Brisé, humilié et séquestré durant de nombreuses semaines, Stanislas Graff, un homme d'industrie puissant, découvre, à sa libération, qu'il a tout perdu, de l'amour de ses proches à l'estime de ses collègues, qui ont découvert durant sa captivité l'homme qu'il était vraiment. Porté par Yvan Attal, Rapt est un thriller dramatique poignant, violent, aussi sombre et que cruel.
    Affiche du film Rapt
    ma note
    je suis fan
    ajouter à mes films

    Notez le film : 


    ecrire mon avis/critique
    recommander à mes amis
    BANDE ANNONCE
    VF

    Rapt

    UTILISATEURS
    (2.95 pour 125 notes)
    REALISATION:
    ANNEE:
    PAYS:
    France,Belgique
    DUREE:
    2h 5min
    ACTEURS:
    + Fiche complète

    Rapt : Films proches

    <
    1
    2
    >
    Affiche du film Locked
    Film
    pas de bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Soumission
    Film
    pas de bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Héros
    Film
    pas de bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film The Hostage
    Film
    pas de bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Raison du plus faible (La)
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Funny Games
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Synopsis du film Rapt

    Homme d'industrie et de pouvoir, Stanislas Graff est enlevé unmatin comme les autres devant son immeuble par un commando de truands.
    Commencealors un calvaire qui durera plusieurs semaines. Amputé, humilié, niédans son humanité, il résiste en ne laissant aucune prise à sesravisseurs. Il accepte tout sans révolte, sans cri, sans plainte, c'estpar la dignité qu'il répond à la barbarie.
    Coupé du monde, nerecevant que des bribes d'informations par ses geôliers, Graff necomprend pas que personne ne veuille payer la somme qui le délivrerait.
    Au-dehors,son monde se fissure au fur et à mesure de la révélation de sapersonnalité. Tout ce qu'il avait réussi à garder d'intimité, sonjardin secret, est révélé à sa famille par l'enquête de police ou cellede la presse.
    Chacun découvre un homme qui est loin de ressembler à celui qu'il imaginait.
    Quandil retrouvera la liberté, ce sera pour s'apercevoir qu'il a tout perdu,l'amour des siens, l'estime de ses collègues, son pouvoir, la confianceen ses proches.
    Sa libération se révélera plus difficile à vivre que sa captivité.

    Photos du film Rapt

    Ajouter une photo du film Rapt

    Extraits de films, bande-annonces

    Vous pouvez ajouter un extrait de film de Rapt
    Rapt - BA
    Bande-annonce VF
    5677 Vues
    1
    2
    page 1

    Listes avec le film Rapt

    Ajouter une liste au film Rapt
    Le thriller psychologique est un genre très répandu au cinéma. Souvent adapté à partir de roman ou tiré de livres ce genre est apprécié par tous les spectateurs de cinéma. Les ingrédients qui composent le...
    Puisque le kidnapping doit être une expérience assez terrifiante, il vaut mieux la "vivre" de votre canapé. Pour vous garantir des frissons, cinetrafic vous propose une liste de films sur le...
    Les votes sont clôts! Merci pour votre participation à tous! Retrouvez les 30 meilleurs films élus par vous à l'adresse ci-dessous. Vous pouvez bien sûr continuer à voter pour les films qui vous ont...

    vos dernières critiques de film

    Ajouter une critique au film Rapt
    cristal
    Le 25/11/2009
    211 critiques
    "Rapt" est l'un de ces nombreux constats qui se font au cinéma depuis un moment ; celui des talents gâchés. Aidé par un budget certainement trop large, Lucas Belvaux s'est emporté et a bâclé ce qui s'annonce comme l'un des pires films de l'année, aussi mauvais qu'il était attendu. Après avoir réalisé "La raison du plus faible" (qui aurait mérité un prix lors de sa sélection en compétition à Cannes, en 2006), et une trilogie sur la vie en trois styles cinématographiques différents ("Un couple épatant" - "Cavale" - "Après la vie"), "Rapt" lui offre la possibilité d'élargir sa côte d'adoration vers un public jusque-là restreint, la faute à des distributions souvent pauvres. Prometteur, Lucas Belvaux l'est certainement, il a même toutes les caractéristiques d'un grand cinéaste qui pourrait marquer son art. A moins que les grandes portes économiques soient ouvertes pour les besoins de ses films. Et c'est le cas avec "Rapt", catastrophe moderne construite avec un classicisme franchement féniant, et réalisé en une successions d'affreux gros plans et de plans moyens. Il n'y en a pas un qui puisse sonner juste, tout simplement parce que la réalisation est reléguée au stade de la parenthèse ; on sent bien que c'est l'histoire qui intéresse là Lucas Belvaux. Mais celle-ci, aussi passionnante soit-elle sur le papier, n'a pas eu le traitement nécessaire sur pellicule. Le cercle schématique (séquestration, enquête, deuil familial) est d'un ennui profond vu qu'il est associé à une absence de rythme dans la réalisation. Les personnages sont abandonnés en route pour de la figuration honteuse (les filles de Graff n'auraient-elles pas à se révolter plutôt que de pleurer?), les incohérences de base sont abondantes (dont la figuration justement), le tout englouti sous des stéréotypes aberrants (un piano dans le salon pour faire bourgeois, de grosses lunettes noires pour faire veuve éplorée). C'est un gros sujet et un résultat de débutant qui découle de "Rapt", pourtant signé par un partisan engagé et sans limites appartenant au cinéma franco-belge. Même le choix d'acteurs est affligeant, à l'exception d'Yvan Attal dont on attend toujours un vrai rôle même si sa performance physique est indéniable ; Anne Consigny en femme trompée, malheureuse puisqu'elle est riche, habillée en peau de bêtes et en boucles d'oreille style Neuilly, est insupportable de théâtralité mal placée. Gérard Meylan est d'un ridicule à toute épreuve, Alex Descas en fait des tonnes pour essayer d'être présent... rien ne va! Et pire que tout, Belvaux perd ici tout l'interêt de son sujet, et du cinéma en général : émettre un point de vue, qu'il soit moral ou artistique - ou les deux. Graff nous est montré un temps comme l'ordure des hauts rangs, à qui l'on va faire payer l'injustice de ses dépenses odieuses (tout y est : le casino comme l'amante). Et en seconde partie, enfin libéré, Graff devient la victime à plaindre, belle figure émincée qui se torture seul dans le berceau des richesses, assimilant son chien à son état précédent et ne finissant donc par ne parler qu'à l'élégant animal. Une telle lourdeur psychologique ne devrait plus exister tant elle est anti-naturelle et vient annihiler la profondeur de ce qui aurait pu être simplement suggéré. Dans le propos ne règne qu'un flou immense alors que le sujet était à portée de main ; on nous propose injurie puis complaisance sur un même personnage qui, par ce qu'il représente, aurait du être jugeable d'une manière ou d'une autre. Ainsi "Rapt" ne veut rien dire, ni même dans sa technique de cinéma inodore qui essaye plus ou moins de mêler la fiction au documentaire bas de gamme en essayant de minimiser les décors et de ne faire que des gros plans visage à la pelle. Ca en devient sans rythme, terriblement long, et d'une effrayante laideur.

    Site web:  http://moncinemamesfilmsmonart.blogs.allocine.fr/
     Fermer Fermer
    En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer le fonctionnement du site, vous proposer des publicités ciblées adaptées à vos centres d'intérêt et réaliser des statistiques de visites