L'animation indépendante japonaise (Docu-Reportage)

    J'aime:
    - L'animation indépendante japonaise est un documentaire qui nous entraîne au coeur de l'animation japonaise, à travers l'exploration des travaux d'une poignée de dessinateurs.
    Affiche du film L'animation indépendante japonaise (Docu-Reportage)
    ma note
    je suis fan
    ajouter à mes films

    Notez le film : 


    ecrire mon avis/critique
    recommander à mes amis
    BANDE ANNONCE

    L'animation indépendante japonaise (Docu-Reportage)

    UTILISATEURS
    (4 pour 2 notes)
    REALISATION:
    ANNEE:
    PAYS:
    ACTEURS:
    + Fiche complète

    L'animation indépendante japonaise (Docu-Reportage) : Films proches

    <
    1
    2
    >
    Affiche du film Tout sur mon père Max Linder (Docu-Reportage)
    Film
    pas de bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Une journée particulière (Docu-Reportage)
    Film
    pas de bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Hitch (Docu-Reportage)
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Belmondo, itinéraire...
    Film
    pas de bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Agnès de ci de là Varda (Docu-Reportage)
    Film
    pas de bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film The look : Charlotte Rampling (Docu-Reportage)
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    L'animation indépendante japonaise (Docu-Reportage): ADN

    Emotions :
    Genres :
    Top Films:

    Synopsis du film L'animation indépendante japonaise (Docu-Reportage)

    Les travaux d'une poignée d'animateurs à part au sein de l'industrie de l'animation japonaise.

    Photos du film L'animation indépendante japonaise (Docu-Reportage)

    Ajouter une photo du film L'animation indépendante japonaise (Docu-Reportage)

    Extraits de films, bande-annonces

    Vous pouvez ajouter un extrait de film de L'animation indépendante japonaise (Docu-Reportage)

    Listes avec le film L'animation indépendante japonaise (Docu-Reportage)

    Ajouter une liste au film L'animation indépendante japonaise (Docu-Reportage)
    DVDtrafic est à nouveau de retour pour cette onzième édition. Près de 25 titres pour tester des DVD en avant première, découvrir des films culte ou des curiosité peu remarquées, voir ou revoir des films...

    vos dernières critiques de film

    Ajouter une critique au film L'animation indépendante japonaise (Docu-Reportage)
    Alex_Torrance
    Le 07/11/2013
    43 critiques
    Ce que nous offrent les Films du Paradoxe à travers ce mix de quinze courts-métrages d’animation japonais réalisés par divers auteurs témoigne de cet univers artistique riche qu’est l’archipel nippon. S’il est difficile d’apprécier tout ce qui se trouve dans ce coffret, il l’est encore plus de rien aimer. Des films comme Beluga semblent ressusciter ce qui constituait les motifs aux essais expérimentaux d’Emile Cohl, lors des premiers balbutiements de l’animation : l’histoire part d’un craquement d’amulette et le feu sert de prétexte au déroulement d’une histoire surnaturelle. Ce parallèle que l’on peut ainsi faire entre l’origine du « dessin-animé » et cet objet moderne créé en 2011 rend compte de l’évolution de ce cinéma qui a toujours beaucoup de choses nouvelles à offrir, mais continue tout de même de puiser sur la créativité des pionniers. On remarque un certain charme dans les graphismes de Shin Hashimoto, qui réalise aussi Sougiya to Inu. Tous deux rappellent de façon directe que l’ultra-violence n’est pas réservée aux prises de vue réelles, dans un monde étrange où la tendresse semble avoir levé le camp depuis un bail.

    Parmi les plus grandes surprises de L’Animation Indépendante Japonaise #1 se trouve 663114, un titre qui en dit moins que cette cigale étrange, qui escalade un arbre pour sa 66ème année – moment de mue qui constitue un genre de coutume. Tout d’abord, on ne sait pas trop où l’on est dirigé. La cigale prend bien le temps de raconter sa vie et celle de ses semblables, tout en continuant de grimper inlassablement. Avant d’atteindre le sommet, celle-ci est témoin de trois catastrophes qui se succèdent brièvement : un séisme, un tsunami, et l’explosion d’une centrale nucléaire. Ce que l’on appréhendait lors des premières minutes s’avère en fait une brillante représentation du bouleversement provoqué par l’accident de Fukushima sur la nature et, de manière plus suggestive, de son impact sur le quotidien et le mode de vie de chacun. Nous noterons par ailleurs une superbe image, à la texture particulièrement travaillée par ordinateur.

    Pour ce qui est des déceptions, nous nommerons Columbos – une intrigue policière au ralenti au design ambitieux mais raté –, ainsi que divers exercices de style vains et kitsch tels Tatamp, Dreams et Red Colored Bridge. Si leur univers psychédélique est coloré s’avère parfois intéressant, le temps se fait long passé dix secondes. Toutefois, le réalisateur de Tatamp – Mirai Mizue – prouve aussi qu’il sait très bien manier les formes et le rythme avec un entraînant Modern NO.2 qui représente de manière abstraite la création du monde moderne sous une musique vive. Enfin, Kappo, de Yoriko Mizusiri, se limite à un abstrait défilé de mode parfois inventif mais légèrement répétitif, à la longue. Son autre court-métrage, Futon demeure assez beau et inventif ; parfois même totalement loufoque, à l’image des rêves que l’on peut faire – la fille de la scène étant en train de dormir.

    Une découverte majeure dans ce coffret est celle de la Company Tochka, représentée par Takeshi Nagata et Kazue Monno. Ces derniers utilisent le principe des photos fantômes pour réaliser des projets totalement innovants en image par image, où la ville donne lieu à un festival de lumières et de couleurs aux formes folles dans Pika Pika, et superbement structurées dans Maze – où toute une équipe se place derrière une vitre ornées de carrés entre lesquels cette dernière forme des labyrinthes. Ce collectif livre ainsi deux œuvres pleines d’imagination, inspirantes, et donnant une folle envie de suivre leurs futurs projets, apportant une énième preuve que l’animation n’a pas tout dit et que de nombreuses techniques restent encore à découvrir, malgré une modernité de plus en plus impressionnante.

    Enfin, place aux deux esthètes les plus brillants de ce coffret : Atsushi Wada et Kei Oyama. Le premier réalise Gureto Rabitto (Great Rabbit, retranscris en anglais) et Haru no Shikumi, deux courts-métrages très proches – les personnages sont les mêmes – bien que séparés de deux années et ayant une histoire différente mais tout aussi barrée l’une que l’autre. Il y est question de gamins enrobés soumis au travail à la chaîne par un genre de grand lapin rehaussé sur une chaise. Dans Haru no Shikumi, nous assistons à l’arrivée du printemps, vue de façon assez singulière. S’il est dur de comprendre quoi que ce soit à ces deux univers, le plaisir visuel est, lui, parfaitement présent. Il en va de même pour Hand Soap qui suit les mésaventures des membres d’une famille aussi joyeuse que celle d’un Suicide Club, avec la même impression de désintégration de la cellule familiale et de quotidien morbide.

    Oubliez tous les grands noms – aussi doués soient-ils ; Disney, Pixar, Ghibli, quel qu’ils soient. Cela ne dure que le temps d’un coffret et vous invitera à vous préparer à l’arrivée de futurs noms de l’animation japonaise. Il est ici question de violence, de sexe, mais aussi de volupté, de trip, de bizarre, d’excentricité, d’imaginaire… Tout ce qui tourmente ou fascine la société japonaise du 21ème siècle et s’avère susceptible d’influencer l’art sous toutes ses formes. L’archipel a des choses à dire, pourquoi pas par le biais de l’animation ? Ce coffret est un indispensable pour tous les amateurs du genre et, même, les simples curieux qui aiment les courts-métrages.

    Site web:  http://overlook-cinema.com/2013/10/25/coffret-dvdbr-lanimation-independante-japonaise/
    p4cJapan
    Le 25/11/2013
    30 critiques
    Critiquer ce genre d’œuvre, c’est le genre de chose que je trouve difficile. Chaque fragment qui la compose ne peut pas être pris un à un pour les identifier et les décortiquer. En effet, ce coffret DVD/Blu-ray sur l’Animation Indépendante Japonaise propose aux spectateurs chevronnés, quinze courts-métrages d’animation japonaise issus de différents artistes afin de nous montrer que leur imagination va bien au dessus des habituelles séries d’animés que l’on retrouve chez nous, Naruto, Bleach et compagnie.

    Comme souvent avec ce genre de compilation, c’est qu’il est difficile de tout aimer. Mais une chose est sure, il faut être accroché et avoir un profond intérêt pour l’animation japonaise dans son sens large. Ce coffret propose bien des univers, bien des styles graphiques différents et bien des chemins scénaristiques particuliers. Certains opteront pour un rendu proche du dessin-animé, d’autres proposeront de nouvelles choses, à travers de photo montage animé. Chaque court-métrage est dans un sens étonnant, souvent captivant, parfois démesuré ou trop étrange, mais chacune de ces œuvres ont le méritent d’aller là où peut s’aventure, un monde fait d’expérimentations et d’idées.

    Des choses étranges, on en trouve un bon paquet dans ce coffret sur L’Animation Indépendante Japonaise. Un titre, notamment était particulièrement étonnant, avec une sorte de cigale qui escalade un tronc d’arbre dans le cadre d’un rite particulier. Souvent, le court-métrage cherche à donner un sens à ce qu’il projette chez le spectateur, ici, c’est très souvent le cas.

    Mais comme souvent, les segments qui composent un ensemble ne sont pas de qualité identiques. Certains morceaux sont décevants, manque d’intérêt, malgré leur essais stylistiques. Mais parfois, il devient difficile de rester captiver par des images où peut de choses nous interpellent. C’est aussi çà, le cinéma d’animation indépendant japonais ! C’est de l’expérimentation de concept qui ne marche par forcément. C’est la recherche de nouvelles idées, qui permet d’en faire le tri et de les mettre en forme.

    C’est parfois abstrait, psychédélique ou simplement coloré. C’est à d’autres moments musical et créatif, voir presque trop déjanté. Dans tous les cas, des idées, il y en a et c’est souvent ce qu’on recherche dans un tel coffret regroupant plusieurs artistes. Voir quelque chose de différent de ce qu’on nous propose souvent, des produits formatés accessibles à tous. Au final, un tel coffret ne pourra être apprécié que de ceux qui cherchent à voir quelque chose de différent, même si cela signifie de s’émerveiller à certains moments et de s’endormir à d’autres. C’est aussi çà, le travail de groupe, un mélange improbable de personnalité et d’humanité.

    Je remercie Cinetrafic pour ce coffret. Vous pouvez retrouvez les films de 2014 sur Cinetrafic ainsi que d’autres films sur leur site.


    Site web:  http://www.kurosawa-cinema.com/films/animation_japonaise/lanimation-independante-japonaise-volume-1/
     Fermer Fermer
    En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer le fonctionnement du site, vous proposer des publicités ciblées adaptées à vos centres d'intérêt et réaliser des statistiques de visites