Castaway on the moon

    |  4 |
    J'aime:
    Affiche du film Castaway on the moon
    ma note
    je suis fan
    ajouter à mes films

    Notez le film : 


    ecrire mon avis/critique
    recommander à mes amis
    BANDE ANNONCE
    VF

    Castaway on the moon

    UTILISATEURS
    (4.05 pour 11 notes)
    + Fiche complète

    Castaway on the moon : Films proches

    <
    1
    2
    >
    Affiche du film Welcome to Dongmakgol
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Un jour avec, un jour sans
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Les Vies rêvées d&#039;Erica Strange (Série)
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Noob (Série)
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Soyez sympas, rembobinez !
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Juno
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Castaway on the moon: ADN

    Emotions :
    Top Films:

    Synopsis du film Castaway on the moon

    Photos du film Castaway on the moon

    Ajouter une photo du film Castaway on the moon

    Extraits de films, bande-annonces

    Vous pouvez ajouter un extrait de film de Castaway on the moon

    Listes avec le film Castaway on the moon

    Ajouter une liste au film Castaway on the moon

    vos dernières critiques de film

    Ajouter une critique au film Castaway on the moon
    manub
    Le 28/02/2015
    0 critique
    Je ne peux pas ne pas vous parler de ce film sur lequel je suis tombé par hasard sur Arte jeudi soir. C’est son titre qui m’a attiré, Des nouilles aux haricots noirs. Sans que je la connaisse vraiment, la nourriture asiatique m’attire. Plus que le fait de la goûter vraiment, c’est plus une certaine poésie qui s’en dégage, un dépaysement qui est la cause de cet intérêt. Sans doute suite à des lectures comme Le Gourmet solitaire, manga par lequel j’ai découvert Taniguchi ou encore L’Heure du Bentô de Naomi Abe dont je vous parlerai prochainement.

    Tout commence par un homme sur un pont qui enjambe un fleuve. Il est au téléphone et on apprend qu’il croule sous les dettes. Il raccroche et se jette du haut du pont. Contre toute attente, il ne se joie pas mais se réveille échoué sur le sable d’une espèce d’ilot inhabité au milieu du fleuve. Comme il ne sait pas nager, impossible pour lui de quitter cet endroit qu’il va devoir apprivoiser tant bien que mal. Il lui faut trouver de quoi se nourrir par ses propres moyens et survivre avec ce que le fleuve apporte sur les rives de son île déserte. Sur la plage, il trace un « HELP » pour attirer l’attention. Le temps passant, il s’adapte à sa nouvelle condition, plutôt bien. Le « HELP » va devenir un « HELLO ».

    De l’autre côté du fleuve, dans une grande tour impersonnelle, on découvre une jeune fille qui a deux occupations principales, prendre des photos de la lune avec son téléobjectif et jouer les fashionistas branchouilles sur son blog en piochant des photos de modes ici ou là sur le net. Mais derrière le clinquant, se cache en fait une jeune fille qui vit recluse dans une chambre encombrée d’un bric à brac innommable et qui dort dans un placard, enveloppée dans du papier à bulles. Elle ne communique avec sa mère que par sms ou mots glissés sous la porte. On suppose que la marque qu’elle a sur le front, sans doute une brûlure est la cause de son étrange comportement.



    Un jour, au hasard de ses observations au téléobjectif, la jeune fille aperçoit son message. Intriguée par cet homme étrange, elle va continuer à le surveiller au point de finir par sortir de son antre, au milieu de la nuit, pour depuis le pont aller jeter au survivant un message glissé dans une bouteille…


    J’espère vous avoir un peu donné envie de découvrir comment tout ça va évoluer. J’ai vraiment été embarqué par ce film, une histoire décalée, touchante et dépaysante, comme seul le cinéma asiatique sait nous en offrir. On suit avec intérêt et un certain amusement le destin de ces deux êtres en marge de la société. Le retour à la nature, Les limites du virtuel, la solitude autant de thèmes traités avec humour, tendresse et poésie.

    Un joli coup de cœur que je vous recommande d’autant plus qu’il est disponible en replay sur Arte+7.


    Site web:  http://bouquins-de-poches-en-poches.blogspot.fr/2015/02/cine-des-nouilles-aux-haricots-noirs.html
    le_Bison
    Le 13/03/2015
    0 critique
    Regarde la beauté de ce fleuve Han qui traverse si majestueusement la mégalopole Séoul avant de se jeter dans la mer Jaune et de séparer le pays en deux. Une lumière presque magique, des néons qui illuminent toute la nuit les ponts qui traversent grandement ce fleuve. Et puis un soir, pauvre monsieur Kim, accablé par les dettes, se jette dans le fleuve, espérant mettre ainsi fin à son déshonneur.

    Il se réveille. Aie. Mauvais pont, sombre karma. Même pas capable de réussir son suicide. Un loser. Les pieds dans le sable, il regarde la rive, hébété et hagard. Il a juste échoué sur une petite île déserte, la vue des hauts buildings coréens à une centaine de mètres à peine. Moment improbable que la détresse de cette homme incapable de retrouver la civilisation et qui fou de rage, après la batterie à plat de son portable, déchire ses nombreuses cartes de crédits que tout cadre dynamique doit avoir dans notre société de consommation.

    D’ailleurs de l’autre côté du fleuve, il y a cette folle, les cheveux en bataille le regard hagard et fatigué. 3 ans qu’elle n’a pas mis les pieds en dehors de sa chambre et qui ne (sur)vit que virtuellement. Une véritable hikikomori. Elle observe cet homme à demi-nu avec son appareil-photo télescopique entre deux clichés de la lune, comme si c’était un extra-terrestre pervers.

    La romance à la coréenne, deux naufragés de la société qui se trouvent et qui vont nouer petit à petit une relation. Lui par des messages dessinés sur le sable, Elle par des bouteilles lancées au fleuve. C’est presque beau, c’est presque romantique, c’est une belle histoire en tout cas qui donne une importance primordiale dans la survie des uns et des autres à des nouilles aux haricots noirs. L’espoir dans un sachet en poudre. Le début du film donne du ton humoristique avec quelques gags incongrus sur la survie d’un homme en milieu pas vraiment hostile. Note pour plus tard : si l’envie me prend de sauter d’un pont, penser à regarder tous les épisodes de « Lost », cela pourra toujours servir un peu. Et ne pas oublier son briquet quand on ne sait pas faire de feu avec deux bouts de bois. Mais plus l’histoire avance, et plus le film plonge dans cette romance, cette rencontre improbable et qui en est presque loufoque : un Robinson Crusoé asiatique et une hikikomori à casque. Et de cet amour, renaitra deux nouvelles vies, à n’en pas douter. J’en aurais presque versé ma larme… Quand je pense qu’il suffirait d’un pédalo en forme de canard géant pour que ces deux marginaux se rejoignent et mangent ensemble des nouilles aux haricots noirs.

    Site web:  http://leranchsansnom.free.fr/?p=9160
     Fermer Fermer
    En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer le fonctionnement du site, vous proposer des publicités ciblées adaptées à vos centres d'intérêt et réaliser des statistiques de visites