La Planète sauvage

    |  6 |
    J'aime:
    Affiche du film La Planète sauvage
    ma note
    je suis fan
    ajouter à mes films

    Notez le film : 


    ecrire mon avis/critique
    BANDE ANNONCE
    VO

    La Planète sauvage

    UTILISATEURS
    (3.95 pour 24 notes)
    REALISATION:
    ANNEE:
    1973
    PAYS:
    France,...
    DUREE:
    1h 12min
    ACTEURS:
    + Fiche complète

    La Planète sauvage : Films proches

    <
    1
    2
    >
    Affiche du film Maîtres du temps (Les)
    Film
    pas de bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Gandahar
    Film
    pas de bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Renaissance
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Le Congrès
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Fritz le chat
    Film
    pas de bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Cheap
    Film
    pas de bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Synopsis du film La Planète sauvage

    La planète Ygam est habitée par des géants paisibles et surdoués, les Draags. A la suite d'une expédition, les Draags ramènent sur leur planète des animaux familiers, les Oms. Mais ceux-ci vont très vite se révolter...

    Photos du film La Planète sauvage

    Ajouter une photo du film La Planète sauvage

    Extraits de films, bande-annonces

    Vous pouvez ajouter un extrait de film de La Planète sauvage
    1825 Vues

    Listes avec le film La Planète sauvage

    Ajouter une liste au film La Planète sauvage
    Lorsque l'humanité, telle qu'on la connaît, se trouve oppressée au cinéma par des forces supérieures ou par elle-même, le film d'anticipation, souvent dystopique, pafois post-apocalyptique,...

    Qui dit films d'animation pour adultes ne désigne pas forcément des longs-métrages interdits aux jeunes : dans des productions saluées dans les...

    vos dernières critiques de film

    Ajouter une critique au film La Planète sauvage
    bobmorane75
    Le 22/07/2017
    245 critiques
    Un superbe film allégorique sur la défense des droits des animaux, et sur les droits de l'homme, Grand Prix spécial au jury au Festival de Cannes de 1973. J’ai été happé d’effroi d’entrée de jeu avec la maman et son petit, victimes des géants, comme nous maltraitons les animaux, ne serait-ce que les fourmis ou autres insectes, et bien sûr à plus grande échelle la faune dans son ensemble. Ainsi, sans ambiguïté, le parralèle est saisissant et douloureux en nous identifiant à ces Oms martyrisés, quand nous sommes tellement les vrais monstres. C’est évidement en élargissant la symbolique sur la défense des droits de l’Humanité –hommes, femmes et enfants- victimes non de plus grands qu’eux mais de plus forts et plus féroces. J’avais été marqué par ce film lors de mon adolescence, tellement le récit, les symboliques, les personnages, la musique et le graphisme sont d’une telle puissance émotionnelle.
    Un graphisme somptueux, entre la 2D classique bien soignée de Disney et les désormais palettes numériques, dont se dégage une sensibilité bien plus accrue dans cet univers pourtant calme et si oppressant. Les couleurs, décors et architectures bâtiments et nature, apportent là aussi un tel contraste opposé de fausse harmonie tranquille pour une violence pleine de danger et de mort, que la musique accentue encore plus. Un film d’une rera intensité d’émotion qui reste d’autant plus d’actualité par sa modernité qui hante longtemps.


    Site web:  http://glandeurnature.over-blog.com/
    LordGalean
    Le 31/08/2017
    101 critiques
    Il est des films qui recèlent en eux une telle vision prémonitoire de l'avenir que ça en devient limite effrayant : Brazil, Le Roi et L'Oiseau, Modern Times, Soleil Vert ou encore Minority Report. Le film la Planète sauvage de René Laloux est aussi de ceux-là.

    Ce pamphlet, conte philosophique Voltairien, (Micromégas) aux élans Swiftien (on pense souvent au Voyage de Gulliver) nous narre l'histoire des Draags (sorte de reptilien illuminati omniscient et omnipotent ^^) qui élèvent des humains comme des animaux de compagnie, les Oms. Ils ont récupéré ces derniers sur la lointaine planète Terra et les traite avec la même attitude que nous traitons nous-mêmes parfois nos animaux d'élevages ou de compagnie. Adapté du roman de l'écrivain français Stefan Wul (l'auteur du fabuleux Niourk) "Oms en série", la planète sauvage écrit par René Laloux et Roland Topor raconte donc la relation de maître à esclave, puis petit à petit d'amis qui va s'instaurer entre une jeune Draags et un petit Oms. Et surtout la révolte qui va s'en suivre.

    La vie des Draags est tournée vers la méditation et la connaissance, et leurs enfants apprennent tout ce qu'ils doivent savoir de serre-tête semblable à des casques de walkmans et contenant l'intégralité du savoir des Draags. Un jour des petits Draags s'amusent et tuent une femelle Oms, laissant son enfant, irrémédiablement seul. Une des enfants Draags, la jeune Tiwa récupère le petit rescapé et le prénomme "Terr". Elle l'aime comme on aime un hamster ou un lapin dans une cage, et petit à petit cette relation se mue en amitié réciproque, car Tiwa ne grandissant pas à la même vitesse que Terr, reste une adolescente quand ce dernier en devient un à son tour. Terr est ainsi souvent présent lors des apprentisages de Tiwa avec le serre tête, et suit ses cours, devenant à son tour intelligent autant que les Draags, voire même plus, puisqu'il utilise souvent le serre tête seul. Le père de Tiwa s'en aperçoit et ordonne à sa fille de ne plus laisser Terr suivre ses leçons de connaissance. Terr se muant en Prométhée moderne, vole un jour le serre tête de la connaissance et s'enfuit du palais.

    La suite de ce passionnant film ne vous sera pas spoilé. J'espère que ce petit avant-goût vous donnera envie de découvrir ce film, surtout quand on voit à quel point son discours, résonne et raisonne avec le traitement que nous faisons subir à des animaux que nous jugeons inférieur à nous pour une différence d'intelligence. En ces temps où le Veganisme (mouvement écologiste et humain qui refuse toute forme d'exploitation animale en plus de la non consommation de produits animaux) prend un essor assez important dans nos sociétés, peut-être même déterminant, le film questionne pas mal certains des sujets qui nous préoccupent actuellement.

    La grande force de ce film outre son message humaniste et écologiste, c'est le grand soin avec lequel il a été réalisé, témoin d'une époque où la SF française n'était pas juste un concept vague, aujourd'hui pas mal oublié à de rares exceptions, mais pratiquement le coeur de lance de la littérature et donc du cinéma qui en découlait. Je remercie d'ailleurs le distributeur du film pour la qualité du master du Bluray, le fait que l'exemplaire soit un vrai bluray du commerce, et pour la quantité importante de bonus passionnants, dont les 3 premiers court-métrages du duo Topor-Laloux.

    Ce la planète sauvage ne faisant pas exception, puisque basé sur les dessins de Roland Topor et animé dans les studios d'animation Jiri Trnka de Kratky Film à Prague selon la technique du papier découpé. Il en résulte un sentiment étrange, laconique, pesant et enjoué à la fois, en tout les cas un "must have see" (immanquable) pour n'importe quel cinéphile qui se respecte.

     Fermer Fermer
    En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer le fonctionnement du site, vous proposer des publicités ciblées adaptées à vos centres d'intérêt et réaliser des statistiques de visites