20 ans d'écart

    |  59 |
    J'aime:
    L'AMOUR NE CONNAÎT PAS LA DIFFÉRENCE D'ÂGE. - Le réalisateur de Ils et de The Eye change de registre, s'essaie à la comédie romantique et raconte l'histoire d'amour, au départ simulée, entre Alice et Balthazar, qui ont vingt ans d'écart. David Moreau pose un regard tendre, drôle et pétillant sur la question de la différence d'âge dans un couple.
    Affiche du film 20 ans d'écart
    ma note
    je suis fan
    ajouter à mes films

    Notez le film : 


    ecrire mon avis/critique
    BANDE ANNONCE
    VF

    20 ans d'écart

    UTILISATEURS
    (3.35 pour 647 notes)
    REALISATION:
    ANNEE:
    PAYS:
    DUREE:
    1h 32min
    ACTEURS:
    + Fiche complète

    20 ans d'écart : Films proches

    <
    1
    2
    >
    Affiche du film Amour et turbulences
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film La Stratégie de la poussette
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Hôtel Normandy
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Populaire
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Joséphine
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Un plan parfait
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Synopsis du film 20 ans d'écart

    Alice Lantins a 36 ans. Elle est belle, ambitieuse et fait preuve d'une impeccable conscience professionnelle au point d'en oublier sa vie privée. Bref, elle a tout pour devenir la prochaine rédactrice en chef du magazine « Rebelle », tout sauf son image de femme un peu trop sérieuse.
    Mais lorsque le jeune et charmant Balthazar, à peine 20 ans, va croiser le chemin d'Alice, le regard de ses collègues va inexplicablement changer. Réalisant qu'elle détient la clef de sa promotion, Alice va feindre la comédie d'une improbable idylle.

    Photos du film 20 ans d'écart

    Ajouter une photo du film 20 ans d'écart

    Extraits de films, bande-annonces

    Vous pouvez ajouter un extrait de film de 20 ans d'écart

    Listes avec le film 20 ans d'écart

    Ajouter une liste au film 20 ans d'écart
    En France, qui dit comédie romantique à succès dit aussi... comédie intelligente ! Chez nous, les cartons publics abordant les problèmes amoureux aiment à évoquer, en fond, des questions très actuelles...

    vos dernières critiques de film

    Ajouter une critique au film 20 ans d'écart
    summerday
    Le 06/03/2013
    164 critiques
    20 ans d’écart est une très bonne comédie romantique. Bien écrite, avec des personnages principaux très attachants et des seconds rôles sympathiques et délurés à souhait. Elle a tout des meilleures comédies du genre et fonctionne principalement grâce à un couple qui possède une bonne alchimie à l’écran et à un scénario anticonformiste. Virginie Efira est la femme sexy mais sympa, Pierre Niney est le gars charmant car mignon et maladroit. Avec en arrière-plan le milieu de la mode qui se voit gentiment écorché au passage, tout donne un excellent film pour la fin de l’hiver. Le scénario propose de bonnes trouvailles et l’on rit volontiers. Le sujet de la différence d’âge et de la Cougar est traité avec intelligence et humour, le film oubliant bien vite ce phénomène social sulfureux pour se focaliser sur ce que ce jeune homme réveille chez cette femme : une volonté de vivre l’instant présent et de réaliser ses envies pour enfin s’épanouir.

    Mention spéciale à Charles Berling, irrésistible dans le rôle du père beauf, ainsi qu’à Camille Japy qui joue la sœur d’Alice, dans une scène de supermarché assez enlevée. David Moreau réalise sa première comédie romantique et donne une bonne leçon à d'autres cinéastes français qui se sont essayés au même genre en misant tout sur un casting glamour sans travailler suffisamment le scénario et le rythme.

    Nio_Lynes
    Le 01/07/2013
    286 critiques
    Adorateur de Pierre Niney depuis Comme des frères (dont j'ai jamais eu le temps de parler alors que j'ai déjà vu le film 3 fois et que je l'ai en blu-ray), j'avais loupé la sortie du film en salle, du coup.


    Il faut dire que je manquais singulièrement de temps mais que l'affiche avec son roulage de pelle bien frontal me laissait craindre un film manquant singulièrement de subtilité, y allant à gros sabots. C'est vrai qu'elle est pas top cette affiche, au contraire du générique d'ouverture du film, brillant, qui mélange une esthétique de magasine féminins dans le fond (parodie des mises en pages de Glamour ou Cosmopolitain) avec les titres de l'équipe technique du film. Si vous vous rappelez le "passage IKEA" de Fight Club, vous aurez une idée mais justement, on la trouve là sur cinetrafic (joie, bonheur, alléluia, Pierre Niney !).


    Et puis la musique est très sympa, très proche dans l'esprit de ce qu'on avait avec le talentueux groupe français Rhesus qui chantait en anglais et splitta après deux excellents albums de pop-rock enjouée. Voilà mon dilemme, mon esprit un brin prude (l'affiche quoi, on pouvait faire 10 fois mieux) face à mon esprit ouvert (chouette un sujet qui traite des "cougars" sur fond de comédie) qui fait que je retardais un peu mon visionnage avec le fils Niney. Bon, mes craintes se dissipèrent par la suite et même si j'avais espéré encore mieux que prévu (j'aurais aimé rire à certains gags mais non, j'ai juste souri), le film se regarde bien.


    Mais voilà j'aurais aimé être plus emporté, j'avoue. L'alchimie entre Virginie Effira et Niney fonctionne très bien mais de la première, la passion n'effleure vraiment qu'à la fin quand elle regrette le fait de l'avoir un peu utilisé comme un objet (la scène de l'amphithéâtre est très bien) et devient enfin sincère. Je crois que c'est le personnage qui m'a un peu embêté, pour avoir connu aussi des personnes comme ça malheureusement. Quand au second, j'ai été un peu lassé de son jeu j'avoue. La sauce commence à ne plus prendre, surtout qu'après J'aime regarder les filles et Comme des frères, on a encore le même rôle de personnage joué (avec talent attention) par l'ami Pierre. Je crains qu'il ne se laisse enfermer à force dans les mêmes rôles de gentil naïf lunaire et rêveur, ce serait dommage à la longue de finalement se réduire à un style cliché de film en film. Allez Pierre, un film policier où tu tiendrais un bon ptit rôle, tu peux le faire.


    Et puis le film est doté d'une mise en scène classique mais efficace (le plan où l'on suit les flèches et l'ipod sur le banc) et de moments assez sympathiques et parfois justes (la scène d'amour. Allez les mecs, qui ne l'a pas fait à la manière Niney surtout au même âge que lui, hmm ?) et égratine pas mal la presse féminine avec une certaine touche de vérité. Parce que même si les personnages du milieux ressemblent à des clichés, je peux toutefois certifier après des stages et des renseignements glanés chez des amis, que c'est malheureusement parfois comme ça. Pas aussi poussé mais quand même...


    Peut-être que tout ce cynisme et arrivisme poussé chez les personnages a aussi joué dans le fait d'avoir vu une bonne comédie sans plus, d'autant que l'histoire n'a rien de révolutionnaire (les cougars ont toujours existé de tous temps. Avant que le terme ne devienne plus courant on évoquait plus à mot caché les MILF (= mother i would like to fuck pour ceux qui ne connaissent pas) depuis déjà l'apparition du web à la fin des 90's --et encore aujourd'hui. Et avant, on en parlait moins, c'est tout, c'était juste pas aussi exposé par la technologie mais les exemples et récits confirment que le fait n'est pas nouveau (*)). Les conditions de visionnages ont aussi joué un rôle : dernier film du jour, cinéma en plein air sur la plage. Vous croyiez que l'air marin allait me faire échapper à mon allergie. En fait non ça a été pire et comme la nuit il fait plus frais, rester dans un fauteuil sans une couverture et sans bouger, on attrape facilement la mort. C'est donc avec le nez et la gorge pris et des tremblements partout que je suis rentré à l'hotel pour tenter de survivre encore un peu. Cela dit, je redonnerais une chance au film avec plaisir en DVD ou blu-ray prochainement.



    ======


    (*) Pour les intéresés, lisez la vie privée de Catherine II de Russie, assez croustillante à ce sujet. Et sinon perso, je recommende La comtesse de Julie Delpy que j'avais beaucoup aimé même si ce n'est pas le sujet principal du film.

    Site web:  http://dvdtator.canalblog.com/archives/2013/06/30/27539531.html
     Fermer Fermer
    En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer le fonctionnement du site, vous proposer des publicités ciblées adaptées à vos centres d'intérêt et réaliser des statistiques de visites