30 beats

    J'aime:
    CANICULE - Cette comédie romantique met en scène plusieurs histoires qui se déroulent pendant un été très chaud à New York. Toutes les aventures des personnages sont liés à la sensualité et au désir. Alexis Lloyd filme des rencontres, des désirs et des étreinte dans ce film choral.
    Affiche du film 30 beats
    ma note
    je suis fan
    ajouter à mes films

    Notez le film : 


    ecrire mon avis/critique
    BANDE ANNONCE
    VF

    30 beats

    UTILISATEURS
    (1.8 pour 12 notes)
    REALISATION:
    ANNEE:
    PAYS:
    Etats-Unis,France
    DUREE:
    1h 28min
    ACTEURS:
    + Fiche complète

    30 beats : Films proches

    <
    1
    2
    >
    Affiche du film Happy New Year
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Vous allez rencontrer un bel et sombre inconnu
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film To Rome with Love
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Ce qui vous attend si vous attendez un enfant
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Modern love
    Film
    pas de bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Bancs publics (Versailles rive droite)
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Synopsis du film 30 beats

    New York, en plein été : une vague de chaleur transforme la ville en zone tropicale. Dix personnages sont tour à tour entraînés dans une ronde des amours où chacun n’est que le jouet du désir et des pulsions de l'autre...

    Photos du film 30 beats

    Ajouter une photo du film 30 beats

    Extraits de films, bande-annonces

    Vous pouvez ajouter un extrait de film de 30 beats
    9648 Vues

    Listes avec le film 30 beats

    Ajouter une liste au film 30 beats
    Parmi les plus belles histoires d’amour du cinéma, la comédie romantique américaine propose les histoires d’amour les plus populaires. Entre amour et comédie, de nombreux réalisateurs célèbres se sont...
    Second centre de production américain derrière Holywood, la ville de New York fascine et a été le décor de divers genres cinématographiques.

    vos dernières critiques de film

    Ajouter une critique au film 30 beats
    Nio_Lynes
    Le 05/04/2012
    289 critiques
    C'est, alléché par l'idée-même du film (reprendre "La ronde" de Schnitzler qui fut adapté formidablement en 1950 par Ophüls) et une bande-annonce ne dévoilant en fait pratiquement que ce qu'il y a de mieux, que j'ai vite filé voir ce film qu'est 30 beats. Le fait qu'il ne soit distribué que dans très peu de salles (en fait actuellement quand j'écris ça plus que 3 salles dans toute la France depuis que je l'ai vu il y a une semaine !) a joué d'un certain état d'urgence aussi.

    Transposant la ronde des sentiments amoureux aussi divers que riches, variés, cruels, douloureux ou drôles dans le New-York actuel ne pouvait que tenter d'actualiser et mettre à jour le sentiment amoureux en ces années post 11 septembre 2001. Le New-York ainsi filmé respire presque la quiétude comme si rien ne s'était passé : des couleurs chaudes, presque organiques, de rares ralentis somptueux et jamais tape à l'oeil, une chaleur perceptible et des gens qui ont envie de s'amuser. On ajoute à cela des cadres bien construits, un tournage en 16 mm qui assure pour un premier film, une musique instrumentale faite de ballades un peu rock énergiques et envoûtantes. Tout était presque réuni pour passer un bon moment.
    Mais voilà, il y a un hic de taille monumental : l'attirance du vide.
    Notre cher réal veut tellement bien faire qu'il finit par n'en rendre son film que désespérément fade. Et rendre fade une beauté comme Vahina Giocante, il faut le vouloir. o_O


    Si sur le papier l'idée du changement de personnage pour illustrer la ronde cyclique de l'amour reste bon, la mécanique fragile ne suit pas.
    D'abord parce que les acteurs masculins sont fades comme pas possible (excepté le personnage de Julian, joué par Thomas Sadoski qui tire son épingle du jeu et se révèle plus ambigü qu'on le croit), à peine traités, aucune psychologie, parfois d'une lourdeur pas possible (délivrant un certain ennui bien palpable qui a fait sortir 3 jeunes spectatrices de la salle du gaumont parnasse où j'étais. Sans doute espéraient-elles comme moi quelque chose de plus vivant ?).
    Ce qui affaiblit considérablement l'édifice et des personnages féminins à peine mieux servis avec des actrices qu'on sent nettement plus impliquées néanmoins.

    Las !

    Les scènes qui pourraient se révéler intéressantes ou montrer les jeux amoureux et érotiques sont toutes passées à la trappe lors d'un constant fondu au noir à chaque fois que le moment tant attendu arrive. Dans une entrevue, le réalisateur expliquait, très prude, que face à une société qui montre tout, mieux valait laisser au spectateur le soin de laisser fonctionner son imagination. Ce discours est bien beau mais pour que l'imagination se mette en branle (sans mauvais jeu de mot hein), encore faut-il justement qu'elle ait un os à rogner. Ce n'est pas en nous montrant un bout de poitrine de cette chère Vahina qu'on va d'un coup se mettre à follement rêver. D'autant plus que ce passage arrive après le fondu au noir, la jeune femme se révèle complètement à l'ouest, prononçant des dialogues assez consternants comme si elle avait avalé un tube de valium.

    Seule Paz de la Huerta a l'honneur d'avoir une belle scène (qui fait presque sourire) où la belle se cambre tel un chat réclamant avec moult séduction ses croquttes à un vétéri... un docteur pardon. Ma foi, Paz, là je t'offre tous les bocaux de croquettes que tu veux à ce prix là.
    Mais ça ne dure pas.... Et paf, fondu au noir !


    Tu voulais du sensuel ? Tu n'auras que les images d'Epinal. Enfin là c'est des images Panini quoi.
    Bref, personnages rendus fades dans des situations fades qui ne laissent jamais vraiment respirer et imprégner l'image... Reste d'ailleurs quelques belles images... pourtant vites éparpillées...
    Et qui seront vite oubliées.
    Dommage car il y avait de belles idées au départ mais au final l'ensemble est mou.

    Site web:  http://dvdtator.canalblog.com/archives/2012/04/04/23935016.html
     Fermer Fermer
    En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer le fonctionnement du site, vous proposer des publicités ciblées adaptées à vos centres d'intérêt et réaliser des statistiques de visites