Critiques du film: Mme Mills, une voisine si parfaite
    Mme Mills, une voisine si parfaite
    Ajouter une critique au film
    Mme Mills, une voisine si parfaite
    sebd59
    Le 08/07/2018
    485 critiques
    Second volet pour la 23ème édition d’un DVD contre une critique avec Cinetrafic et cette fois-ci en partenariat avec Orange Studio (n’hésitez pas à visiter leur site ou leur page facebook). Et pour ce second film, on s’attaque à Mme Mills, une voisine si parfaite qui sortira en DVD le 10 juillet 2018.

    Ne mettant même pas rendu compte que ce film était sorti au cinéma et bien avant d’avoir lu les avis sur ce film, j’avais décidé de demander ce film pour une simple raison : Pierre Richard.

    S’il y a bien un acteur en France qui m’a fait user un paquet de VHS quand j’étais gosse et maintenant quelques DVD, c’est bien Pierre Richard et sa poisse légendaire dans les films.


    ©Orange Studio Cinéma / UGC Distribution
    S’il y a bien un genre qui se porte bien dans le cinéma français, c’est la comédie. Et elle se porte bien au niveau de la quantité et pas forcément au niveau de la qualité, car cela devient rare de trouver une comédie qui peut-être réellement considérée comme faisant parti de ce que l’on pourrait appeler : « du cinéma drôle à coup sûr » et si vous voulez vous donner une petite idée du catalogue des comédies existantes, vous pouvez toujours cliquer sur le lien http://www.cinetrafic.fr/film-comique.

    Mais est-ce que Mme Mills va se classer dans la comédie qui fait rire, dans la comédie qui fait réfléchir, dans la comédie romantique, dramatique… ou dans la comédie pour ados qui pense que Kev Adams est au niveau d’un acteur comme James Dean par exemple ?

    Je sais que c’est purement gratuit.

    En regardant les notes et les critiques que le film a déjà obtenus, on peut s’inquiéter vu le niveau des notes qui sont très basses et le massacre au niveau des critiques presses et même chez les spectateurs. Pourquoi ces notes et critiques ?

    En fait, dès les premières minutes, on comprend sur quoi on va tomber. Mme Mills se trahit dès le départ en montrant que l’on ne sera pas vraiment sur une comédie, mais plutôt sur un film français pantouflard.

    L’idée de ce film n’est pas si nouvelle et travestir un acteur en femme n’est pas nouveau non plus. Tootsie et Madame Doubtfire sont les deux exemples les plus connus et contrairement à eux, Mme Mills n’ira pas aussi loin. L’humour et les bons sentiments n’atteindront pas le niveau de Madame Doubtfire et le film n’ira pas aussi loin dans le message transmis que ne l’a été Tootsie. On peut toujours se dire qu’il y a pire.

    Le pire étant Jack et Julie avec Adam Sandler. Je pense que l’on ne peut pas tomber aussi bas.

    Je sais que c’est purement gratuit, encore une fois.

    Mme Mills, une voisine si parfait manque cruellement d’un peu de tout pour faire un bon film, voir un film tout court.

    Dès le départ, on se rendra compte que le premier soucis de ce film c’est un manque de cohérence entre les scènes.

    Le film a-t-il vraiment été découpé comme cela ou est-ce que c’est le montage qui donne cet effet ?

    L’effet étant que l’on a plus l’impression de voir une mini pièce de théâtre ou des sketchs filmés plus qu’un film tellement les scènes sont collées les unes aux autres sans la moindre réelle transition.

    Après, on va vite se rendre compte que le scénario tourne réellement à vide et que l’on cumule un peu trop les facilités scénaristiques. Rien que l’arrivée du personnage de Mme Mills, son incrustation dans la vie d’Hélène et son arrivée à la maison d’édition ainsi que la découverte de sa vraie identité, tout ces éléments sont tellement téléphonés et sonnent tellement faux que l’on se rend compte que le postulat de départ de ce film est complètement mal amené.

    Le sujet principal de ce film sonne faux et l’ensemble de ce film sonnera faux.

    Déjà, on nous vend cela comme une comédie, mais il faut vraiment la chercher la comédie, car il ne suffit de travestir un acteur pour faire une comédie.

    Et pourtant Pierre Richard fait tout son possible pour essayer de relever le niveau de ce film. D’ailleurs c’est finalement le seul élément intéressant de ce film.

    Et cela, ce n’est que sur les premières minutes du film. On peut s’amuser à cela avec tous les passages du film.

    On va également se rendre compte qu’il y a également un problème avec les personnages et leurs différentes réactions. Déjà que les situations sont improbables dès le départ, mais en plus cela ne s’arrange pas avec le temps. Les situations devenant étrangement de plus en plus improbables, au point d’atteindre un niveau ridicule.

    De plus, les personnages ont vraiment des réactions totalement improbables. Personnes ne se posent de questions sur le personnage de Mme Mills. Sophie Marceau rentre dans l’appartement de Mme Mills, elle l’appelle et tombe sur Pierre Richard se rasant. Déjà la réaction de Sophie Marceau est inexistante, mais en plus, on se retrouve dans la situation où Pierre Richard semble étonné de son arrivée alors qu’elle n’a pas arrêté de l’appeler en rentrant dans l’appartement.

    Hélène découvre que Mme Mills est un arnaqueur, et pourtant elle retombe dans le piège quelques scènes plus loin et s’étonne de s’être fait arnaquer par un arnaqueur. Un tel niveau de crédulité est inimaginable.

    Et même jusque dans le générique de fin, on se retrouve dans cette situation où l’on ne comprend pas, on ne trouve pas la moindre logique dans la réaction des personnages.

    Les personnages n’ont absolument pas la réaction qu’aurait une personne normale dans ce genre de situation et le film souffre de cette impression de manque de réalité et de développement dans le scénario.

    Et le film est encore plus difficile à digérer avec la réalisation de Sophie Marceau. Derrière et devant la caméra, derrière le stylo de scénariste, Sophie Marceau a cumulé les casquettes pour ne pas réussir une seule fois.

    Je le redis, tout ce qui a d’intéressant dans ce film, c’est la présence de Pierre Richard. Et finalement, sans avoir eu besoin de lire les avis négatifs des autres, j’ai fini par dire la même chose.


    Mme Mills, une voisine si parfaite est loin d’être un film parfait. Le film cumule encore et encore les erreurs et cela dès le démarrage du film jusqu’au générique de fin. Le scénario est vide et manque d’humour, ce qui est étonnant quand on fait une comédie. Soit il y a un manque de développement soit Sophie Marceau pense que travestir un homme suffit pour faire un élément comique. Il faut encore compter sur un développement des personnages totalement bâclés où l’on se retrouve avec des personnages qui ont des réactions totalement improbables. On hésite entre des personnages complètement crédules ou tout simplement idiots. Seul Pierre Richard tente tant bien que mal de sauver les meubles, mais sa présence ne suffit pas à ce que l’on accroche au film.

    Site web:  https://1oeildanslasalleblog.wordpress.com/2018/07/08/mme-mills-une-voisine-si-parfaite-pour-un-film-tellement-rempli-derreurs/
    Delphine
    Le 10/07/2018
    84 critiques
    C’est brouillon, on fait du surplace, le scénario est simpliste bref c’est assez mal joué malgré les efforts faits par les comédiens sans parler que la réalisation n’est pas vraiment sensas. La seconde partie du film part un peu dans tous les sens, même le scénario n’est pas à la hauteur. A voir les bonus il semble que Sophie Marceau dirige voire sur-dirige Pierre Richard, l’une des raisons peut-être en tout cas pour ma part que ce film est vite à oublier.

    Site web:  https://www.cine-toile.com/2018/07/sortie-video-mme-mills-voisine-parfaite-de-sophie-marceau-pierre-richard/
    DLCH
    Le 10/07/2018
    172 critiques
    Pierre Richard est un type qui tente de vendre une œuvre d’art à un autre type à Shanghai. Le gars est relativement partant sauf que l’œuvre en question est en trois parties et qu’il lui en manque une.
    Parce que c’est toujours plus simple d’essayer de vendre un truc que tu n’as pas...
    En parallèle, Sophie Marceau est directrice d’une maison d’édition parisienne de romans à l’eau de rose et c’est elle qui est en possession de la 3ème partie du mobile, ce qui tombe vraiment super bien parce que c’est son film. Sauf que le bousin a une valeur sentimentale et qu’elle refuse de s’en séparer.
    C’est là qu’emménage sur le même palier du dernier étage de son magnifique immeuble haussmannien une vieille dame anglaise, cocasse et loufoque qui n’est autre que Pierre Richard qui s’est déguisé pour pouvoir mieux l’amadouer et lui piquer son bout d’œuvre d’art dont elle se sert pour accrocher ses boucles d’oreilles, cette conne.

    Outre le fait qu’il existe une sorte de loi universelle qui veut qu’un film qui possède un titre + un sous-titre ne soit que très rarement un chef-d’œuvre, MME MILLS, UNE VOISINE SI PARFAITE est un film de et avec Sophie Marceau. DE et AVEC !
    Et pourtant... Et pourtant si on occulte le côté « onanisme cinématographique » de la nana qui s’aime énormément et qui aime particulièrement se filmer, le fait qu’elle cabotine à mort en en faisant des tonneaux dans le genre « je suis belle (putain, c’est vrai qu’elle est belle la gourgandine) mais je fais des moues, des mimiques et autres grosses grimaces parce que je suis drôle et que j’ai trop d’autodérision à m’enlaidir comme ça même si je vais quand même caser dans un dialogue que ma poitrine est voluptueuse au cas où vous ne l’auriez pas remarqué alors que je ne porte pas de soutif pendant tout le film et que mes seins sont un véritable défi aux lois de la gravité », que le scénario est légèrement bancal, convenu voire poussif, qu’on voit les directives de mise en scène (« allez à trois, on tourne et tout le monde change de place ! »), que les scènes post-génériques sont une ode à la réalisatrice où elle se filme en grosnolan en train de se marrer, et qu’il y a quelques passages légèrement hystériques qui donnent un peu envie de mourir, ce n’est pas complètement déplaisant.
    Sans doute parce que c’est une comédie mignonne, sans prétention, et pas moralisatrice, sans doute parce que j’ai toujours de la tendresse pour Pierre Richard et qu’il n’est pas ici totalement dégueulasse (même s’il n’est ni Dustin Hoffman ni Robin Williams), sans doute parce que le personnage du stagiaire CM a un réel potentiel comique, sans doute parce qu’on voit poindre des ébauches d’idées de réalisation à la Philippe de Broca dans LE MAGNIFIQUE qui pourraient donner quelque chose, sans doute parce que les appartements sont beaux (mais je ne suis pas certaine que ce soit bon signe quand on se met à faire de l’immobilier devant un film).

    Site web:  http://www.delacritiquehysterique.com/mme-mills-une-voisine-si-parfaite-de-et-avec-sophie-marceau-critique
    Platinoch
    Le 07/08/2018
    89 critiques
    Un grand merci à Orange Studio ainsi qu’à Cinetrafic pour m’avoir permis de découvrir et de chroniquer le DVD du film « Mme Mills, une voisine si parfaite » de Sophie Marceau dans le cadre de l’opération DVDtrafic.

    « L’amour aujourd’hui c’est comme la gastro, ça s’attrape n’importe où et ça finit au pieu ! »

    Hélène est éditrice de romans à l’eau de rose et mène une vie rythmée par le travail. Elle se réfugie dans les livres, persuadée que la vie y est plus belle que dans la réalité. Se complaisant dans une certaine routine, son quotidien va être bouleversé par l’installation d’une nouvelle voisine, Madame Mills. Cette vieille américaine excentrique va prendre rapidement une importance insoupçonnée dans la vie d’Hélène. Mais les apparences sont parfois trompeuses…

    « Vous êtes ma plus belle coïncidence »

    Révélée dès l’adolescence par « La boum », la saga culte de Claude Pinoteau, Sophie Marceau s’imposera au cours des années 80 comme une icône du cinéma populaire français, jouant notamment chez Lautner, Corneau, Pialat ou De Broca. Avec les années 90, la belle Sophie donnera un virage international à sa carrière : princesse médiévale dans le « Braveheart » de Mel Gibson, elle sera ensuite « Anna Karenine » pour Bernard Rose avant de s’imposer en James Bond girl dans « Le monde ne suffit pas ». Mais en dépit du sympathique « Anthony Zimmer » ou du succès populaire de « LOL », son retour en France au début des années 2000 sera marqué par une impressionnante succession de nanars et de comédies de seconde zone (« Belphégor », « Je reste ! », « Les femmes de l’ombre », « De l’autre côté du lit », « L’âge de raison », « Un bonheur n’arrive jamais seul »...). De quoi pousser la comédienne à se lancer dans l’écriture et la réalisation de ses propres films pour garder la main sur sa carrière, donnant lieu à « La disparue de Deauville » en 2007 puis à « L’homme de chevet » en 2009. Près de dix ans plus tard, elle nous revient avec une troisième réalisation, « Mme Mills, une voisine si parfaite ».

    « Vous ne voulez pas qu’on vous raconte d’histoire alors que vous les vendez ces histoires ! »

    Après deux films à consonance plutôt dramatique, « Mme Mills, une voisine si parfaite » marque les débuts de la réalisatrice dans le registre de la comédie. Basé sur le principe de la duperie et notamment du travestissement, le film lorgne ainsi ouvertement vers les grandes comédies classi
    ques du cinéma américain (« Allez coucher ailleurs » de Hawks, « Certains l’aiment chaud » de Wilder, « Tootsie » de Pollack ou encore « Mrs Doubtfire » de Columbus). Cette fois-ci, c’est l’immense Pierre Richard qui s’y colle et qui se travestit pour mieux approcher et duper la belle héroïne. A ceci près que, contrairement aux films précités, rien ne semble obliger le personnage à avoir recours à cette supercherie. Faute de justification, difficile d’entrer dans le film et de croire au scénario. D’autant que ce dernier, alambiqué au possible, semble dépourvu de véritable enjeu dramatique. Bancal et inégal, ce « Mme Mills, une voisine si parfaite » s’apparente à un étrange objet cinématographique léger à défaut d’être vraiment drôle, qui vaut essentiellement pour l’improbable performance de Pierre Richard.

    Le DVD : Le film est présenté en version originale française (5.1). Des sous-titres français sont également disponibles.

    Côté bonus, le film est accompagné d’un making-of.
    Edité par Orange Studio, « Mme Mills, une voisine si parfaite » est disponible en DVD depuis le 10 juillet 2018.

    Le site Internet de Orange Studio est ici. Sa page Facebook est ici.

    A découvrir sur Cinétrafic, http://www.cinetrafic.fr/top-film-drole et du bon cinéma comique


    Site web:  http://www.toile-et-moi.fr/2018/07/mme-mills.html
    En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer le fonctionnement du site, vous proposer des publicités ciblées adaptées à vos centres d'intérêt et réaliser des statistiques de visites