Limess
    + Suivre ce profil
    + Laisser un message
    Mes derniers bons films
    Affiche du film Catfish
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Infectés
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Misery
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Pureté volée
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Mes séries en cours
    tous les films dont je suis fan
    Affiche du film La Princesse de Montpensier
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Buried
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Scott Pilgrim
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Les Amours imaginaires
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Toutes les séries dont je suis fan
    mes dernières critiques de film
    Affiche du film Be Bad !
    Be Bad !
    Par Limess Le 28/01/2011
    Jusqu'où iriez-vous pour séduire la fille de vos rêves ? Telle est la question au cœur de Be Bad !, quatrième long métrage de Miguel Arteta, réalisateur, entre autres, pour des séries télévisées telles que Freaks and Geeks ou Six Feet Under. Adapté du roman de C.D. Payne, Be Bad ! conte les aventures romantiques, mais qu'il souhaiterait plus sexuelles, de Nick Twisp, jeune puceau à la recherche de la femme de ses rêves. Jusqu'à ce qu'il rencontre Sheeni, adolescente bien sous tous rapports, cachant bien son jeu sous ses airs de jeune fille bien éduquée. Il est alors temps pour Nick de prendre son courage à deux mains et de lui prouver qu'il la mérite, s'inventant dès lors un double maléfique, capable de réaliser les pires actions. Si dans SuperGrave, Seth, Evan et "McLovin" se sentaient prêts à braver la loi pour séduire une fille, par l'achat d'alcools dans un supermarché, Nick, à travers son double François Dillinger, se sent lui pousser des ailes. Prêt à braver l'autorité maternelle, à s'introduire dans une école pour filles ou à brûler une partie de la ville. Et de se retrouver dès lors à la une des journaux tel un dangereux criminel, cousin de l'autre Dillinger. Ainsi, le film propose une série de péripéties plus détonantes les unes que les autres, permettant à Nick de sortir de son train-train quotidien - son meilleur ami et lui, rêvant sans y croire à la fille de leurs rêves, sa vie de banlieue tranquille avec sa mère - et de faire son éducation par l'école de la vie.

    Si le film fait dans l'irréalisme - difficile de croire à la réelle schizophrénie du personnage, de part une mise en scène invraisemblable -, Be Bad ! donne surtout l'occasion à Michael Cera de s'amuser avec sa propre image. Lui qui, jusqu'alors, avait une certaine tendance à jouer inévitablement le même rôle, celui du jeune puceau prêt à tout pour perdre sa virginité. En introduisant le personnage de François Dillinger, le jeune acteur s'en donne alors à cœur joie, lentilles bleues, petite moustache et voix grave, et ce pour notre plus grand plaisir. Et si le film sait se faire hilarant, c'est qu'il accumule avec délice les poncifs, de la jeune fille admiratrice de la France, rêvant d'un homme tel Jean-Paul Belmondo période A bout de souffle à la famille ultra catho, ayant jusqu'à installer un orgue dans leur caravane. Proposant dès lors une galerie de personnages secondaires craquants, à l'image de Paul, grand frère de Sheeni, incarné par l'intrépide Justin Long. Sans être particulièrement innovant, Be Bad ! se révèle ainsi être une comédie teenager et romantique décalée où pour enfin se faire entendre - des adultes, de celle qu'il aime -, l'adolescent serait prêt à braver les interdits. Affirmant enfin ses goûts et ses envies. Passant d'obstacle en obstacle, de courses poursuite en travestissement pour mieux conquérir le cœur - et les jupons - de sa belle ingénue. Un film drôle et charmant, tout en sachant se faire quand il faut de plus acidulés.

    Site web:  http://unederniereseance.com
    Affiche du film Droit de passage
    Droit de passage
    Par Limess Le 28/01/2011
    Sorti en toute confidentialité à l'été 2010, Droit de passage s'inscrit dans la droite lignée du Collision de Paul Haggis, par son sujet, son traitement, sa forme narrative, chère au cinéma américain et qui plus est, indépendant, à savoir la croisée des destinées, la rencontre de plusieurs personnages au sein d'une ville aussi cosmopolite qu'est Los Angeles. Ancré autour de la question de l'immigration aux Etats-Unis, le film déploie son rayonnement autour de plusieurs cas, plusieurs histoires personnelles, avec cette volonté toujours assumée de traiter du sujet dans sa globalité. Des questions administratives à l'insertion au sein d'une communauté. Le titre original, Crossing Over, insiste sur l'idée d'une traversée, de passer outre quelque chose, aussi bien physiquement que symboliquement. Que cela soit une frontière, celle qui sépare les Etats-Unis du Mexique. Une barrière administrative, afin d'obtenir une carte de séjour permanente. Un préjugé envers une nationalité, une religion, en pleine paranoïa post-11 septembre. Présentant un large panel de personnages aux destins radicalement différents. Ainsi, Wayne Kramer s'immisce aussi bien dans les bureaux du service de l'immigration que ceux des locaux de l'administration, au sein d'une famille coréenne comme iranienne. Prenant des situations "types" afin de tisser large. D'abord, il y a ce vieux flic, Max Brogan (Harrisson Ford), fatigué par le manque d'humanité de son job, se liant sans le vouloir à une jeune mexicaine reconduite à la frontière. Ce couple (Jim Sturgess et Alice Eve), tentant désespérément d'obtenir des papiers, l'un jouant la carte de la religion, l'autre couchant avec un membre du personnel de l'administration (Ray Liota). Une juge (Ashley Judd), pensant de plus en plus à l'adoption. Une lycéenne (Summer Bishil, échappée de Towelhead), martelant ses opinions en classe, mettant dès lors sa famille dans une terrible situation [...]. Peu tendre avec la politique d'émigration des Etats-Unis, le film met ainsi en lumière la situation des étrangers sur le sol américain, des renvois sans étude de dossier à la lenteur de l'administration ou la paranoïa ambiante, réduisant la liberté d'expression des citoyens...

    Passant d'un cas à un autre par l'utilisation de vignettes de Los Angeles, de ses autoroutes à ses buildings, Droit de passage dresse le portrait d'une ville en fusion, véritable melting pot ethnique. Brassant de très nombreuses nationalités, toutes à la recherche de l'American Dream. Mais quoi de plus compliqué que l'insertion ? Tandis que certaines familles tombent dans le retranchement identitaire, tentant de perpétuer des traditions et les valeurs de leur communauté, d'autres s'intègrent par la voix du travail. Mettant en lumière une sorte d'hypocrisie de l'administration, fermant les yeux quand les immigrés sans papiers "rendent service" - le pressing - avant d'aller démanteler une usine employant des clandestins. Si le film se fait très - trop ? - didactique, traitant de son sujet de manière pas toujours originale, Droit de passage fonctionne par son casting et son scénario, favorisant le facteur humain. Dès lors, l'œuvre sait se faire émouvante - parfois un brin tire-larme -, proposant une galerie de personnages attachants, à commencer par la jeune Taslima, accusée à tort de terrorisme pour avoir exprimer son opinion. Riche, Droit de passage touche ainsi sa cible, tombant malgré tout par certains côtés dans une certaine "banalité" scénaristique et un versant moralisateur. Se faisant néanmoins efficace et captivant jusqu'au bout, par la variété de ses histoires.

    Site web:  http://unederniereseance.com
    mes dernières listes de films
    + Créer une liste
    Mes dernières vidéos
    I'm still here
    Bande-annonce VF
    2428 Vues
    BA
    Bande-annonce VF
    3468 Vues
    BA
    Bande-annonce VF
    11601 Vues
    En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer le fonctionnement du site, vous proposer des publicités ciblées adaptées à vos centres d'intérêt et réaliser des statistiques de visites