Nowhere boy

    |  12 |
    J'aime:
    - Élevé au milieu de secrets de famille, John Lennon a eu une enfance difficile et tourmentée. Malgré les tragédies, John possède un don précieux légué par sa mère : un talent pour la musique. Blessé, fragile, le jeune homme trouve alors sa voie. Nowhere boy, porté par Aaron Johnson-Taylor, retrace les débuts de la vie fragile de John Lennon, immense star de la musique, membre du groupe emblématique des Beatles.
    Affiche du film Nowhere boy
    ma note
    je suis fan
    ajouter à mes films

    Notez le film : 


    ecrire mon avis/critique
    BANDE ANNONCE
    VF

    Nowhere boy

    UTILISATEURS
    (3.95 pour 51 notes)
    + Fiche complète

    Nowhere boy : Films proches

    <
    1
    2
    >
    Affiche du film Control
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Backbeat
    Film
    pas de bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Sid et Nancy
    Film
    pas de bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Imagine: John Lennon
    Film
    pas de bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Imagine
    Film
    pas de bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film England is Mine
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Nowhere boy: ADN

    Synopsis du film Nowhere boy

    La jeunesse de John Lennon, entre la musique et son amitié avec Paul McCartney...

    Photos du film Nowhere boy

    Ajouter une photo du film Nowhere boy

    Extraits de films, bande-annonces

    Vous pouvez ajouter un extrait de film de Nowhere boy
    Nowhere Boy - BA
    Bande-annonce VF
    3655 Vues

    Listes avec le film Nowhere boy

    Ajouter une liste au film Nowhere boy
    Merci pour vos votes! Cette session 2010 est dorénavant close, passons à 2011! N'oubliez pas de voter pour vos films préférés sur le nouveau classement... D'ici là, bonne année 2011, et bons films!
    Les grands succès du cinéma comptent parmi eux un nombre incroyable d'histoires vraies. Devenues des biopics, des films dramatiques, en forme d'hommages à des personnalités, sur des grands...

    Qu'il s'agisse des documentaires sur les rock stars (Eric Clapton : Life in 12 bars), des biopics sur les grands chanteurs et musiciens (Bohemian Rhapsody), ou des success story dans la...

    vos dernières critiques de film

    Ajouter une critique au film Nowhere boy
    summerday
    Le 02/05/2010
    164 critiques
    Nowhere Boy est un biopic sur la jeunesse de John Lennon. Son adolescence à Liverpool, ses débuts dans la musique, la formation de son groupe mais surtout la découverte de son histoire familiale, une mère qui l'a abandonné, une tante stricte et peu attentionnée, des tas de questions en suspens.

    On n'est pas dans l'originalité d'un I'm Not There ni de Control, ni dans le grand classicisme non plus. Je rapprocherais ce biopic de The Factory Girl que j'avais beaucoup apprécié. Un bon ryhtme, des acteurs attachants, un scénario qui ne retient que le plus intéressant.

    Pourtant si le film m'a séduit sur certains points il m'a aussi semblé désorienté à d'autres moments. J'attendais quelque chose de radicalement plus visionnaire pour un personnage comme Lennon, et de la part d'une photographe-plasticienne comme Sam Taylor-Wood. Le film demeure un brin hollywoodien. Seules quelques scènes dont l'accident de la mère sont intéressantes du point de vue de la réalisation, le reste est assez classique.

    Je ne connaissais franchement rien de l'enfance de Lennon, donc j'ai été plutôt intéressée par l'histoire. Du personnage je ne connaissais que la musique, l'histoire du groupe, ses mésaventures et la fin tragique. Mais rien sur son histoire familiale. Ce sont des choses bien menées. En revanche si on ne m'avait pas d'emblée dit qu'il s'agissait d'un biopic sur John Lennon je ne l'aurais pas deviné immédiatement. Mais j'imagine qu'il s'est constitué un personnage tout au long de sa carrière et que le jeune Lennon n'avais rien à voir avec celui de l'apogée du groupe.

    La réussite du film tient plus à la qualité des personnages et les intrigues familiales qu'à l'atmosphère de l'époque, qui ne m'a pas paru conséquente. Aaron Johnson est très bien dans le rôle principal, même s'il ne ressemble pas au vrai Lennon. Kristin Scott Thomas est parfaite comme toujours, et je dois reconnaître que je ne l'ai jamais vue mauvaise dans aucun film. Elle est un peu cantonnée dans des rôles de bourgeoise coincée mais ici la carapace se fissure peu à peu et elle donne une vraie force à cette Mimi qui accompagnera Lennon toute sa vie. Le rôle de la mère a été confié à Anne-Marie Duff et je dois avouer ne pas l'avoir tout de suite reconnue, celle qui est Madame James McAvoy au civil. Elle hérite du personnage le plus ambiguë et le plus intéressant à mon sens. Séductrice, rongée par le chagrin ou tour à tour excentrique, elle crie à un fils qu'elle n'a pas vu depuis des années qu'elle l'aime, soutient ses échecs scolaires, séduit ses camarades de classe, le met parfois mal à l'aise mais surtout l'initie à la musique rock.

    Cet aspect-là du film est vraiment réussi, Lennon grandissant entre une mère rock'n'roll car franchement paumée, et une tante faussement bourgeoise mais vraiment coincée. La personnalité de Lennon a bien du mal à transparaître en revanche. Bon garçon pour sa tante et sa mère, parfois séducteur, souvent Johnny Boy, il demeure un peu obscur au spectateur, car trop multiple? Mais peut-être est-ce cela le vrai Lennon? Et dans ce cas-là la réussite est complète. Nowhere Boy ou au contraire celui qui est tout et partout? J'avoue trop mal connaître le personnage pour savoir si c'est un fait ou une interprétation de la réalisatrice.

    Et puis il y a la formation du groupe, la découverte de la musique rock. McCartney est un jeune pubère de 15 ans. Ils ne sont pas encore les deux piliers du groupe qui seront un peu rivaux par la suite, juste deux musiciens rapprochés par deux deuils. La scène qui les réunit lors de l'enterrement est émouvante. Lennon rencontre aussi George Harrison et l'auditionne dans un bus.

    Un bon film, un bon biopic, mais peut-être pas assez rock pour son personnnage principal? Et pas un film musical.

    Sur l'affiche on lit "As a boy all John Lennon needed was love"...c'est dire!

    Et puis quand le générique de fin arrive demeure une question. Tout ça pour ça? Qu'a-t-on réellement appris sur Lennon en dehors de quelques détails biographiques? Le film a au moins l'élégance de ne pas tomber dans la caricature, et soulève la question de mettre en images un personnage insaisissable. Pourquoi ne pas montrer l'avant quand l'après est trop fugace?

    fannynours
    Le 11/01/2011
    76 critiques
    John Lennon a quinze ans et est encore loin d'être l'un des membres des célèbres Beatles. Il a grandit avec son oncle et sa tante et se révèle être un adolescent gentiment rebelle. Lorsque son oncle meurt, John se rapproche de sa mère, Julia, femme-enfant qui alterne des crises dépressives et une gaieté communicative et envahissante. Tout le contraire de sa sœur qui a élevé son fils, Mimi, stricte, sévère, dissimulant ses sentiments. John, danse cette période difficile qu'est l'adolescence, retrouve ses origines, est perturbé par sa sexualité naissante, et découvre en même temps Elvis et le rock'n'roll.



    Finalement, si Les Beatles n'étaient pas nés de l'impulsion de John Lennon, le scénario du film aurait pu être celui d'un jeune homme assez banal, torturé par un passé qu'on lui dissimule, et toutes ces autres crises - sexuelle, identitaire, musicale - qu'un jeune garçon peut traverser. Je suis ressortie du cinéma avec l'impression étrange de ne pas avoir appris grand chose sur un groupe mythique, mais d'avoir simplement médiocrement apprécié une gentille bluette sur un garçon qui devient un homme, éternel sujet maintes fois traité, et pas au mieux par Sam Taylor-Wood.


    John est donc un jeune garçon qui se prend de passion pour la guitare, crâne fièrement sur scène pour se taper des filles, et éventuellement deviendra connu, et se fera assassiner. Avant cela, il refuse de mettre ses lunettes sur son nez alors qu'il est bigleux au possible, juste pour tenir tête à sa tante qui l'a protégé depuis son enfance, et ira renouer avec sa mère dans la même optique. Sujet banal traité banalement par une réalisatrice dont c'est le premier film. Le fait que la réalisatrice, comme son titre l'indique, soit une femme, m'a fait m'exclamer "bien entendu..". Bien entendu, il fallait une femme pour véhiculer ces quelques clichés sur la crise d'identité d'un jeune homme recherchant les femmes de sa vie, sur les fragilités féminines et les besoins d'une femme de materner.


    Au-delà de cela, le film est bien construit, agréable à l'œil et à l'oreille. Mais il se concentre donc sur un garçon et ses mères plutôt que sur le leader d'un groupe de musique qui marquera des générations, soyez-en prévenus.

    Site web:  http://fannybens.blogspot.com/2010/12/nowhere-boy-de-sam-taylor-wood.html
     Fermer Fermer
    En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer le fonctionnement du site, vous proposer des publicités ciblées adaptées à vos centres d'intérêt et réaliser des statistiques de visites