Les Rêves dansants, sur les pas de Pina Bausch

    J'aime:
    Affiche du film Les Rêves dansants, sur les pas de Pina Bausch
    ma note
    je suis fan
    ajouter à mes films

    Notez le film : 


    ecrire mon avis/critique
    BANDE ANNONCE
    VF

    Les Rêves dansants, sur les pas de Pina Bausch

    UTILISATEURS
    (3.5 pour 6 notes)
    REALISATION:
    ANNEE:
    PAYS:
    Allemagne
    DUREE:
    1h 32min
    ACTEURS:
    + Fiche complète

    Les Rêves dansants, sur les pas de Pina Bausch : Films proches

    <
    1
    2
    >
    Affiche du film Coffee with Pina
    Film
    pas de bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Un jour Pina m&#039;a demandé
    Film
    pas de bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Après Béjart, le coeur et le courage
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Pas à pas
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film La Danse, le ballet de l&#039;opéra de Paris
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Pelléas et Mélisande, le chant des aveugles
    Film
    pas de bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Les Rêves dansants, sur les pas de Pina Bausch: ADN

    Emotions : Emouvant
    Genres : Documentaire
    Top Films: Documentaire 2010
    Thématiques Pina bausch Danse

    Synopsis du film Les Rêves dansants, sur les pas de Pina Bausch

    En 2008, Pina Bausch, quelques mois avant sa mort, décide de reprendre
    son fameux spectacle KONTAKTHOF, non plus avec sa troupe, mais avec des
    adolescents de 14 à 18 ans qui ne sont jamais montés sur scène et n'ont
    jamais dansé. Ce documentaire est leur histoire...

    Photos du film Les Rêves dansants, sur les pas de Pina Bausch

    Ajouter une photo du film Les Rêves dansants, sur les pas de Pina Bausch

    Extraits de films, bande-annonces

    Vous pouvez ajouter un extrait de film de Les Rêves dansants, sur les pas de Pina Bausch

    Listes avec le film Les Rêves dansants, sur les pas de Pina Bausch

    Ajouter une liste au film Les Rêves dansants, sur les pas de Pina Bausch
    Merci pour vos votes! Cette session 2010 est dorénavant close, passons à 2011! N'oubliez pas de voter pour vos films préférés sur le nouveau classement... D'ici là, bonne année 2011, et bons films!

    vos dernières critiques de film

    Ajouter une critique au film Les Rêves dansants, sur les pas de Pina Bausch
    cristal
    Le 04/11/2010
    0 critique
    C'est auprès d'une troupe improvisée que ce documentaire prend vie ; le thème, fédérateur, annonce d'emblée la couleur. Ces adolescents - qui n'ont jamais pratiqué ce genre de danse et ne sont jamais monté sur scène - sont conviés à une sorte de fête artistique libératrice sous l'égide de l'immense Pina Bausch. Ce documentaire se déroule peu avant sa mort et gagne alors une dimension émotionnelle supérieure dans sa description vitale des corps et des peines que le mouvement expulse. Car déjà, mêlé aux confessions parfois douloureuses de certains ados, le docu se pose face à leurs expériences de vie personnelles. Cette troupe de danseurs improbables devient alors la métaphore d'un épanouissement communautaire, sauf que ce partage n'a aucune frontières, et donc pas de limites. Parfois l'insistance sur les drames personnels de chacun (à plus ou moins grande valeur) a quelquechose de maladroit dans la démarche tant elle sert au film à donner un propos consistant et à rendre humaines ces métaphores chorégraphiées. Mais le tourbillon de vie qui se dégage de cette découverte pour l'art, de ces jeunes admirablement investis dans un projet qui les met à nus (crier, courir, exposer son corps différemment, chanter, se toucher), fait tout l'interêt du film. Le travail des cinéastes, dans le recueillement inlassable des scènes de répétitions et de parallèles sociaux-culturels rattachés aux différentes personnalités des jeunes artistes, rend pertinemment ce que la danse évoque ; et en quoi l'art, qu'il s'agisse d'un mouvement de corps comme d'un mouvement de pinceau, rapproche les gens, ici concrêtement puisque chacun se trouve confronté au corps de l'autre. Autour de ce cercle, quelques plans de la banlieue germanique et de ses barres d'immeubles viennent dire le désespoir social auquel les jeunes peuvent être potentiellement voués. Ainsi l'espace de la salle de répétition prend un sens et donne une impression de familiarité. C'est dans cette salle tapie de costumes colorés que tout le monde se retrouve, apprend à s'aimer et à partager le même désir artistique. Paradoxalement, c'est dans ce lieu sans horizon que se dessine un possible avenir et où la sensation d'exister se fait la plus forte. C'est aussi la sensation de faire ce que l'on veut de son corps, d'avoir enfin l'occasion d'en être maître. Les deux coachs artistiques qui accompagnent Pina Bausch et ces jeunes, sont aussi deux admirables femmes (Bénédicte Billiet et Jo Ann Endicott, danseuses professionnelles de la troupe Pina Bausch) dont la présence et la patience, l'écoute et la clarté ont quelquechose d'une tendresse maternelle. Car ce rêve qui prend vie, c'est aussi celui de trois femmes qui ne dansent plus et qui, à travers cette troupe enchantée, se remémorent les années révolues, celles où le corps n'avait pas encore perdu sa liberté. Et le prolongement de ce mouvement grâcieux, aujourd'hui intérieur, est de transmettre aux novices sans se soucier d'autre chose que leur assurer le plaisir d'une découverte, si pure et si simple.

    Site web:  http://moncinemamesfilmsmonart.blogs.allocine.fr/
    fannynours
    Le 11/01/2011
    0 critique
    Pina Baush, chorégraphe et danseuse allemande, est décédée le 30 juin 2009, bien avant la sortie de ce documentaire qui est donc précieux pour ces dernières images que l'on a d'elle. Elle met alors en scène sa pièce créée en 1978, Kontakthof, pour une troisième version. La deuxième version était interprétée par des dames et messieurs de plus de 65 ans; cette version-ci est interprétée par des adolescents de plus de 14 ans. Le documentaire de Anne Linsel et de Rainer Hoffman suit les répétitions sur une année, jusqu'à la première représentation.


    Pina Baush ne prend pas en main toutes les répétitions, ce sont Jo Ann Endicott et Benedict Billier, toutes deux danseuses dans son corps de ballet, qui s'en chargent de bout en bout, mais à chaque apparition, la tension monte chez les jeunes danseurs amateurs, le désir de plaire à cette grande dame les emplit d'ambition. Je n'ai pas connaissance du monde de la danse; néanmoins, j'ai évidemment entendu parler de cette chorégraphe si intense, pessimiste, qui mêle le jeu du théâtre aux mouvements du corps, et qui s'adapte à chaque morphologie pour faire parler toutes les personnalités sur scène. Ce pessimisme est bien palpable, dans l'histoire de la pièce, dans ces corps qui s'entrechoquent et qui pleurent. Mais Pina Bausch elle-même dégage une infinie douceur et une force communicative, un œil acéré et tendre sur ces jeunes filles et garçons qui reprennent son travail. Son désir de partage et d'échange contrebalance avec le message un peu noir de ses pièces.


    Les jeunes gens qui répètent sont amateurs, et découvrent Pina Bausch et la danse autant que moi, parfaits néophytes. Et pourtant, les mouvements sont gracieux, le travail ardu, et les jeunes danseurs finissent par dégager une réelle émotion. Au-delà de leur apprentissage de la danse, il y a leurs émois d'adolescents, leurs difficultés à s'appréhender les uns les autres, à se connaître eux-mêmes, aussi. Bien loin des Capital et autres M6-eries sur cet âge ingrat, voilà un regard frais, simple, et une caméra qui laisse parler ces filles et ces garçons qui venaient avec un peu d'appréhension, et qui ont fini par attendre leurs samedis de répétitions; qui hésitaient, se fermaient, et apprennent à se donner entièrement sur scène, à se surpasser. Pas de montage trépidant, de voix off insistante, de violons et de coups du sort. Les adolescents, s'ils se dévoilent, le font en toute spontanéité, et sans effusion.


    Pina Bausch, privilégiant son rapport aux adolescents, et leur développement personnel face à la danse, n'a accepté la présence de la caméra que parce qu'elle connaissait la réalisatrice, Anne Linsel, depuis longtemps. Anne Linsel n'a cependant pas abusé de cette confiance offerte comme un privilège, et s'efface, la plus discrète possible. Pudique, sa réalisation omet certains faits, pour se consacrer entièrement à sa fonction, celle d'être un témoin sans contact direct. La fonction même du documentaire, celle d'observer sans intervenir, et l'idéal du journaliste, qui se contente de retranscrire la réalité sans enluminures, sont respectés.


    Ce très joli documentaire ravira tous ceux qui aiment la danse, et ceux qui n'en connaissent pas un traître pas.


    Site web:  http://fannybens.blogspot.com/2010/10/les-reves-dansants-sur-les-pas-de-pina.html
     Fermer Fermer
    En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer le fonctionnement du site, vous proposer des publicités ciblées adaptées à vos centres d'intérêt et réaliser des statistiques de visites