Éducation anglaise

Listes de films avec Éducation anglaise
Le film érotique français
Le film érotique français est issu d’une très longue tradition présente dès les débuts du cinéma. Comme les films pornographiques, aux scènes plus appuyées, les films érotiques ont existé dans les premières décennies du septième art (muets, et en noir et blanc), même si leur âge d’or se situe autour des années 70. En France, le cinéma érotique explose avec le succès d’Emmanuelle (1974), jeune femme très libérée et égérie sexuelle de toute une génération. Emmanuelle lance la mode des films érotiques (autrement appelés 'soft-core' aux Etats-Unis). La question de la sexualité est au cœur de ce cinéma souvent critiqué pour présenter une image dégradante de la femme. S'ajoute à cette nouvelle vague, l'érotisme apparenté également au genre épouvante : Jean Rollin en est l'exemple type, sachant imaginer des récits sexuels avec des éléments horrifiques (souvent les vampires). Puis ce type de cinéma connaît un frein important à son développement avec l’apparition de la loi sur la taxation. Si le film érotique a presque aujourd’hui entièrement disparu, le cinéma pornographique, abrégé « porno », continue d’exister plus que jamais, à travers le développement d’Internet et sur de nombreuses chaînes télé. Qui se plaisent à rediffuser aussi les classiques du film érotique français, vestiges d'un autre temps... A noter que cette liste recèle des cas particuliers : des films français centrés sur l'érotisme, mais le traitant comme un sujet intellectuel.
girls behind bars
Voici ce que l'on appelle un sous-genre de cinéma. Je m'explique: lorsque l'on parle de "mélodrame"(des hommes, des femmes, des amours impossibles...) il y a des films appartenant à ce genre traitant du divorce, comme Kramer vs Kramer et quelques autres. Mais le divorce est présent dans plusieurs melos: il est rarement au centre de l'intrigue. Par contre si l'on prend le thème de la prison, des aspects à traiter comme la vie carcérale, les maltraitances, la justice, l'évasion, il est un thème qui a occasionné BEAUCOUP plus de productions que les autres: celui des femmes en prison, en anglais Women In Prison (WIP movies). Ici, quelques exemples et non une liste exhaustive, le genre comptant des centaines (milliers?) de films, plus dispensables les uns que les autres... Ce sous-genre dont on trouve les prémices dans les années trente connu son apogée dans les années 70 au croisement des cinémas dits "d'exploitation"(productions motivées par la popularité d'un genre, aux scenarii basiques et réchauffés tournés avec peu de budget, alimentant les salles de quartier bon marché, par exemple, la blaxploitation). Ces films mettent bout-à-bout les avatars de la recette sexe+violence: injustices, humiliations, passions saphiques, sévices corporels... Avec en personnage récurrent, celui la gardienne sadique de camp nazi (ou au moins vêtue de cuir) En ces temps de dénonciation des violences faites aux femmes, listons ces œuvres (souvent) infâmes pour dire: plus jamais ça. Et pour ceux qui veulent en savoir plus sur ce genre hyper dégradant pour celles qui sont nos mères et nos sœurs, suivre le lien(NSFW;\)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer le fonctionnement du site, vous proposer des publicités ciblées adaptées à vos centres d'intérêt et réaliser des statistiques de visites