GuillaumeH
    36
    Homme
    Paris, France
    Membre depuis 3576 jours
    + Suivre ce profil
    + Laisser un message
    Mes derniers bons films
    Affiche du film L'Expérience interdite
    Film
    pas de bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Chevauchée fantastique (La)
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Le Bon, la brute et le cinglé
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Il était une fois la révolution
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Mes séries en cours
    tous les films dont je suis fan
    Affiche du film Il était une fois la révolution
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Alien - Le huitième passager
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Il était une fois le Bronx
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Mad Max 2 : Le Défi
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Toutes les séries dont je suis fan
    Affiche du film Kaamelott (Série)
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Le Prisonnier  (Série)
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Rome (Série)
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    mes dernières critiques de film
    Le pitch est d’une efficacité et d’une simplicité effarante : Andy est puceau à quarante ans, tout est dit.

    Aussi paradoxal que cela puisse paraître et malgré un titre et une bande-annonce quelque peu racoleurs, 40 ans, toujours puceau ne s’inscrit pas spécifiquement dans la comédie régressive destinée aux adolescents acnéiques. Bien au contraire, les scénaristes Judd Apatow et Steve Carrel ont inscrit leur histoire dans le genre de la comédie loufoque, romantique et sentimentale dans le style des frères Farelly . Ainsi, le film s’éloigne des clichés habituels propres aux teen-movies pour révéler une véritable fable sociale qui sonne très juste et bien plus profonde que ce que l’on ne pouvait présager. Cela explique notamment la quasi unanimité du succès critique de l’œuvre (même les Inrocks ont apprécié).

    Contrairement à American Pie et ses suites, Sex Academy, Road Trip, Et mec ! Elle est où ma caisse ? et autres joyeusetés, on ne tombe jamais dans la facilité ni curieusement dans la caricature. Le puceau et les personnages sont sympathiques, peu vulgaires et absolument pas pathétiques, le film ne dresse jamais un réquisitoire contre une anormalité supposée mais exprime une véritable tendresse et empathie envers les protagonistes. Apatow prend le parti de rire avec tendresse de son anti-héro sans jamais l’humilier.

    Il est donc difficile de définir le genre de comédie auquel 40 ans, toujours puceau s’apparente. S’il ne peut éviter quelques gags en dessous de la ceinture rendus obligatoires par le propos et la thématique du film, il utilise très peu les mécanismes usés de la sex comedy. Steve Carrel joue un personnage proche de ceux incarnés précédemment par des acteurs comme Jim Carrey, Ben Stiller, Will Ferrel ou plus récemment Vince Vaughn. On retrouve également en Andy certains traits de caractère qui étaient propres aux comédies de Pierre Richard. Certains vont plus loin et mettent en parallèle 40 ans, toujours puceau avec la comédie The Party de Blake Edwards (1969), interprété par le grand génie de la gêne : Peter Sellers.

    Le réalisateur et scénariste Judd Apatow a souvent évoqué les références dont il s'est inspiré, à savoir les films comiques pour adultes de la fin des années 70 et du début des années 80, comme Un vrai schnock ! avec Steve Martin, ou encore American College de John Landis.

    L’ingéniosité des situations et le rythme enlevé emportent l’adhésion du spectateur, le film est absolument ascendant et mouvementé jusqu’au climax final. Après une première partie peu rythmée, mais non moins plaisante, qui met en place les évènements et présente les personnages, le spectateur assiste à une cavalcade de gags admirablement structurée par un rythme sans faille. Les dialogues peuvent être bizarrement très intelligents comme très trash, les situations très subtiles comme très clichés. C’est le parfait dosage de ces deux approches qui donnent toute la richesse au propos et au traitement du film.

    En résumé, 40 ans, toujours puceau est une tentative de trouver la version adulte d’une comédie pour teenagers. Un nouveau genre est créé : le teen-movie pour adulte.

    mes dernières listes de films
    + Créer une liste
    A l'occasion du 50è anniversaire d'Astérix, venez découvrir ou redécouvrir les aventures de nos irréductibles gaulois à travers cette liste des long-métrages d'animation. A noter que Roger...
    Si vous êtes réfractaire aux interprétations du lonesome cowboy par Terence Hill ou Jean Dujardin, les adaptations en longs métrages d'animation sont faits pour vous. Le style du dessin est quasiment...
    En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer le fonctionnement du site, vous proposer des publicités ciblées adaptées à vos centres d'intérêt et réaliser des statistiques de visites