Critiques du film: Eternal Sunshine of the Spotless Mind
    Eternal Sunshine of the Spotless Mind
    Ajouter une critique au film
    Eternal Sunshine of the Spotless Mind
    Lenoz
    Le 09/04/2010
    10 critiques
    Effacer un élément de sa mémoire, c’est possible ! Clémentine va se servir de cette innovation pour oublier Joel avec qui elle entretient une tumultueuse histoire d’amour. Réducteur ? Evidemment. Pour moi, Joel va à la rencontre de lui-même ; il accomplit une sorte de parcours initiatique qu'il s'est imposé et le lieu de ce trajet est son cerveau. Il se bat contre lui-même. Qu'est-ce qui lui donne l'accès à cette expérience réflexive ? L'amour.

    La structure narrative de ce film est résolument moderne (tout droit sorti d’un des clip de Gondry). Ce film est résolument loufoque ! Le récit est fragmenté, la narration doublée et l'énonciation ambiguë. L'écran premier et le récit second se confondent... Le film sert de prétexte à la divulgation de valeurs qui seront sans doute interprétées de façon différente en fonction du spectateur. J'aime beaucoup les films qui n'assignent pas au spectateur une place précise. Ici, le spectateur devient finalement l'enjeu du film dans le sens où sa réceptivité n'est pas contrainte. De quoi parle ce film, finalement, si ce n'est de la vie dans sa temporalité, de l'identité humaine qui se constitue au fil du temps. La construction du film est en adéquation avec la construction de la mémoire d'un être : multiplicité, superposition, addition d'un certain nombre d'éléments, interaction de ceux-ci.

    Parce que le cinéma permet cette relation analogique avec le monde réel, parce qu'il sublime ce qu'il y a de plus humain chez nous, parce qu'il nous transporte dans une réalité connue en portant un autre regard sur celle-ci, parce qu'il éclaire l'essence des choses et des êtres.

    satinesdiamonds
    Le 27/06/2011
    178 critiques
    Un scénario qui ne ressemble à rien et pourtant une histoire qui marque avec un univers hors du commun mais incroyablement féérique.
    Ce film possède de nombreux points forts qui font de lui une pépite du cinéma. D'abord son histoire abracadabrantesque : celle d'un amour si douloureux que l'on ne peut supporter de vivre avec les souvenirs de l'autre mais un amour si fort que la vie transcende la science et l'impossible. Une histoire tragique malmenée par des scientifiques se prenant pour Dieu confrontés malgré tout à la souffrance de la vie. Une histoire d'espoir avec ce destin que l'on ne peut pas vraiment changer finalement et qui se veut positive en dépit des épreuves. Une réflexion sur les événements et les personnes que l'on voudrait oublier et rayer de sa mémoire avant de se rappeler que tout n'est peut être pas à jeter et que toutes les histoires sont faites de bonnes et de mauvaises choses. Un scénario qui n'obéit à aucune linéarité et qui nous sert l'histoire fragmentée, ce qui apporte des questionnements et une mise en scène intéressante et troublante. Un scénario solide, imaginatif et inventif servi par une mise en scène poétique et romancée.
    La réalisation de Michel GONDRY est magnifique. Celui-ci sait inventer des univers différents ayant chacun un sens et une signification précise, loin d'être en roue libre. Il apporte un style et donne un aspect de rêve en opposition à une réalité trop douloureuse.
    Les acteurs sont magnifiques de présence et incarnent des personnages à contre-emploi, des rôles dont on a peu l'habitude de les avoir explorer les facettes. Que ce soit Jim CARREY qui montre tout son talent dans un registre sensible, avec cet air de chien battu, peu habitué au bonheur. Ou Kate WINSLET en extravertie peu conformiste, n'obéissant à aucune norme, étant la parfaite opposée de l'homme de son coeur. En passant par Marc RUFFALO, méconnaissable en trifouilleur de cerveau se dandinant en slip, très loin des rôles propres sur lui. Sans oublier Kirsten DUNST en petite fille fragile mais impliquée, comme un maillon se baladant dans cette histoire qui la dépasse et dont elle ne comprendra les enjeux que bien trop tard.

    Michel GONDRY nous livre ici une partie de rêve et délivre le message que malgré la douleur engendrée par des personnes, rien ne vaut le doux souvenir que l'on a chéri pendant tellement longtemps et qui nous fait nous sentir vivant. On a tous rêvé un jour de pouvoir effacer de notre mémoire des personnes auxquelles se rattachaient des événements douloureux. Mais ce que nous voulons effacer de ces personnes, ce sont davantage les souvenirs difficilement supportables qui leur sont associés qu'elles-mêmes.
    Et même si le film traite de la mémoire et de ses méfaits dans tout ce qu'il y a de plus négatif, n'oublions pas qu'il s'agit avant tout d'une histoire d'amour et qu'on en ressort d'humeur positive.



    Site web:  http://satinesdiamonds.skyrock.com/3011712807-eternal-sunshine-o-the-spotless-mind.html
    teci
    Le 21/09/2011
    5 critiques
    Très beau :)

    tsha47
    Le 18/06/2012
    6 critiques
    Un film qui ne ressemble à rien de ce que j'ai vu pour l'instant, une ambience particulière et Jim Carrey dans un rôle sérieux (pour une fois), on apprécie toujours son charme.
    C'est un film qui mérite d'être vu.

    En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer le fonctionnement du site, vous proposer des publicités ciblées adaptées à vos centres d'intérêt et réaliser des statistiques de visites