Une exécution ordinaire

L'automne 1952. Une jeune médecin urologue et magnétiseur qui pratique dans un hôpital de la banlieue de Moscou cherche désespérément à tomber enceinte de son mari, un physicien désabusé qui ne survit que grâce à l'amour qui le lie à sa femme. Cette dernière est à son grand effroi appelée secrètement à soigner Staline, malade, au seuil de la mort, et qui vient de se débarrasser de son médecin personnel. Le dictateur s'insinue dans le couple et installe avec la jeune femme une relation où se mêlent confidences et manipulation. Tour à tour amical et pervers, le monstre livre son art de la terreur comme on ne l'a jamais vu.

Listes de films avec Une exécution ordinaire
Grand classement 2010: objectif Top 50
Merci pour vos votes! Cette session 2010 est dorénavant close, passons à 2011! N'oubliez pas de voter pour vos films préférés sur le nouveau classement... D'ici là, bonne année 2011, et bons films!
Sorties ciné du 3 février 2010
Face à l’ennemi qui gronde à nos portes, face au mal tapi dans l’ombre et prêt à jaillir, le mal est partout. Heureusement, si nous pouvons encore dormir sur nos deux oreilles, c’est que tout est mis en œuvre pour garantir notre bonne vieille sécurité nationale. Non ne partez pas, cette entrée en matière sponsorisée par le Droit de savoir était juste là pour annoncer ceux qui animeront cette première semaine cinématographique de Février. Tout d’abord, les policiers. Deux duos de policiers pour être plus précis, mais dans des genres assez opposés. Tout d’abord les winners, les vrais de vrais, le genre de mecs qui honorent la profession décennies après décennies, j’ai nommé Sherlock Holmes et ce cher Watson. Et comme si ça ne suffisait pas, un grand coup de dépoussiérant est apporté aux deux héros puisqu’ils sont cette fois incarnés par les beaux gosses Robert Downey jr et Jude Law sous la direction du branché Guy Ritchie. Sherlock n’aura jamais paru aussi cool. Mais à l’autre extrême, on retrouve un autre grand classique mais du cinéma français cette fois-ci : le duo de flics losers. Et cette fois c’est Kad Merad et Clovis Cornillac qui s’y collent. Certes ils accumulent les tares mais face à la vague d’attentats qui s’annonce, ils vont faire de leur mieux, ou en tout cas essayer, pour Protéger et Servir. Dans un genre hélas plus proche des réalités, de tragiques histoires de soldats seront également au programme. Celui de Tobey Maguire dans Brothers qui ici troque le masque rouge de Spiderman contre le casque bleu de l’ONU et doit ainsi confier sa famille à son frère, qui va prendre son rôle un peu trop à cœur. Ou celui d’un jeune libanais qui restera marqué à vie par son expérience de tireur dans un tank. Expérience éprouvante dont un aperçu vous est proposé grâce au parti pris très subjectif de Lebanon, qui a sans doute en partie valu au film son Lion d’or pendant le dernier festival de Venise. Mais l’histoire montre que ceux dont le rôle est d’assurer la sécurité de la population qu’ils servent font parfois le contraire. Surtout lorsqu’ils sont moustachus, comme Staline incarné par Dussolier (si si !) dans une Execution Ordinaire, qui, en plus d’envoyer plein de gens au goulag, aura l’outrecuidance de voler sa femme à Edouard Baer. Un vrai tyran.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer le fonctionnement du site, vous proposer des publicités ciblées adaptées à vos centres d'intérêt et réaliser des statistiques de visites