Armée du crime (L')

    |  3 |
    J'aime:
    - En pleine occupation allemande, l'ouvrier poète Missak Manouchian crée un groupe de jeunes juifs de toutes nationalités et organise la résistance. Plus tard appelé "l'Armée du crime", ce groupe multiplie les attentats contre les partisans nazis. Pourchassés, dénoncés, ces jeunes résistants juifs deviennent des héros et entrent dans la légende. Fresque historique sur fond de guerre bouleversante, L'armée du crime nous entraîne dans l'épopée incroyable et courageuse d'immigrés prêts à tout pour défendre la France qu'ils aimaient, celle des Droits de l'Homme.
    Affiche du film Armée du crime (L')
    ma note
    je suis fan
    ajouter à mes films

    Notez le film : 


    ecrire mon avis/critique
    BANDE ANNONCE
    VF

    Armée du crime (L')

    UTILISATEURS
    (3.3 pour 120 notes)
    + Fiche complète

    Armée du crime (L') : Films proches

    <
    1
    2
    >
    Affiche du film La Rafle
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Les Amours secrètes
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Dernier métro (Le)
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Docteur Petiot
    Film
    pas de bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Convois de la honte (Les)
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Guichets du Louvre (Les)
    Film
    pas de bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Synopsis du film Armée du crime (L')

    Dans Paris occupé par les allemands, l'ouvrier poète Missak Manouchian prend la tête d'un groupe de très jeunes juifs, Hongrois, Polonais, Roumains, Espagnols, Italiens, Arméniens, déterminés à combattre pour libérer la France qu'ils aiment, celle des Droits de l'Homme.
    Dans la clandestinité, au péril de leur vie, ils deviennent des héros. Les attentats de ces partisans étrangers vont harceler les nazis et les collaborateurs. Alors, la police française va se déchaîner, multiplier ses effectifs, utiliser filatures, dénonciations, chantages, tortures... Vingt-deux hommes et une femme seront condamnés à mort en février 1944. Dans une ultime opération de propagande, ils seront présentés comme une Armée du crime, leurs visages en médaillon sur un fond rouge placardés sur les murs de toutes les villes du pays. Ces immigrés, morts pour la France, entrent dans la légende. C'est cette belle et tragique histoire que raconte le film.

    Photos du film Armée du crime (L')

    Ajouter une photo du film Armée du crime (L')

    Extraits de films, bande-annonces

    Vous pouvez ajouter un extrait de film de Armée du crime (L')
    11051 Vues

    Listes avec le film Armée du crime (L')

    Ajouter une liste au film Armée du crime (L')
    Traiter la Résistance française sous l'occupation pendant la seconde guerre mondiale au cinéma revient à ouvrir un domaine aussi vaste qu'épineux, enfoui dans la mémoire collective nationale. Il...
    Les votes sont clôts! Merci pour votre participation à tous! Retrouvez les 30 meilleurs films élus par vous à l'adresse ci-dessous. Vous pouvez bien sûr continuer à voter pour les films qui vous ont...

    vos dernières critiques de film

    Ajouter une critique au film Armée du crime (L')
    BIBI62
    Le 06/10/2009
    127 critiques
    Robert Guédiguian, lui-même d'origine arménienne, était bien évidemment le réalisateur rêvé pour relater ce fait historique de la deuxième guerre mondiale, l'action de ce groupe de 23 hommes et femme, d'origines diverses, souvent très jeunes, et dirigés par un arménien, Manouchian, poète idéaliste, portés ensemble par la défense des libertés et des droits de l'humain, symbole de la Résistance à l'ennemi, et qui pourtant ont été un peu oubliés des manuels historiques.
    Heureusement des intellectuels comme Aragon les ont réhabilités, comme avec son poème "L'affiche rouge", repris aussi en chanson par Léo Ferré.
    Bien sûr pour traiter un tel sujet, il fallait à la fois être assez fidèle à la réalité historique (quoique le réalisateur se permet quelques modifications chronologiques pour booster son récit, il s'en excuse à la fin du film) et en même temps passionner par le déroulement du scénario et l'évolution des personnages.
    Et c'est cette fusion à la fois de la réalité historique et du traitement cinématographique qui permet au film d'être passionnant et linéaire, de ne jamais sombrer dans le didactique, tout en nous sensibilisant à ce fait, en nous bouleversant sans en rajouter, tout en sobriété.
    L'itinéraire de ce groupe de résistants est surtout basé sur 3-4 personnages, de plus on ne se concentre pas uniquement sur leurs faits d'armes ou sur leur engagement, on les voit aussi dans leur vie intime, ce qui les humanise encore plus, et l'occasion est aussi de révéler une excellente direction d'acteurs:en tête du réseau, le convaincant Simon Abkarian en poète non-violent, "du côté de la vie" comme il le dit, marié à la douce et lumineuse Virginie Ledoyen, la rage d'écorché-vif du trop rare Robinson Stévenin, pas dupe du sort fait à sa famille, qui prend parti pour la violence, la vengeance, la colère violente de Grégoire Leprince-Ringuet, et beaucoup d'autres rôles comme le toujours parfait Jean-Pierre Darroussin en collabo à la fois odieux manipulateur, ordure sans âme et policier blasé.
    Quelques scènes très fortes restent dans les mémoires, comme celle de la grenade, style western, avec le suspense comme il faut.
    Un film, pas trop scolaire mais pédagogique quand même, assurément populaire, lumineux et sombre, au sujet grave et profond, sur l'engagement idéaliste, le sacrifice, qui contribue au devoir de mémoire mais qui reste aussi visible et fort dans sa forme que dans son fond, une histoire pleine d'authenticité, romanesque et lyrique juste comme il faut, magnifiée par de vrais comédiens, une belle réussite!A voir!
    Ils étaient vingt et trois quand les fusils fleurirent
    Vingt et trois qui donnaient le coeur avant le temps
    Vingt et trois étrangers et nos frères pourtant
    Vingt et trois amoureux de vivre à en mourir
    Vingt et trois qui criaient la France en s'abattant

    (extrait de "L'affiche rouge" d'Aragon)

    MA NOTE: 15/20

    Toine
    Le 22/10/2009
    16 critiques
    Parfois ça vous prend sans prévenir, ça commence dès la première scène, insoutenable, où le réalisateur vous met face à l'indifférence générale alors qu'une équipe de résistants que vous ne connaissez pas encore roule vers une mort certaine. Une tension se créé tout au fond de vous et elle ne vous quittera même pas après la fin du film, après avoir vu l'horreur des excès de zèle policiers brisant les vies de personnes croyant encore au pays des droits de l'homme. Bouleversant de bout en bout, pas long pour un sou (malgré ses 2h20), voilà un film qui vaut bien plus que son coût !

     Fermer Fermer
    En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer le fonctionnement du site, vous proposer des publicités ciblées adaptées à vos centres d'intérêt et réaliser des statistiques de visites