Tropical malady

    |  1 |
    J'aime:
    Affiche du film Tropical malady
    ma note
    je suis fan
    ajouter à mes films

    Notez le film : 


    ecrire mon avis/critique
    BANDE ANNONCE

    Tropical malady

    UTILISATEURS
    (5 pour 2 notes)
    REALISATION:
    ANNEE:
    PAYS:
    Thaïlande
    DUREE:
    1h 58min
    ACTEURS:
    + Fiche complète

    Tropical malady : Films proches

    <
    1
    2
    >
    Affiche du film Oncle Boonmee celui qui se souvient de ses vies antérieures
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Si j&#039;étais toi
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Syndromes and a Century
    Film
    pas de bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Cemetery of Splendour
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Blissfully Yours
    Film
    pas de bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Mekong Hotel
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Synopsis du film Tropical malady

    Keng, le jeune soldat, et Tong, le garçon de la campagne mènent une vie douce et agréable. C'est rythmé par les sorties en ville, les matchs de foot et les soirées chaleureuses dans la famille de Tong, que le temps passe. Un jour, alors qu'une bête sauvage égorge les vaches de la région, Tong disparaît. Une légende dit qu'un homme peut être transformé en créature sauvage... Keng va se rendre seul au cœur de la jungle tropicale où le mythe rejoint la réalité.

    Photos du film Tropical malady

    Ajouter une photo du film Tropical malady

    Extraits de films, bande-annonces

    Vous pouvez ajouter un extrait de film de Tropical malady

    Listes avec le film Tropical malady

    Ajouter une liste au film Tropical malady

    vos dernières critiques de film

    Ajouter une critique au film Tropical malady
    lamiricoret
    Le 21/06/2010
    0 critique
    Tropical Malady : Apichatpong Weerasethakul (2004)

    Troisième long-métrage de Apichatpong Weerasethakul, Tropical malady est un chef d’œuvre sensoriel et hypnotique.

    Ce jeune cinéaste thaïlandais nous avait déjà abasourdi avec BlissfllyYours, premier film à s’inviter sur nos écrans français. Une oeuvre déconcertante de calme et de beauté dont beaucoup se contentèrent de retenir l’arrivée impromptue du générique après une bonne demi heure de projection. Une prise de liberté avec les codes narratifs du cinéma que s’octroie de nouveau le réalisateur en collant de force deux œuvres distinctes. Vous ne serez donc pas étonner de voir s’offrir à vos yeux ébahis, un générique, histoire de bien différencier les deux parties. Quant à savoir si Tropical Malady est une œuvre unique plus qu’un film gigogne, à vous de choisir.

    Pour le réalisateur, s’obstiner à ne voir qu’un seul et même film risque de nuire grandement à sa compréhension.
    Prenons ainsi la première partie : il s’agit tout bêtement d’une histoire d’amour entre deux jeunes hommes : Keng, le jeune soldat, et Tong, un garçon de la campagne. Le temps s’écoule, rythmé par chant des grillons au cœur d’une jungle moite et luxuriante. Léger et tendre, le film s’étire entre les sorties en ville, les matchs de foot et les soirées chaleureuses dans la famille de Tong. Ici le désir est filmé avec grâce. On économise les mots et les gestes.
    Le seconde partie utilise les mêmes acteurs, ce qui, convenons en, peut dérouter, mais il faut bien le reconnaître les propos du film et leur narration diffèrent. Brusquement, la forêt idyllique, protectrice devient source d’un terrible secret : une légende affirme que l’esprit d’un grand chamane, peut s’incarner dans le corps d’un homme, pour le transformer en tigre… Tong vient de disparaître, happé par cette forêt alors que les vaches de la région sont égorgées par un animal sauvage. Keng décide de partir seul à sa rencontre.
    En un tour de main magistral, Apichatpong Weerasethakul réuni Kipling et Conrad pour mettre en scène ce conte ancestral et quasi universel : c’est la peur du loup. Car à bien y réfléchir, cet homme seul au milieu de cette forêt hostile, retombe à l’état de nature. De chasseur il ne tarde pas à devenir proie : celle d’un animal mythique mais aussi la proie de ses peurs enfantines. Muet, le film nous fait ressentir bien plus d’émotions qu’il n’en donne à voir. Difficile de résister aux sensations de froid et aux sentiments d’enfermement et d’oppression. De quoi donner raison au réalisateur pour qui « un film ne se ressent pas seulement avec la tête, mais avec le corps tout entier. »

    Site web:  http://klrob.wordpress.com
     Fermer Fermer
    En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer le fonctionnement du site, vous proposer des publicités ciblées adaptées à vos centres d'intérêt et réaliser des statistiques de visites