Critiques du film: Le Mystère Jérôme Bosch
    Le Mystère Jérôme Bosch
    Ajouter une critique au film
    Le Mystère Jérôme Bosch
    LaKinopitheque
    Le 08/09/2017
    79 critiques
    Le mystère Jérôme Bosch n’est pas Le mystère Picasso de Clouzot (1955), à savoir une réflexion possible sur la création artistique. Le documentaire de José Luis Lopez-Linares n’est pas davantage une enquête sur la vie mal connue du peintre néerlandais. Après Le jardin des délices de Jérôme Bosch d’Eustache en 1980, El Bosco, El jardín de los sueños, selon le titre espagnol plus judicieux, est un nouvel essai se rapportant à l’interprétation de l’œuvre. Cependant, le cinéaste ne développera rien des thèses qui font de Bosch un détracteur de son époque ou bien un homme profondément religieux, un ardent défenseur de la foi ou à l’inverse un hérétique (l’hypothèse qu’adopte Kijû Yoshida dans sa série Beauté de la beauté). Le film de Lopez-Linares ne dira rien non plus des supposées connaissances du peintre en matière médicale, astrologique ou alchimique…

    L’intérêt de ce Mystère est justement...

    Site web:  http://www.kinopitheque.net/le-mystere-jerome-bosch-el-bosco-el-jardin-de-los-suenos/
    nathvaaucinema
    Le 18/09/2017
    0 critique
    José Luis López-Linares tente de percer le mystère autour du fameux peintre du XVème siècle, Jérôme Bosch. Dans son documentaire, il invite des personnalités variées du monde de la culture à témoigner autour de l'œuvre "Le Jardin des Délices". Aussi, le DVD offre son lot de bonus pour explorer un peu plus l'univers du peintre néerlandais.

    Contrairement à ce que pourrait faire penser le titre, le mystère autour de la vie et de l'œuvre de Jérôme Bosch n'est pas percé dans ce film. Il est plutôt bien entretenu, chacun va de son analyse, de son hypothèse et de son ressenti face au "Jardin des Délices", un triptyque foisonnant de détails et de scénettes qu'on pourrait passer des heures à l'observer. Le réalisateur a fait intervenir un grand nombre de personnalités du monde de la culture. De l'écrivain Salman Rushdie, au musicien William Christie, en passant par le philosophe Michel Onfray ou encore l'artiste Miquel Barceló, chacun observe le triptyque et partage sa vision de l'œuvre avec enthousiasme.

    Quelques intervenants connaissent mieux son univers, on découvre notamment la restauratrice d'œuvres d'art du Musée du Prado, Herlinda Cabrero, qui connaît la peinture de Bosch au delà de ce que nous pouvons voir. Bien au delà des détails microscopiques assez bluffants, on nous montre au rayon X les sous-couches recouvertes qui montrent que quelques parties du tableau ont été autre chose durant sa conception, notamment la tête du Christ sur la partie gauche. Cela ajoute tout un tas de déductions sur le pourquoi le peintre aurait changé son idée de départ, est-ce un message sur la signification même de ce que le triptique représente ou bien une raison esthétique ? Évidemment, toutes les réponses apportées ne seront que supposition.

    Ce moment privilégié face à une telle œuvre, qui donne le temps de la regarder en détail, petit bout par petit bout, donne envie de prendre un billet pour Madrid et de courir au Musée du Prado pour la voir en vraie. On se plaît à croire que justement l'un des plus grands artistes espagnol, Dalí, a été subjugué par Bosch puisque ce dernier offre déjà une vision assez surréaliste dans "Le Jardin des Délices". Une partie du documentaire le présente d'ailleurs très bien.

    Le vrai plus du DVD sont ses bonus. Des scènes supplémentaires de certains intervenants sont visibles une par une, chacune s'intéressant à un aspect différent de l'œuvre, à un sujet précis. Puis on peut se promener dans le tableau, encore, pour en trouver des analyses précises de certains détails.

    Le mystère est loin d'être résolu, mais la vision du réalisateur sur Jérôme Bosch éclaire tout de même sur la complexité et la richesse de son œuvre. On lui reprochera peut-être de ne pas être allé plus en profondeur, de ne pas avoir analysé d'autres œuvres, tellement le sujet abordé est riche mais on apprécie l'immersion dans ce tableau qu'il faut maintenant aller voir de ses propres yeux.

    Site web:  http://nathvaaucinema.canalblog.com/archives/2017/09/18/35550165.html
    Platinoch
    Le 29/10/2017
    85 critiques
    Un grand merci à Epicentre Films ainsi qu’à Cinétrafic pour m’avoir permis de découvrir et de chroniquer le DVD du film « Le mystère Jérôme Bosch » de José Luis Lopez-Linares.

    « Nul ne peut réaliser cette œuvre s’il ne s’estime pas capable de percevoir le monde et de se mesure à Dieu »

    500 ans après sa disparition, Jérôme Bosch, l’un des plus grands peintres flamands continue à intriguer avec une œuvre aussi fascinante qu’énigmatique, aux interprétations multiples. A travers “Le Jardin des Délices”, historiens de l’art, philosophes, psychanalystes en cherchent le sens et rendent un hommage vibrant à un artiste qui défie le temps.

    « Bosch dessinait comme un peintre et peignait comme un dessinateur »

    Célèbre directeur de la photographie espagnol, où son travail – notamment pour Carlos Saura – est reconnu depuis une trentaine d’années, José Luis Lopez-Linares mène également en parallèle, depuis une vingtaine d’années maintenant, une prolifique carrière de documentariste. Après plusieurs documentaires consacrés aux cinéastes espagnols ou encore à la gastronomie ibérique – restés pour la plupart inédits chez nous – il revient à l’une de ses passions, à savoir la peinture avec « Le mystère Jérôme Bosch ». Ayant déjà réalisé une demi-dizaine de documentaires consacrés à des peintres, il consacre ici un documentaire au célèbre triptyque « Le jardin des délices », peint par le célèbre peintre flamand Jérôme Bosch entre 1503 et 1504. Pour ce faire, le réalisateur s’est vu offrir par le prestigieux Musée du Prado de Madrid l’opportunité de filmer dans les moindres détails le célèbre tableau et de réunir face à lui un panel de prestigieux artistes et intellectuels internationaux (citons au hasard Michel Onfray, Salman Rushdie ou Orhan Pamuk).

    « Ces créatures noires nous montrent que l’origine du mal se trouve au paradis »

    Se plonger dans « Le jardin des délices », c’est d’abord remonter le temps à une époque lointaine et troublée durant laquelle les Pays-bas se retrouvent alors sous domination espagnole. C’est également s’immerger dans la vie d’un peintre génial, en l’occurrence Jérôme Bosch (1450-1516), dont on ne sait finalement que peu de chose. Mais il s’agit surtout de pénétrer dans une œuvre monumentale, complexe et foisonnante portant sur la Création du monde, déclinée selon trois panneaux (l’Eden, la Terre et les Enfers). Un ouvrage à la fois mystique et mystérieux, qui a, au fil des siècles, donné lieu à toutes sortes d’interprétation, y compris les plus délirantes. Afin de tenter d’en percer les mystères, le cinéaste développe en parallèle deux approches : l’une purement scientifique et l’autre exclusivement intellectuelle. A l’évidence, la première approche, qui vise à replacer l’œuvre dans son contexte historique et à décrypter les coups de crayons du peintre est de loin la plus pertinente et la plus intéressante. Car au fond, la seconde approche - plus volontiers universaliste - consistant à recueillir les impressions face au tableau de divers artistes et/ou intellectuels plus ou moins connus, se révèle finalement peu intéressante et par moment même d’une grande vacuité (la chanteuse espagnole qui fredonne une mélodie improvisée et inspirée par sa contemplation du tableau...). Aussi audacieuse soit-elle, la démarche du cinéaste donne lieu à un résultat terriblement déséquilibré et un poil décevant, où l’on regrettera notamment la trop grande place accordée à des commentaires pas toujours pertinents au détriment d’une vraie étude plus cartésienne et scientifique. Restera au spectateur le plaisir de la contemplation du tableau de Bosch lui-même, dont les détails sont filmés avec gourmandise et avec un vrai souci d’exhaustivité.

    Le DVD : le film est présenté en version originale espagnole (5.1). Des sous-titres français et anglais sont également disponibles.

    Côté bonus, le film est accompagné des Interviews du réalisateur José Luis Lopez-Linarés, du producteur français Stéphane Sorlat, et de Reindert L. Falkenburg, spécialiste de l’Art flamand ; d’un extrait de l’émission « La dispute » du 26 octobre 2016 sur France Culture ; de deux clips : « Mijn Vlakke Land » par Jacques Brel et « Gods and Monsters »par Lana Del Rey ; d’un Tableau interactif et de Bande-annonce. Le DVD est également accompagné d’une affichette du tableau de Jérôme Bosch.

    Edité par Epicentre Films, « Le mystère Jérôme Bosch » est disponible en DVD depuis le 6 juin 2017.

    Le site Internet d’Epicentre Films est ici. Sa page Facebook est ici.

    - tous les films sortis ces dernières semaines
    - toutes les sorties de films en dvd et vod


    Site web:  http://www.toile-et-moi.fr/2017/08/le-mystere-jerome-bosch.html
    Platinoch
    Le 29/10/2017
    85 critiques
    Un grand merci à Epicentre Films ainsi qu’à Cinétrafic pour m’avoir permis de découvrir et de chroniquer le DVD du film « Le mystère Jérôme Bosch » de José Luis Lopez-Linares.

    « Nul ne peut réaliser cette œuvre s’il ne s’estime pas capable de percevoir le monde et de se mesure à Dieu »

    500 ans après sa disparition, Jérôme Bosch, l’un des plus grands peintres flamands continue à intriguer avec une œuvre aussi fascinante qu’énigmatique, aux interprétations multiples. A travers “Le Jardin des Délices”, historiens de l’art, philosophes, psychanalystes en cherchent le sens et rendent un hommage vibrant à un artiste qui défie le temps.

    « Bosch dessinait comme un peintre et peignait comme un dessinateur »

    Célèbre directeur de la photographie espagnol, où son travail – notamment pour Carlos Saura – est reconnu depuis une trentaine d’années, José Luis Lopez-Linares mène également en parallèle, depuis une vingtaine d’années maintenant, une prolifique carrière de documentariste. Après plusieurs documentaires consacrés aux cinéastes espagnols ou encore à la gastronomie ibérique – restés pour la plupart inédits chez nous – il revient à l’une de ses passions, à savoir la peinture avec « Le mystère Jérôme Bosch ». Ayant déjà réalisé une demi-dizaine de documentaires consacrés à des peintres, il consacre ici un documentaire au célèbre triptyque « Le jardin des délices », peint par le célèbre peintre flamand Jérôme Bosch entre 1503 et 1504. Pour ce faire, le réalisateur s’est vu offrir par le prestigieux Musée du Prado de Madrid l’opportunité de filmer dans les moindres détails le célèbre tableau et de réunir face à lui un panel de prestigieux artistes et intellectuels internationaux (citons au hasard Michel Onfray, Salman Rushdie ou Orhan Pamuk).

    « Ces créatures noires nous montrent que l’origine du mal se trouve au paradis »

    Se plonger dans « Le jardin des délices », c’est d’abord remonter le temps à une époque lointaine et troublée durant laquelle les Pays-bas se retrouvent alors sous domination espagnole. C’est également s’immerger dans la vie d’un peintre génial, en l’occurrence Jérôme Bosch (1450-1516), dont on ne sait finalement que peu de chose. Mais il s’agit surtout de pénétrer dans une œuvre monumentale, complexe et foisonnante portant sur la Création du monde, déclinée selon trois panneaux (l’Eden, la Terre et les Enfers). Un ouvrage à la fois mystique et mystérieux, qui a, au fil des siècles, donné lieu à toutes sortes d’interprétation, y compris les plus délirantes. Afin de tenter d’en percer les mystères, le cinéaste développe en parallèle deux approches : l’une purement scientifique et l’autre exclusivement intellectuelle. A l’évidence, la première approche, qui vise à replacer l’œuvre dans son contexte historique et à décrypter les coups de crayons du peintre est de loin la plus pertinente et la plus intéressante. Car au fond, la seconde approche - plus volontiers universaliste - consistant à recueillir les impressions face au tableau de divers artistes et/ou intellectuels plus ou moins connus, se révèle finalement peu intéressante et par moment même d’une grande vacuité (la chanteuse espagnole qui fredonne une mélodie improvisée et inspirée par sa contemplation du tableau...). Aussi audacieuse soit-elle, la démarche du cinéaste donne lieu à un résultat terriblement déséquilibré et un poil décevant, où l’on regrettera notamment la trop grande place accordée à des commentaires pas toujours pertinents au détriment d’une vraie étude plus cartésienne et scientifique. Restera au spectateur le plaisir de la contemplation du tableau de Bosch lui-même, dont les détails sont filmés avec gourmandise et avec un vrai souci d’exhaustivité.

    Le DVD : le film est présenté en version originale espagnole (5.1). Des sous-titres français et anglais sont également disponibles.

    Côté bonus, le film est accompagné des Interviews du réalisateur José Luis Lopez-Linarés, du producteur français Stéphane Sorlat, et de Reindert L. Falkenburg, spécialiste de l’Art flamand ; d’un extrait de l’émission « La dispute » du 26 octobre 2016 sur France Culture ; de deux clips : « Mijn Vlakke Land » par Jacques Brel et « Gods and Monsters »par Lana Del Rey ; d’un Tableau interactif et de Bande-annonce. Le DVD est également accompagné d’une affichette du tableau de Jérôme Bosch.

    Edité par Epicentre Films, « Le mystère Jérôme Bosch » est disponible en DVD depuis le 6 juin 2017.

    Le site Internet d’Epicentre Films est ici. Sa page Facebook est ici.

    - tous les films sortis ces dernières semaines
    - toutes les sorties de films en dvd et vod


    Site web:  http://www.toile-et-moi.fr/2017/08/le-mystere-jerome-bosch.html
    En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer le fonctionnement du site, vous proposer des publicités ciblées adaptées à vos centres d'intérêt et réaliser des statistiques de visites