Gunbuster

    |  2 |
    J'aime:
    Affiche du film Gunbuster
    ma note
    je suis fan
    ajouter à mes films

    Notez le film : 


    ecrire mon avis/critique
    recommander à mes amis
    BANDE ANNONCE

    Gunbuster

    UTILISATEURS
    (5 pour 3 notes)
    REALISATION:
    ANNEE:
    1988
    PAYS:
    ACTEURS:
    + Fiche complète

    Gunbuster : Films proches

    <
    1
    2
    >
    Affiche du film Gunbuster 2
    Film
    pas de bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Entre elle et lui  (Série)
    Film
    pas de bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Cutie Honey
    Film
    pas de bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Gurren Lagann - le film
    Film
    pas de bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Mon voisin Totoro
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Les Chevaliers du Zodiaque   (Série)
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Synopsis du film Gunbuster

    Photos du film Gunbuster

    Ajouter une photo du film Gunbuster

    Extraits de films, bande-annonces

    Vous pouvez ajouter un extrait de film de Gunbuster

    Listes avec le film Gunbuster

    Ajouter une liste au film Gunbuster

    En matière de cinéma en dessin animé, le Japon est un pays admiré internationalement. En partie grâce au succès des films issus du studio Ghibli, signés, entre autres, par Hayao Miyazaki. Mais,...

    vos dernières critiques de film

    Ajouter une critique au film Gunbuster
    Nio_Lynes
    Le 29/12/2014
    289 critiques
    Gunbuster date de 1988 - Diffusion en france via VHS au début des 90's. Bon ça va pas nous rajeunir non plus tout ça.


    Gunbuster (Top wo nerae Gunbuster !) fut l'un des fers de lance du tout jeune studio Gainax après le long-métrage des Ailes d'Honneamise (1987, musique du grandiose Ryuchi Sakamoto, plein de prix raflés, blabla...). Pendant longtemps la Gainax fut l'un de mes studios préférés avec ceux de Ghibli côté animation japonaise. D'ailleurs le rapprochement peut se faire en l'état quand on sait que des animateurs de la Gainax ont débuté à la Ghibli. Hideaki Anno, réalisateur de Gunbuster, Nadia et Evangelion ne manque pas d'ailleurs d'y faire de petits clins d'oeil parsemés ici ou là. Dans Gunbuster, on remarquera par exemple des posters de Totoro et Nausicaä dans la chambre de l'héroïne (cf capture sur le blog, lien plus bas). Dans une série comme Entre elle et lui, on hésite pas même à mettre du Totoro dans un passage de quelques secondes à l'humour complètement déglingué.


    D'ailleurs il faut dire, la citation cinéphilique et les renvois d'une culture à une autre font toute l'importance et le sel de la Gainax. Pas de clin d'oeil à Miyazaki et Ghibli dans Amenobashi du même studio ? Pas grave, on va en profiter pour se marrer avec Stanley Kubrick, Rocky, Bruce Lee et j'en passe. Un régal absurde à se pleurer de rire, et je ne vous parle pas de FLCL (Fuli Kuli) qui franchit les limites de l'humour et du mauvais goût avec une sorte de classe monstrueuse.


    Cette irrévérence de sale gosse se dote en plus d'un brio technique assez fascinant et d'une volonté de ne jamais prendre le spectateur pour un abruti, voire même avec respect de lui offrir un spectacle qui sortirait du cadre et irait plus loin que le programme de base. C'est la mystique des Ailes d'Honneamise qui surpasse l'aspect Etoffe des héros (conseils techniques de la Nasa potassés en plus pour le scénario et la conquête des étoiles à la base) et ses dernières minutes qui récapitulent tel un trip de 2001 l'odyssée de l'espace tous les progrès de l'humanité. C'est Evangelion et ses réflexions métaphysiques qui prennent le pas sur une simple histoire de robots géants à priori pour s'achever sur deux épisodes finaux expérimentaux qui traduisent la psychée et l'acceptation de soi d'un enfant et de ses camarades.


    Et donc Gunbuster, pur produit de son époque 80's à la base (ils n'avaient pas prévu la chute du communisme... La présence de Jung Freud, pilote soviétique --aux noms de psychanalistes célèbres pour montrer son génie de tacticienne ?-- du coup fait sourire) va lui aussi proposer quelque chose de simple en apparence (des aliens aussi monstrueux que ceux de Starship Troopers qui ont une sérieuse préférence pour envahir les galaxies et les incuber, du coup la Terre est mal barrée si elle ne riposte pas) pour aller beaucoup plus en profondeur et au delà.


    Si par exemple les deux premiers épisodes comportent leurs lots de scènes rigolotes et complètement décalées (mention spéciale à la parodie des Chariots de feu où une des deux héroïnes s'entraîne sur fond de musique à peine reprise de Vangelis --on change juste deux-trois notes pour pas se fouler hein), c'est justement pour qu'on s'en prenne plein la tronche en noirceur progressive par la suite ne nous leurrons pas. Le premier épisode avec la mort du père et ce deuil comme une blessure traumatisante qui ne s'est jamais refermée pose déjà les bases du manque d'assurance que la jeune Noriko devra regagner coûte que coûte.


    Mais Gunbuster ce n'est pas que du pathos même si l'aspect mélodramatique de cette mini-série est des plus développés. C'est d'abord une oeuvre de SF ambitieuse qui tente de réconcilier vaillamment Space-opéra (les références cinéphiliques abondent là aussi. Les stations spatiales ont l'air de sortir de chez 2001 de Kubrick, c'est dingue) et robots géants japonais (le fameux Gunbuster gigantesque qui n'arrive que dans le 4e épisode même si l'on entraperçoit sa tête dans le troisième, histoire d'interroger subtilement le spectateur).


    A ce titre le design et l'intérieur des vaisseaux, que ce soit ceux de la flotte et surtout L'Excelion (et bien plus tard dans le dernier épisode L'eltreum de plus de 70 km) sont remarquables et tiennent la dragée haute encore à pas mal d'oeuvres actuelles. Les idées se bousculent à flot et pourront même être reprises par d'autres standards d'animation par la suite (le pont du vaisseau de Wall-e avec sa piscine ne cherchez pas il y a aussi un pont avec piscine ici déjà sur L'Excelion). Surtout, on sent bien que Gunbuster (tout comme Nadia) permet de placer par petites touches des détails et idées qui seront ensuite reprises et développées et poussées à fond dans Evangelion (je pense à ces robots dont les cables font comme un cerveau --cf capture--, sans oublier la connexion du pilote avec sa machine : il faut être deux pour piloter Gunbuster --pardon ? Pacific Rim ?-- et même si l'on a pas encore l'idée que le pilote fusionne corps et âme avec sa machine comme ce le sera violemment dans Evangelion en épargnant aucunement la souffrance du pilote de la machine quand elle se fait démembrer, l'une des scènes finales du dernier épisode de la saga Gunbuster ne peut qu'y faire curieusement penser après coup --nononon je spoile pas !).


    Enfin donnée importante de la SF côté technique, les sauts à travers l'espace (on ne parle pas d'hyper-espace mais de warp en sub-espace) et bien sûr le temps, celui en vitesse rapprochée de la lumière restant inchangé pour celui qui le pratique mais pour un observateur resté à distance sur Terre, il y aura risque d'avoir vieilli. Et la série de jouer là-dessus brillamment (l'épisode 2 introduit cette donnée pour partir en expédition) tout le long, quitte à en faire le thème principal de la saga qui en apporte un autre : l'isolement croissant de l'héroïne dans la solitude au fur et à mesure qu'elle ne rajeunit pas dans l'espace alors que sur Terre pour les proches, les années passent impitoyablement. Dès lors le suspense portera de plus en plus sur la lourde charge qui attend nos héroïnes face au facteur temps et une humanité qui ne les concernera plus vraiment.


    Et puis la mise en scène. Basique mais au montage souvent serré, n'hésitant pas à jouer sur l'imagerie (l'aspect romantique d'une scène dans le premier épisode pour se gausser gentiment), et des effets de style qui peuvent prendre place l'espace d'un instant (l'ecran devenant noir et blanc avec des trames pour donner un effet manga papier dans une scène tragique), voire tout un épisode. Ainsi du dernier, au format changeant, bandes noires comme un film, noir et blanc... mazette. Officiellement, la Gainax a tout donné dans ce qui a précédé et n'a même plus de budget couleur. Officieusement l'impact chez le spectateur magnifie ce volet final, amenant la série a du grandiose finalement plus qu'audacieux.


    Bref vous m'aurez compris, malgré son âge, Gunbuster reste un indispensable pour tout passionné d'animation japonaise et plus largement de science-fiction.





    (des captures et détails en plus sur le blog ! :) )

    Site web:  http://dvdtator.canalblog.com/archives/2014/12/28/31215053.html
     Fermer Fermer
    En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer le fonctionnement du site, vous proposer des publicités ciblées adaptées à vos centres d'intérêt et réaliser des statistiques de visites