Kinshasa Symphony

    J'aime:
    Affiche du film Kinshasa Symphony
    ma note
    je suis fan
    ajouter à mes films

    Notez le film : 


    ecrire mon avis/critique
    BANDE ANNONCE
    VF

    Kinshasa Symphony

    UTILISATEURS
    (3.5 pour 3 notes)
    + Fiche complète

    Kinshasa Symphony : Films proches

    <
    1
    2
    >
    Affiche du film Youssou Ndour : I bring what I love
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Benda Bilili !
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Mahaleo
    Film
    pas de bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Momo le doyen
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Du Mali au Mississippi
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Expérience africaine
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Kinshasa Symphony: ADN

    Synopsis du film Kinshasa Symphony

    Dans l’obscurité totale, deux cents musiciens jouent la neuvième symphonie de Beethoven « L’hymne à la joie », une panne de courant intervient quelques mesures avant l’achèvement du dernier mouvement, mais pour les membres du seul orchestre symphonique du Congo, ceci est le dernier de leurs soucis. En quinze ans d´existence la formation de l´Orchestre

    Symphonique a survécu à deux coups d’état et une guerre civile, heureusement il y a la passion pour la musique et l’espoir d’un avenir meilleur. Kinshasa Symphony accompagne des hommes et des femmes qui dans l’une des métropoles les plus chaotiques au monde s´attèlent à l´un des systèmes les plus complexes de la vie commune: Un orchestre symphonique. Ce film fait le portrait du Congo d’aujourd’hui, des habitants de Kinshasa et de leur amour pour la musique.

    Photos du film Kinshasa Symphony

    Ajouter une photo du film Kinshasa Symphony

    Extraits de films, bande-annonces

    Vous pouvez ajouter un extrait de film de Kinshasa Symphony
    1689 Vues

    Listes avec le film Kinshasa Symphony

    Ajouter une liste au film Kinshasa Symphony
    Quand on nous dit Afrique on pense jungle, animaux exotiques, paysages fabuleux, déserts gigantesques... mais aussi guerres, famines, violences, injustices sociales... ou alors culture, blues ou jazz. Et...

    vos dernières critiques de film

    Ajouter une critique au film Kinshasa Symphony
    LaKinopitheque
    Le 05/05/2013
    72 critiques
    Kinshasa Symphony met en scène l’Afrique de la débrouille. Les quartiers de Kinshasa sont différents de ceux de Benda Bilili ! de Renaud Barret et Florent de La Tullaye (2010). Les bâtiments sont moins hauts et les lieux moins centraux. Pas d’immeubles ni de routes goudronnées, les habitations ne dépassent pas un ou deux niveaux. Martin Baer et Claus Wischmann restent dans la commune de Ngiri-ngiri qui, avec des kilomètres d’habitats informels et sa structure orthogonale, tire loin la capitale vers le Sud. Le documentaire met en évidence l’effervescence des quartiers et leur économie souterraine (petits boulots tels que glaciers, cireurs, réparateurs ou revendeurs en tout genre…). Il montre aussi les problèmes qui sont les mêmes dans tous les bidonvilles et les solutions apportées par des habitants qui s’arrangent, s’entraident, se tirent d’affaire ou font avec. Baer et Wischmann n’évitent donc pas les lieux communs mais laissent aussi apparaître à l’image les téléphones portables dans les mains de chacun et, au détour d’un plan, un écran géant suspendu dans la rue qui témoigne devant trois pauvres boutiques d’une saillie technologique tout à fait dérisoire.
    [...]

    La suite sur La Kinopithèque

    Site web:  http://www.kinopitheque.net/kinshasa-symphony/
    Alex_Torrance
    Le 18/05/2013
    43 critiques
    Vous ne connaissez pas l’Orchestre Symphonique Kimbanguiste ? C’est tout à fait normal. Avant la réalisation de Kinshasa Symphony, documentaire récent sorti en 2010, cet « unique orchestre noir au monde » s’avérait totalement inconnu, en dehors du Congo. Désormais, sa notoriété grandit peu à peu, offrant à ses membres l’occasion de jouer aux Etats-Unis et en France. Le film de Martin Baer et Claus Wischmann, contrairement à ce que laisserait penser le synopsis officiel, n’aborde pas tant la musique que le quotidien de musiciens congolais. Le film ne se concentre pas même sur le rôle de la musique dans le cœur de ses musiciens : la question n’est que très rarement abordée.
    Cette « Kinshasa Symphony » serait ainsi une symphonie de la vie, se composant en fait des rythmes de tous les jours, avec des moments de plénitude, et d’autres où les habitants doivent affronter les difficultés en face. Trimer pour s’en sortir. Censé être un documentaire sur la musique, d’après son titre et tout ce que l’on peut savoir du film sans l’avoir vu, Kinshasa Symphony pourrait même être un documentaire sur la non-musique. Sur tout ce que les membres de l’orchestre font quand ils ne sont pas dans l’orchestre. Au demeurant, on en apprend beaucoup sur ce mode de vie où la précarité ne semble pas empêcher de sourire.
    Ce sont ces mêmes sourires qui poussèrent probablement les réalisateurs à placer au premier plan la 9ème symphonie de Beethoven. Cet « hymne à la joie ». Les instrumentistes étant majoritairement adeptes du système D – parce que quand on n’a pas de sous pour manger, on n’en a généralement pas pour se fournir en contrebasses – l’interprétation de la symphonie comporte de nombreux défauts. Parfois même, elle irrite les oreilles. En cela, cette focalisation sur la neuvième parait injustifiée, lorsque l’on voit l’ébauche d’autres morceaux telle la Carmina Burana d’Orff, très bien jouée. Toutefois, le long-métrage demeure à l’origine de quelques bonnes surprises musicales, comme une impressionnante improvisation en plein air, sans pression, autour du boléro de Ravel.
    Bien que le documentaire en lui-même n’ait rien de techniquement très bon – l’esthétique est totalement bâclée et de nombreux plans s’avèrent superficiels – et que le hors-sujet ne soit jamais bien loin, le travail de Martin Baer et Claus Wischmann a le mérite d’être intéressant, tant pour certaines démonstrations musicales que pour des entretiens pertinents.


    Site web:  http://overlook-cinema.com/2013/05/18/critique-kinshasa-symphony/
     Fermer Fermer
    En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer le fonctionnement du site, vous proposer des publicités ciblées adaptées à vos centres d'intérêt et réaliser des statistiques de visites