King of New York (The)

    |  3 |
    J'aime:
    - Frank White, trafiquant de drogue est un gangster aux méthodes définitives. Mais, surnommé "The King of New-York", ce bandit au grand coeur rêve surtout de fonder un hôpital, malgré les policiers qui rêvent de l'abattre... Réalisé par Abel Ferrara, The King of New York est un thriller dramatique stylisé, aussi violent, fou et vulgaire que bouleversant et peint un New-York de la fin des années 80 réaliste et juste.
    Affiche du film King of New York (The)
    ma note
    je suis fan
    ajouter à mes films

    Notez le film : 


    ecrire mon avis/critique
    recommander à mes amis
    BANDE ANNONCE
    VF

    King of New York (The)

    UTILISATEURS
    (3.4 pour 68 notes)
    REALISATION:
    ANNEE:
    1990
    PAYS:
    DUREE:
    1h 43min
    ACTEURS:
    + Fiche complète

    King of New York (The) : Films proches

    <
    1
    2
    >
    Affiche du film L&#039;Impasse
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Les Affranchis
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film La Nuit nous appartient
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Parrain, 3e partie (Le)
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Never die alone
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film American Gangster
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Synopsis du film King of New York (The)

    Un homme sort de prison. Pas n’importe quel homme. C’est Frank White, le plus grand des seigneurs du crime à New York. Mais l’impitoyable Frank White nourrit aussi le rêve de construire un hôpital pour les plus démunis. Ce qui n’est pas du goût de tout le monde, y compris les flics prêts à tous les coups bas pour détruire son empire...

    Photos du film King of New York (The)

    Ajouter une photo du film King of New York (The)

    Extraits de films, bande-annonces

    Vous pouvez ajouter un extrait de film de King of New York (The)
    6151 Vues

    Listes avec le film King of New York (The)

    Ajouter une liste au film King of New York (The)
    Les films cultes sont des films qui marquent l’esprit des spectateurs de cinéma. Cette liste montre que parmi les meilleurs films cultes toutes les thématiques sont abordées pour le plus grand plaisir des...
    Le mot gang fait penser à beaucoup de choses : le crime organisé américain, les grands personnages tels qu'Al Capone ou Lucky Luciano, les Bloods et les Crips et...de nombreux films hollywoodiens...

    Si vous voulez regarder des films sur le trafic de drogue mais ne savez pas où commencer, cette liste est faite pour vous. Les grands classiques du trafic de drogue au cinéma...

    vos dernières critiques de film

    Ajouter une critique au film King of New York (The)
    zglub215
    Le 03/11/2012
    41 critiques
    Même s’il n’est âgé que d’une petite vingtaine d’années, The king of New York n’a presque plus rien de contemporain. La période dont il traite appartient au passé de la ville – ainsi peut-être qu’à son avenir, car les crises qui s’abattent en ce moment sur les pays développés pourraient finir par faire ressurgir ces démons plus en sommeil que terrassés pour de bon. Le New York du film de Ferrara est celui d’avant l’assainissement des années 1990, ce ravalement de façade mené au pas de charge par le maire Giuliani pour rendre à la ville son attrait auprès des franges aisées de la population. Comme dans Le bûcher des vanités tourné par De Palma au même moment, c’est une cité décadente, toute en excès et en éclats. Les plaies du crime organisé, de la drogue, des détestations raciales y suppurent à vif. Les inégalités y ont atteint une ampleur astronomique, entre les ultra-riches d’une part et les sous-prolétaires de l’autre (et plus la moindre âme qui vive entre les deux). La séparation entre les deux classes est énoncée radicalement par la géographie que donnent à voir les premières scènes du film – Manhattan fait figure de camp retranché où l’on s’ébat dans un luxe infini, tandis que dans les zones périphériques, Brooklyn, le Bronx, la misère s’étale jusque dans la rue.

    La situation est si extrême que Ferrara, autant que De Palma, n’a d’autre solution que de s’en remettre à l’allégorie exagérée pour décrire un tel univers. Là où les deux cinéastes se séparent, c’est quand chacun s’en remet à sa sensibilité propre pour créer sa fiction. De Palma part dans la parodie grotesque, Ferrara opte pour le cauchemar (a)moral. Chez le premier, la clé donnée au spectateur pour saisir que tout cela est déréalisé est la caractérisation à gros traits des personnages, convertis en caricatures de leur position sociale. Ferrara passe quant à lui par l’image, qu’il retouche par une multitude de filtres et autres effets jusqu’à lui ôter tout réalisme. L’esthétique de The king of New York relève d’un impressionnisme magnifiquement infernal, soutenu par l’importance donnée aux effets sonores émis rugis par la ville (métro, sirènes de police, etc.) qui achèvent de nous emprisonner dans ce cadre effroyable. Sur le plan humain, dans la vision de Ferrara le monde qu’il décrit s’est tellement laissé courber éthiquement qu’il a basculé, et se retrouve complètement inversé dans ses valeurs. Les mauvais ont pris la place des hommes de bien, car ils ont l’argent et l’aplomb – deux choses qu’ils doivent à leur position de donneurs de mort, indirectement (le trafic de drogue) et directement (les règlements de compte).

    La première moitié de The king of New York procède ainsi par montage alterné entre les deux vies de son héros Frank White / Christopher Walken, en public auprès des plus riches – les palaces, les réceptions, les boîtes de nuit et restaurants de prestige – et loin des regards parmi les plus pauvres, où il mène l’assaut en première ligne de son armée de gros bras camés à la gâchette facile. La suite ne donnera pas une meilleure image de la société des hommes. Excédés par la réussite et l’immunité de Frank, les flics qui enquêtent sur lui choisissent eux aussi de franchir la ligne jaune morale. Ils abandonnent les opérations légales de police, pour une variante sauvage de guerre de gangs, où il n’est pas question de faire de prisonniers. Ferrara met tout son talent et sa poigne à orchestrer ce déversement de violence dans les rues de New York – ainsi qu’il le dit dans le très intéressant entretien proposé dans les bonus du DVD, son ambition sur ce film était en partie de coller en surface aux attentes du public qu’il avait vu faire un triomphe à Terminator. Sans faille dans son rythme, inspiré et furieux dans ses scènes de fusillades, The king of New York peut de plus compter sur une excellente bande-son hip-hop et un casting de seconds couteaux aujourd’hui stars mais qui avaient alors envie de tout bouffer – Laurence Fishburne, David Caruso, Wesley Snipes ; et encore, dans de plus petits rôles, Steve Buscemi, Theresa Randle, Giancarlo Esposito (Breaking bad).

    Mais il n’est pas pour autant question pour Ferrara de faire l’impasse sur un propos ambitieux et intelligent. Le destin de Frank est l’occasion pour lui de pousser très loin l’idée du renversement des valeurs. Avec son scénariste Nicholas St-John, il hisse Frank sur les différents échelons de la condition d’homme providentiel, qui lui est assurément accessible : dans un monde sens dessus dessous, être le plus fort des truands fait de lui le meilleur des candidats. C’est avec le plus grand sérieux, quand bien même ses interlocuteurs croient à un trait d’humour, que Frank affirme au début du film vouloir devenir maire de la ville. Il initie en ce sens, de son propre chef, une politique de redistribution de ses ressources en se portant volontaire pour financer la rénovation d’un hôpital public. La réussite médiatique de ce geste, qui lui ouvre les portes du grand monde, fera dire amèrement à un des policiers qu’il est devenu « king of New York », roi plutôt que maire puisque proclamé au lieu d’élu. Ce n’est encore là qu’une étape, à partir de laquelle la vie de Frank ira, sur la fin du film, jusqu’à prendre un tour quasi messianique. La force de The king of New York vient de ce que son réalisateur garde toujours ses distances vis-à-vis de cette ascension. Il l’observe sans convoitise ni subordination, car à ses yeux Frank ne devient jamais plus qu’un produit de son environnement par lequel il vit et meurt ; un exemple édifiant d’une décadence générale.

    Certainement car il est symbolique d’une époque de sa carrière révolue, quand il acceptait de se plier aux règles du jeu hollywoodien alors qu’il œuvre désormais de manière radicalement marginale et solitaire, Ferrara semble aujourd’hui renier le film (ce qui contribue à rendre passionnante son interview sur le DVD). Absolument rien ne nous oblige à en faire de même.

    Site web:  http://www.cine-partout-toutletemps.fr/articles/the-king-of-new-york%C2%A0de-abel-ferrara-usa-italie-1990-5370
    geotoine
    Le 14/11/2012
    17 critiques
    En 1990 sortait sur les écrans "The King of New York". Présenté au public comme un film de gangsters hip-hop, le long-métrage d'Abel Ferrara ("Bad Lieutenant") n'a peut-être pas eu la reconnaissance qu'il méritait à sa sortie, mais, grâce au marché vidéo, il a acquis au fil des années le statut de "film culte". Une dénomination pas déméritée, bien au contraire. C'est bien simple : durant toute la durée du film, on est littéralement scotché à notre écran.

    "The King of New York", c'est avant tout l'histoire d'un gangster. Mais pas n'importe quel gangster. Frank White vient de passer cinq ans en prison, et, à sa sortie, il entend bien avec sa bande de malfrats reconquérir le marché qui était le sien. Mais cette entreprise le met sous le feu des projecteurs de la brigade des stupéfiants du NYPD, brigade menée par le détective Roy Bishop et ses hommes Dennis Gilley et Thomas Flanigan. Ces derniers vont tout faire pour ramener Frank White derrière les barreaux.

    Polar résolument sombre sur le milieu mafieux, "The King of New York" nous impressionne par son incroyable casting porté par l'excellent Christopher Walken ("Dead Zone", "Batman le défi"). Ce dernier incarne avec brio Frank White et nous hypnotise à chacune de ses apparitions à l'écran, en raison d'une interprétation à la fois froide et imprévisible. Avec ce film, l'acteur collabore pour la première fois avec Abel Ferrara qu'il retrouvera pour trois autres longs-métrages : "The Addiction", "Nos funérailles" et "New Rose Hotel".

    Face à lui se trouve le détective Bipshop incarné par le bouleversant Victor Argo. Du côté des seconds rôles, de grands noms du cinéma et de la télévision alors acteurs débutants et/ou peu connus du grand public tels Laurence Fishburne ("Les Experts", "Matrix"), David Caruso ("Les Experts : Miami"), Steve Buscemi ("Reservoir Dogs", "Boardwalk Empire"), Giancarlo Esposito ("Usual Suspects", "Breaking Bad") et Wesley Snipes ("Blade", "Demolition Man").

    Malgré un rythme pour le moins lent, on reste de façon étonnante captivé de la première à la dernière seconde du film. Véritablement plongé aux côtés des personnages, on suit chacun de leurs agissements qui ne cessent de rapprocher l'affrontement entre les deux camps, d'un côté le gang de White de l'autre les forces de l'ordre. Cet affrontement semble de plus en plus inévitable au fur et à mesure qu'on avance dans l'histoire. Le film se clôt en beauté avec une ultime demi-heure mémorable où culminent les règlements de compte.

    Marquant, "The King of New York" est l'un de ces films dont l'on ne peut pas décrocher. Un film immersif avec une photographie sublime, un casting de premier choix et une dernière partie contenant de grands moments de cinéma. Un film culte ? Oui, assurément.

    Site web:  http://www.geotoine.fr/article-test-the-king-of-new-york-la-critique-et-le-test-du-blu-ray-112107790.html
     Fermer Fermer
    En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer le fonctionnement du site, vous proposer des publicités ciblées adaptées à vos centres d'intérêt et réaliser des statistiques de visites