Copacabana

    |  1 |
    J'aime:
    - Joviale et inconséquente, Babou décide de rentrer dans le droit chemin et de trouver un travail lorsqu'elle réalise que sa fille a trop honte pour l'inviter à son propre mariage. Porté par Isabelle Huppert et Lolita Chammah, Copacabana est une comédie dramatique jubilatoire et explosive.
    Affiche du film Copacabana
    ma note
    je suis fan
    ajouter à mes films

    Notez le film : 


    ecrire mon avis/critique
    BANDE ANNONCE
    VF

    Copacabana

    UTILISATEURS
    (2.7 pour 81 notes)
    REALISATION:
    ANNEE:
    PAYS:
    DUREE:
    1h 47min
    ACTEURS:
    + Fiche complète

    Copacabana : Films proches

    <
    1
    2
    >
    Affiche du film LOL (laughing out loud) ®
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Pièce montée
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Thelma, Louise et Chantal
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Un Mari De Trop
    Film
    pas de bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film RTT
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Divorces
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Synopsis du film Copacabana

    Inconséquente et joviale, Babou ne s'est jamais souciée de réussite sociale. Elle décide pourtant de rentrer dans le droit chemin quand elle découvre que sa fille a trop honte d'elle pour l'inviter à son mariage. Piquée au vif dans son amour maternel, Babou se résout à vendre des appartements en multipropriété à Ostende, en plein hiver. Dans l'étrangeté de cette station balnéaire hors saison, elle pourrait être tentée de se laisser vivre. Mais Babou s'accroche, bien décidée à regagner l'estime de sa fille et à lui offrir un cadeau de mariage digne de ce nom...

    Photos du film Copacabana

    Ajouter une photo du film Copacabana

    Extraits de films, bande-annonces

    Vous pouvez ajouter un extrait de film de Copacabana
    Copacabana - BA
    Bande-annonce VF
    2624 Vues

    Listes avec le film Copacabana

    Ajouter une liste au film Copacabana
    Merci pour vos votes! Cette session 2010 est dorénavant close, passons à 2011! N'oubliez pas de voter pour vos films préférés sur le nouveau classement... D'ici là, bonne année 2011, et bons films!

    vos dernières critiques de film

    Ajouter une critique au film Copacabana
    jeremie747
    Le 12/07/2010
    264 critiques
    Elle nous rappelle tous quelqu'un cette Babou. On la connait cette mère célibataire qui se la joue jeune, un peu babos sur les bords, qui n'assume pas un prénom qu'elle juge trop bourgeois et qui a érigé l'anticonformisme en règle de vie. Elle se veut généreuse et ouverte mais ses amitiés sont éphémères et elle se regarde beaucoup le nombril. Aujourd'hui, elle n'a plus de fric et cherche un petit boulot en rêvant de partir au Brésil... la classique. Le problème, c'est que sa fille plus adulte qu'elle va se marier et qu'elle a honte de cette mère imprévisible et un peu trop marginale. Alors elle décide de rentrer dans le moule pour prouver à sa fille et à elle-même qu'elle en est capable. Autour de cette intrigue pas franchement palpitante, Marc Fitoussi parvient à construire un film bancal mais charmant qui repose avant tout sur la performance d'Isabelle Huppert. Si les dialogues et le scénario sont trop écrits et bien trop prévisibles, Huppert fait surgir quelque chose à chaque fois qu'elle est à l'écran (souvent). Sans en faire trop, elle transcende l'écriture et transforme ce personnage à la limite de la caricature en quelqu'un de familier, dont l'histoire nous concerne. Parmi les autres comédiens, qui jouent pour la plupart complètement à côté de leurs pompes (notamment, Luis Rego et Lolita Chammah), seule Aure Atika parvient à soutenir la comparaison. Par ailleurs, entre émotion et humour, le ton de "Copacabana" est juste et la satire du monde du travail y est souvent amusante et plutôt bien dessinée. Une jolie découverte.

    fannynours
    Le 18/07/2010
    76 critiques
    Elizabeth, dite Babou, a exercé toutes les professions dans tous les pays du monde et toutes les villes de France; pendant des années, elle a traîné sa fille, Esméralda, dans ses frasques. Maintenant toutes deux installées en Belgique, Esméralda rêve de stabilité, tandis que Babou s'emmerde. Cependant, piquée au vif par la demande d'Esméralda de ne pas venir à son mariage avec le barbant Justin, pour faire plaisir à sa fille, lui prouver qu'elle peut, par amour pour elle, rentrer dans la norme, et aussi accumuler un petit magot pour lui faire un beau cadeau de mariage, Babou accepte de rameuter le client à Ostende et de lui vendre des appartements en multipropriété. Elle s'installe dans un des trois-pièces à vendre, en colocation avec une autre nouvelle vendeuse, face à la mer, en plein hiver, totalement hors-saison, et s'accroche... mais ne perd rien à sa fantaisie.


    Ce scénario joue sur deux tableaux: celui du drame familial, d'une mère rejetée par sa fille, d'une fille qui se sent trahie par sa mère; et celui de la comédie satyrique, qui grince joyeusement sur les pratiques compétitives d'employeurs cyniques et sur les désillusions de chômeurs désabusés et hostiles.
    Côté drame, on rit. Isabelle Huppert endosse son manteau de fausse fourrure et ses collants fushia, applique copieusement un maquillage coloré, et se joue de la vie, insouciante. Elle montre à sa manière son amour pour sa fille adorée, regrette leur complicité passée et sa volonté de s'installer dans la routine. Face à Babou, Esméralda est un peu terne et triste, mais elle montre un grand attachement à sa mère, tout en se laissant convaincre par ses futurs beaux-parents qu'il ne vaudrait mieux pas la voir au mariage. Elle ne manque cependant pas de fantaisie: pour la dédouaner, elle invente un voyage au Brésil, la plage de Copacabana,... Finalement, son imagination n'est pas aussi close qu'elle pourrait le souhaiter. Et quant Babou et Esméralda se retrouvent à Ostende, dans un décor loin d'être idyllique pour des retrouvailles complices, le drame prend encore des allures de comédie. Babou, en effet, même lorsqu'elle est conventionnelle, prend des chemins détournés pour garder sa liberté.


    C'est bien dans un joli restaurant, d'une classe au-dessus de la moyenne à Ostende, qu'elle invite sa fille chérie. Mais elle a aussi trois autres invités de marques, un couple de SDF avec qui elle s'est liée, et leur chien... De même, si Babou réussit dans son nouveau boulot, c'est grâce aux autochtones croisés un soir dans un petit bar. Son empathie spontanée pour les autres, c'est ce qui fait sa force. Elle communique, elle partage, fonctionne au coup de cœur. Le réalisateur se place à 100% du côté de son enthousiasme. Son altruisme, sa manie de marcher au désir, plutôt qu'à l'intellect, lui permettent de réussir. Ces qualités sont ses faiblesses aussi: malgré tous ses efforts pour sympathiser avec ses collègues, ceux-là, trop conventionnels, la voient comme une ennemie.


    Et la satyre prend le pas. Les situations incongrues, les quiproquos s'enchaînent, et font rire aussi, mais jaune, parfois. L'air de rien, sous couvert de l'histoire de famille, Marc Fitoussi propose une critique acerbe, mais rigolote, d'un monde du travail aseptisé, où la performance fait loi. Les patrons sont des salauds, les employés se mangent entre eux, les femmes ont de la poigne quand elles ont du pouvoir, quoique, pas toujours; Aure Atika, en gérante insupportablement sèche engoncée dans son costume, livre une jolie performance.


    Mais, bien entendu, celle qu'on voit le plus, c'est Isabelle Huppert. Toujours belle, toujours à se renouveler, elle étonne, et fait oublier qui elle est en tant qu'actrice, au profit de son personnage. Elle sait jouer la femme frigide, glacée; elle détonne par sa chaleur et son laisser-aller.lorsqu'elle interprète Babou. Lolita Chammah, adolescente boudeuse tout autant que femme gracieuse, fait aussi oublier qu'elle est la fille d'Isabelle Huppert, mais Esméralda est toujours celle de Babou... Vous suivez?


    Ajoutez à cela un final un peu absurde, comme une dernière pirouette de l'exubérante Babou. Le drame est charmant, désopilant; on ne criera pas non plus au génie, mais Copacabana rassure sur l'état du cinéma "à la française".

    Site web:  http://fannybens.blogspot.com/2010/07/copacabana-de-marc-fitoussi.html
     Fermer Fermer
    En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer le fonctionnement du site, vous proposer des publicités ciblées adaptées à vos centres d'intérêt et réaliser des statistiques de visites